La polémique est de retour. Relayé par CNN, le contrat de 100 millions de doses de vaccin anti-coronavirus conclu entre AstraZeneca et le Royaume-Uni montre que ce dernier a été privilégié par la firme au détriment de l'UE. Le document, bien que prétendument publié en novembre par les autorités britanniques, était passé inaperçu.

En janvier un bras de fer commence entre l'UE et AstraZeneca, après que l'entreprise a annoncé des retards dans la livraison des doses en Europe, alors que, de son côté, le Royaume-Uni continuait d'être approvisionné sans contretemps.

A l'époque le CEO d'AstraZeneca avait défendu que le contrat avec le Royaume-Uni avait été signé trois mois avant l'accord européen, ce pourquoi il était le premier servi. Or le contrat officiel, relayé par CNN ce jeudi, est daté du 28 août, soit un jour après la signature de l'accord avec l'UE.

Lors de la polémique, le gouvernement britannique n'avait pas voulu partager la teneur de son accord au média américain, pour "des raisons de sécurité", mais CNN est revenu à la charge et l'a obtenu. Il était publié en ligne depuis novembre d'après les autorités britanniques, mais difficilement trouvable.

Le contrat stipule qu'AstraZeneca doit fournir des "efforts raisonnables" pour s'en tenir au calendrier de livraison initialement convenu, mais que la firme pourrait "le mettre à jour et l'affiner" si nécessaire. L'entreprise doit fournir aux autorités un calendrier "définitif" au moins 30 jours avant la livraison. Les mêmes termes sont employés dans l'accord européen. La firme aurait donc dû déployer les mêmes moyens pour livrer ses deux clients.

Un accord "contraignant"

L'accord précise aussi que le Royaume-Uni pourrait recevoir des vaccins fabriqués dans l'UE, un autre point de discorde entre Bruxelles et AstraZeneca. La commission européenne avait vivement accusé AstraZeneca de fournir moins d'efforts pour assurer la fourniture des vaccins dans l'UE qu'au Royaume-Uni.

Une porte-parole d'AstraZeneca a pour sa part tenu à préciser que "au moment de la signature de l'accord avec l'Université d'Oxford à la mi-mai 2020, AstraZeneca a conclu un accord contraignant pour fournir le vaccin au gouvernement britannique, permettant le développement d'une chaîne d'approvisionnement dédiée pour le Royaume-Uni".

A l'heure actuelle, le Royaume-Uni bénéficie d'une bonne couverture vaccinale avec plus de 15 millions de britanniques ayant reçu le vaccin.

© AFP