Monde

Les deux républicains en tête de la course à la Maison Blanche ont rivalisé de propositions ciblant les musulmans mardi après les attentats de Bruxelles. 

Ted Cruz a suggéré que la police patrouille leurs quartiers, Donald Trump de fermer la frontière et rétablir la torture. Cette surenchère intervient un jour de primaires dans l'Arizona, l'Utah, l'Idaho et les îles Samoa. "Nous devons autoriser les forces de l'ordre à patrouiller et à sécuriser les quartiers musulmans avant qu'ils ne se radicalisent", a lancé dans un communiqué le sénateur ultra-conservateur texan Ted Cruz, après les attentats à l'aéroport et dans le métro de Bruxelles qui ont fait une trentaine de morts et 200 blessés.

C'est la première fois qu'il cible les musulmans, et pas seulement les musulmans radicalisés. Il avait promis un "tapis de bombes" aux djihadistes après l'attentat de San Bernardino (Californie) en décembre, perpétré par un couple de musulmans radicalisés.

Ted Cruz s'était aussi montré "compréhensif" quand M. Trump --favori des primaires républicaines-- avait alors proposé d'interdire temporairement l'entrée des musulmans aux Etats-Unis de peur qu'un extrémiste ne se cache parmi eux.

Toujours convaincu que l'islam radical est "en guerre" contre les Etats-Unis et l'Europe, M. Cruz a répété qu'il fallait "mettre fin immédiatement au mauvais programme du président (américain) de faire venir des dizaines de milliers de musulmans syriens".

Dans la soirée, le directeur de la communication de la police new-yorkaise, J. Peter Donald s'en est pris nommément à M. Cruz dans un tweet au ton très critique: "Hey @tedcruz, est-ce que les presque 1.000 policiers musulmans sont aussi une 'menace' ? Il est difficile d'imaginer une déclaration plus incendiaire et plus insensée"


Hillary Clinton et Donald Trump remportent les primaires de l'Arizona

Hillary Clinton et Donald Trump ont respectivement remporté mardi les primaires démocrate et républicaine de l'Arizona pour la Maison Blanche, selon les projections des chaînes américaines. Les deux favoris de l'investiture de chaque parti ont battu leurs adversaires, conformément aux sondages.

Donald Trump a facilement dominé le sénateur du Texas Ted Cruz et le gouverneur de l'Ohio, John Kasich, dans un Etat frontalier du Mexique où son discours anti-immigration a rencontré un fort écho. Il remporte la totalité des 58 délégués en jeu dans l'Arizona, selon la règle en vigueur dans cet Etat ("winner-take-all"). Des résultats très partiels donnaient au milliardaire plus de 46% des voix.

Chez les démocrates, Hillary Clinton a battu son unique rival, le sénateur du Vermont Bernie Sanders, mais la répartition des délégués se fera à la proportionnelle tout au long de la primaire du parti de l'âne.

Les résultats des "caucus" (réunions d'électeurs) dans l'Utah pour chacun des partis étaient attendus plus tard dans la soirée, ainsi que dans l'Idaho pour le parti démocrate, où Bernie Sanders s'attend à une victoire écrasante contre Hillary Clinton.