"L'élimination de nos militaires, de nos hommes (à Marioupol) mettra fin à toute négociation" de paix entre la Russie et l'Ukraine, a déclaré M. Zelensky dans un entretien avec le site internet d'information Ukraïnska Pravda, avertissant que les deux parties se retrouveraient alors dans "une impasse".

En termes de bilan humain, "Marioupol, cela peut être dix fois Borodianka", une petite ville ukrainienne près de Kiev détruite après avoir été pilonnée et théâtre d'exactions présumées pendant son occupation par les soldats russes, a accusé M. Zelensky.

"Et plus il y aura de Borodianka, plus ce sera difficile" de négocier, a-t-il souligné.

Le 11 avril, l'armée ukrainienne avait annoncé se préparer à "une ultime bataille" à Marioupol, sur la mer d'Azov, dans le sud-est. "Ce sera la mort pour certains d'entre nous et la captivité pour les autres", avait écrit sur Facebook la 36e brigade de marine, qui fait partie des forces armées ukrainiennes.

Le lendemain, les autorités ukrainiennes avaient affirmé que les combats avaient fait entre 20.000 et 22.000 morts à Marioupol, une ville stratégique qui comptait en temps de paix 441.000 habitants.

Les pourparlers entre les belligérants sont au point mort depuis plusieurs jours. Ils sont "extrêmement difficiles" selon les propos mardi d'un conseiller de la présidence ukrainienne, Mykhaïlo Podoliak.

Le président russe Vladimir Poutine a quant à lui taxé les négociateurs ukrainiens de "manque de cohérence".