Un tweet semblant venir du parti Les Républicains et publié mercredi a rapidement fait le tour de la toile. "Nous avons actuellement reçu 34 533 chèques pour le remboursement des frais de campagne de Valérie Pécresse pour un montant de 2 305,42 €. Nous demandons aux plaisantins qui envoient des chèques de 0 € ou encore de 1 centime de cesser", ont pu lire les internautes. Si le message semblait véridique, il ne s'agissait ni plus ni moins que d'une fake news.

En effet, Vincent Flibustier, créateur du site parodique Nordpresse, a souhaité démontrer à quel point il est simple de créer une fausse rumeur. Il a ainsi décidé de prendre comme sujet de sa supercherie l'appel aux dons qu'a lancé l'ancienne candidate à la présidence, qui se retrouve aujourd'hui endettée à hauteur de 5 millions d'euros. Pour ce faire, Vincent Flibustier a réalisé un montage avec une capture d’écran du véritable compte Twitter du parti Les Républicains, et du fameux message inventé de toute pièce. Après avoir laissé mijoter le tweet quelques heures, il a ensuite partagé son module "comment créer un bon fake viral en 5 étapes". Il révèle ainsi le pot aux roses et ses conseils en or pour faire circuler une fake news.


Il conseille notamment de "surfer sur l’actualité du moment", de "flatter le biais de croyance" des internautes, de "profiter de la possibilité que le tweet ait existé mais ait été supprimé", et enfin de "l’effet Streisand hypothétique". Une logique qui veut que le parti Les Républicains ne risque pas de démentir une information du genre pour ne pas accroître sa visibilité. Il conseille également sa stratégie d’avoir recours à une capture d’écran réelle pour donner une forme de crédibilité à la fausse rumeur.

Si Vincent Flibustier a bien rétabli la vérité, le tweet original a été partagé près de 10.000 fois et likée par 56 000 personnes, alors que le démenti peine lui a dépassé les 450 partages et 2.000 likes. "Il a continué à circuler massivement parce que la viralité du mensonge hilarant est toujours plus forte que celle du démenti décevant", a-t-il commenté sous son dernier post.

C'est donc prouvé, Les Républicains n'ont en aucun cas demandé aux "plaisantins" d'arrêter d’envoyer des chèques de zéro euro.