La ministre de la Justice Karin Keller-Sutter a évoqué l'affaire au cours d'une table ronde organisée par le quotidien régional St. Galler Tagblatt.

Selon le quotidien, la ministre a indiqué que "les trois hommes se sont aussi rencontrés physiquement". Une citation que le porte-parole n'a pas pu confirmer.

Toujours, selon le quotidien, la ministre a aussi déclaré que les deux jeunes gens étaient des "collègues" de l'attaquant de Vienne, mais sans élaborer.

Les deux jeunes gens de 18 et 24 ans "ont été arrêtés par une unité spéciale à Winterthour (non loin de Zurich, ndlr) mardi après-midi en coordination avec les autorités autrichiennes", a indiqué la police cantonale de Zurich dans un communiqué.

Winterthour avait déjà défrayé la chronique de l'islamisme radical. En 2017, l'imam éthiopien de la mosquée An'Nur avait été inculpé pour avoir appelé au meurtre de musulmans non pratiquants.

A l'origine de l'attaque qui s'est déroulée lundi soir en plein coeur de la capitale autrichienne, près d'une importante synagogue et de l'Opéra, un "sympathisant" de 20 ans du groupe jihadiste Etat islamique qui avait tenté de rejoindre la Syrie.

Originaire de Macédoine du Nord, Kujtim Fejzulai, tué lundi soir par la police, avait été condamné en 2019 à de la prison en Autriche mais il a été libéré de manière anticipée.

"L'objectif principal est de faire tout la lumière" sur leur éventuelle implication, a indiqué la police cantonale zurichoise, qui travaille en étroite collaboration avec la police fédérale helvétique et la police autrichienne.