Un quart de siècle après le conflit bosnien qui a fait près de 100.000 morts, la justice locale doit encore traiter quelque 600 dossiers, avec 4.500 suspects, selon les données officielles.

Culibrk est soupçonné d'avoir participé à l'exécution de 44 civils bosniaques (musulmans) et croates (catholiques) dans la localité de Donji Dubovik. Les restes de ces victimes, que Culibrk était allé chercher, avec d'autres membres de son unité, dans le camp d'Omarska, ont été retrouvés en 2000 dans un gouffre.

Il est également soupçonné d'avoir fusillé, seul, en août 1992, sept civils bosniaques qui essayaient de fuir vers la ville de Bihac, et qu'il a croisés sur son chemin. Leurs restes ont été découverts dans la même cavité.

Plus de 6.000 personnes, des Bosniaques essentiellement mais aussi des Croates, avaient été enfermés d'avril à août 1992 dans des camps de détention Omarska, Keraterm et Trnopolje, dans la région de Prijedor, connue comme le "triangle de l'horreur".

Les premières images de détenus squelettiques de ces camps avaient alerté en août 1992 l'opinion mondiale sur la campagne de purification ethnique menée par les forces serbes de Bosnie.

Près de 3.500 personnes ont été tuées dans cette région, dont plusieurs centaines sont toujours portées disparues, selon les associations des victimes.