Trois femmes membres du Majlis al-Choura, ou conseil consultatif, d'Arabie saoudite, ont déposé mardi une recommandation pour une levée de l'interdiction de conduire faite aux Saoudiennes. Me Latifa Chaalane a indiqué à l'AFP avoir déposé, avec Haya al-Mania et Mouna Machit, cette recommandation demandant au Majlis de "reconnaître aux femmes le droit de conduire une voiture dans le respect des principes de la Charia et du code de la route".

Elle a indiqué que la demande était accompagnée des résultats d'une étude sur les différents aspects de la question: "Il n'y a pas de loi qui interdise à la femme de conduire. C'est une question de tradition".

Les femmes saoudiennes ont "plusieurs acquis à leur actif", comme des postes à responsabilité au gouvernement et à l'ONU, mais "elles sont toujours empêchées de conduire, ce qui donne une impression inconfortable à l'étranger", a-t-elle déploré.

En février, 30 femmes ont fait leur entrée au Majlis, une instance assimilée à un Parlement et dont les 150 membres sont désignés par le roi.

Le Majlis n'a pas le droit de légiférer et se contente de conseiller le gouvernement sur les politiques générales du pays.

Des militantes saoudiennes ont annoncé en septembre qu'elles entendaient prendre le volant le 26 octobre dans le cadre d'une campagne lancée sur internet pour braver l'interdiction de conduire.

En juin 2011, des militantes avaient également lancé une campagne. Depuis, plusieurs d'entre elles ont pris le volant et certaines ont été forcées par la police à signer un engagement à ne plus récidiver, selon des militantes.