Frappés pour la première fois par une attaque islamiste d'envergure, des Viennois, encore sonnés, se risquaient mardi dehors, au plus près du lieu de la fusillade, pour tenter de comprendre ce qu'il leur semblait la veille encore impensable.

A quelques mètres du lieu de l'attaque, dans le quartier bouclé de l'Opéra et de la Synagogue, Shila reste prostrée sur le pas de la porte de sa librairie. Elle scrute ce bout de placette, aux élégants pavés, désormais recouverts de cercle de craie fluo: un par douille.

Les premiers tirs ont éclaté en début de soirée sur la Sterngasse , juste avant l'entrée en vigueur d'un reconfinement de l'Autriche et alors que ce quartier animé du centre-ville faisait le plein de noctambules, venus trinquer une dernière fois.

Son frère tenait le magasin quand l'attaque est survenue. "On est en Autriche, il n'a pas compris que ça pouvait être cela, c'est seulement quand la police est arrivée, lui a demandé d'éteindre toutes les lumières et de rester à l'intérieur qu'il a réalisé", raconte la libraire qui n'a pas souhaité donner son nom de famille.

"Aujourd'hui j'ai ouvert, même sans aucun client, il n'est pas question de se soumettre et de les laisser gagner", témoigne la jeune femme.

En l'espace de quelques instants, les Viennois ont perdu quelque chose qui leur tenait particulièrement à coeur, qui faisait même la fierté des habitants de la capitale autrichienne: leur sentiment profond de sécurité.

"Ce n'est pas Berlin et ce n'est pas Paris, nous sommes peut-être une très grande ville mais il ne s'y passe jamais rien de vraiment grave", explique à l'AFP Sharut Günduz, réceptionniste dans un hôtel situé aux abords du périmètre de sécurité.

Nuit blanche

Les rues sont quasiment désertes, dérangées dans leur angoissant silence ouaté par les tremblements du tramway. Tous les commerces sont fermés, les chaises déjà soigneusement rangées pour ce mois de confinement qui s'ouvre.

Ricardo, 30 ans, encaisse le contre-coup de sa nuit blanche, passée à rassurer ses enfants et à se "scotcher devant les nouvelles", somnolant deux heures, avant de prendre son poste de gardien au parking qui jouxte les lieux.

"Mais finalement les caméras de surveillance du parking et tous les policiers, ça me rassure", dit-il à voix haute.

Des mètres de ruban rouge et blanc sécurisent encore la zone. Ils sont des dizaines d'agents en uniformes, certains masqués et casqués, cramponnés à leur arme pour sécuriser le périmètre. Des experts de la police scientifique, en civil, ratissent poubelles et coins de pelouses.

A la mi-journée, accompagnés d'une poignée d'officiels, le chancelier Sebastian Kurz et le président Alexander von der Bellen, sont venus déposer sur la placette trois immenses couronnes de fleurs, barrées d'un ruban rouge et blanc aux couleurs du drapeau.

Pas de veilleuses, pas de fleurs déposées, pas de rassemblement. Les Viennois ont été invités à rester chez eux, en respect du confinement et pour faciliter les opérations de la police, qui redoutait dans la matinée la présence d'un second assaillant, finalement écartée.

Plusieurs autres badauds, téléphone portable à la main, venaient néanmoins, et souvent l'air peu assurés, regarder le déroulé des opérations ou prendre une photo à la dérobée.

"J'ai besoin de prendre l'air, j'en peux plus, je vais devenir fou", lance Friedrich Vösenüber, un étudiant qui a décidé de quitter son écran de télé pour aller voir, en bas de chez lui à quoi ressemble son quartier au lendemain de la tragédie.

Au plus près du cordon de sécurité, deux adolescents se refont, fébriles, le film avec leurs mots: "Là tu vois, il était là avec sa grosse kalash'", explique l'un des deux. "C'est la guerre", répond son copain.