Trois autres de nos compatriotes figurent parmi les blessés, deux d’entre eux se trouvent dans un état critique.

Âgée de 31 ans, Ann-Laure Decadt, une jeune femme originaire de Staden (à proximité de Roulers) a perdu la vie lors de l’attaque de Manhattan alors qu’elle faisait du vélo en compagnie de sa mère et de ses deux sœurs. Ann-Laure Decadt était mère de deux petits garçons âgés de trois ans et de trois mois seulement. Sa famille a tenu à lui rendre hommage au travers d’un communiqué. "Elle était une femme magnifique et une maman exceptionnelle. Nous avons été contactés hier soir vers 20 h 40 par l’hôpital. Ils nous ont dit qu’il y avait eu un attentat et qu’Ann-Laure était une des victimes."

Son compagnon a, pour sa part, demandé à ce que son intimité ainsi que celle de sa famille soient respectées. "J’ai été contacté hier/mardi par le Presbyterian Hospital Lower Manhattan. Ils m’ont dit qu’il y avait eu une attaque et que me femme était morte. Elle était à vélo et a été visiblement surprise par le véhicule qui venait de l’arrière. Elle était en city-trip avec sa mère et ses deux sœurs qui étaient à ses côtés au moment des faits, mais sont heureusement indemnes."

Deux des trois Belges blessés lors de l’attentat commis à New York mardi soir se trouvent dans un état critique, rapportait mercredi la VRT citant le consulat général belge. Les trois blessés appartiennent à la même famille. Il s’agirait d’un père, d’une mère et de leur enfant.

Mardi, un attentat à la camionnette-bélier a fait huit morts et 12 blessés à New York. L’attaque a été perpétrée au nom du groupe État islamique par un Ouzbek de 29 ans, Sayfullo Saipov. Peu après 15 h ce dernier a foncé au volant de sa camionnette de location sur une piste cyclable dans le quartier huppé et touristique de TriBeCa, dans le sud-ouest de Manhattan, où les riverains s’apprêtaient à fêter Halloween. Il a roulé sur plus d’un kilomètre, fauchant piétons et cyclistes avant de percuter un bus de ramassage scolaire, forçant l’arrêt de sa course sanglante. Il est alors sorti de son véhicule, muni d’un pistolet de paint-ball et d’un pistolet à plomb. Blessé par un policier, il a été emmené dans un hôpital de la ville.


Trois Bastognards ont échappé, de peu, à la mort !

Christophe Gillet et ses cousins se trouvaient sur les lieux de l’attentat une heure auparavant

L’attaque terroriste qui a fait huit morts à Manhattan a suscité une vive inquiétude dans la famille Gillet de Bastogne. Christophe Gillet et ses cousins, Catherine et Olivier, sont, en effet, en vacances à New York.

Les trois jeunes Bastognards ont rapidement rassuré leurs proches. Ils vont bien ! "Si nos proches ne s’étaient pas inquiétés pour nous, nous n’aurions pas su qu’une camionnette avait fauché des cyclistes et des piétons en remontant à contresens une piste cyclable et un couloir de promenade à Manhattan alors que nous nous trouvions sur les lieux du drame une heure auparavant", nous confie Christophe. "Notre attention a toutefois été attirée par la multiplication des sirènes de police et des pompiers plus importante que d’habitude, mais nous ne savions pas ce qu’il se passait."

Le Bastognard , instituteur et auteur de livres scolaires, ajoute : "C’était particulier car les habitants continuaient à vivre comme si de rien n’était. Toutes les festivités ont été maintenues. La parade d’Halloween s’est déroulée le soir même. Nous avons assisté à un défilé incroyable et indescriptible de personnes déguisées qui déambulaient sans aucun complexe. L’ambiance était bon enfant. Show must go on , comme ils disent."

Christophe, Catherine et Olivier ne se sont "à aucun moment sentis en insécurité" même si ils ont le sentiment d’avoir échappé de peu à la mort.

L’histoire se répète pour Christophe Gillet. En effet, en août dernier, il se baladait sur l’allée centrale piétonne de La Rambla, à Barcelone, 24 heures avant l’attentat ! "Il faut croire que je les attire", dit-il.

Les trois Bastognards ont décidé de maintenir leur programme à New York, "une ville contrastée". Ils n’écourteront pas leur séjour et seront de retour, à Bastogne, comme prévu, ce dimanche.

Le suspect de l’attaque, un Ouzbek de 29 ans chauffeur pour Uber, a survécu

Le suspect, Sayfullo Saipov, arrivé aux États-Unis en 2010, "planifiait cela depuis des semaines", a déclaré John Miller, adjoint au chef de la police new-yorkaise en charge de la lutte contre le terrorisme. "Il l’a fait au nom de l’EI" et "des notes manuscrites en arabe"mentionnant l’EI, dont il semble "avoir suivi" les instructions, ont été retrouvées sur les lieux de l’attaque, dans le sud-ouest de Manhattan, a précisé M. Miller.

La police a précisé qu’elle avait pu interroger sur son lit d’hôpital le suspect de 29 ans, blessé au ventre par un policier, sans donner de détails. Les policiers tentent de reconstituer précisément l’itinéraire de ce résident de Paterson, à 60 km de New York dans le New Jersey, marié et père de plusieurs enfants. S’il était connu pour des infractions au code de la route, Sayfullo Saipov n’avait jusqu’ici "jamais fait l’objet d’une enquête" du FBI ou des services antiterroristes de la police.

Saipov, dont plusieurs médias ont rapporté qu’il fréquentait régulièrement la mosquée de Paterson, "s’est radicalisé" aux États-Unis, a souligné le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo, en le qualifiant de "lâche perverti". "Tous les éléments dont nous disposons indiquent que nous avons un modèle de loup solitaire", a souligné le gouverneur.


Aussi chauffeur pour la société Lyft

L'auteur de l'attaque terroriste à la voiture bélier de mardi à Manhattan (New York, USA), Sayfullo Saipov inculpé pour terrorisme, était aussi chauffeur pour l'application Lyft, en plus de l'application Uber, rapporte Associated Press. La société Lyft basée à San Francisco a confirmé dans une déclaration mercredi qu'elle coopérait avec les enquêteurs au sujet de son ancien employé. Sayfullo Saipov a été chauffeur pour cette plateforme "dans le passé", indique Lyft qui a fermé son compte n'a reçu aucune plainte à son sujet.


Déjà 30 Belges tués dans des attentats

Les victimes d’actes terroristes à l’étranger ont désormais droit à une aide

Anne-Laure Decadt. 31 ans. Mère de deux enfants. L’identité de cette jeune femme de Roulers vient hélas s’ajouter à la longue liste de victimes belges d’attentats terroristes à travers le monde ces dernières années. Rien que depuis le 24 mai 2014, jour du drame au musée juif de Bruxelles, on dénombre au moins 30 victimes belges tuées par des terroristes de l’État islamique.

La liste n’est pas exhaustive mais elle est déjà bien trop longue.

Le 24 mai 2014, au musée juif de Bruxelles, on déplorait une victime belge : Alexandre Strens, 25 ans, travaillait à l’accueil du musée.

Le 6 mars 2015 à Bamako, au Mali : le lieutenant-colonel Ronny Piens est tué dans un attentat qui fera 5 morts au total.

Le 18 mars 2015 à Tunis, en Tunisie : un attentat au musée du Bardo fait 22 morts. Parmi les victimes, Hilda, une Belge de 61 ans, originaire d’Anvers.

Le 26 juin 2015, à Sousse, en Tunisie : un terroriste de l’État islamique sème la terreur sur une plage. Parmi les victimes, on déplore la mort d’une jeune Namuroise prénommée Lana.

Le 13 novembre 2015 à Paris, en France : trois Belges figurent parmi les victimes, dont deux Liégeois, Elif Dogan et Milko Jozic.

Le 20 novembre 2015 à Bamako au Mali : des terroristes s’attaquent à l’hôtel Radisson. Deux Belges sont tués dont Geoffrey Dieudonné, employé au sein de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Le 22 mars 2016 à Bruxelles et Zaventem : les attentats de l’aéroport de Zaventem et du métro Maelbeek font 32 morts donc 17 victimes de nationalité belge.

Le 14 juillet 2016 à Nice, en France : au nom de l’État islamique, un terroriste se sert de son camion pour commettre un carnage sur la promenade des Anglais. Bilan : 86 morts dont une victime belge.

Le 1er janvier 2017 à Istanbul en Turquie : un terroriste s’en prend aux clients d’une discothèque d’Istanbul la nuit de la Saint-Sylvestre. Le bilan est lourd : 39 morts dont un jeune Belge originaire du Limbourg.

17 août 2017 à Barcelone, en Espagne : Elke, alors en vacances avec son époux, fait partie des 16 victimes tuées par des terroristes de l’État islamique.

Réservée jusqu’en 2016 aux victimes d’actes intentionnels de violence survenus sur le territoire belge, la Commission d’aide financière autorise désormais les victimes d’attentats terroristes à l’étranger à également réclamer une aide.