Metin Karasurlar, 50 ans, et Michel Catino, 68 ans, font partie des six accusés sur 14 qui sont déclarés coupables d’association de malfaiteurs criminelle, sans la qualification de terroriste. La Cour a retenu contre eux le fait d’avoir fait partie d’un groupe qui a certes vendu des armes et de la drogue, mais sans avoir eu conscience de la radicalisation des acheteurs.

Lors du procès, les deux Belges semblaient perdus dans une affaire qui les dépassaient. Me Michel Bouchat, l’avocat belge du Belgo-turc Metin Karasular, avait rappelé sur son client s’était de lui-même présenté à la police de Charleroi pour s’expliquer sur l’achat d’une voiture à Amedy Coulibaly dans son garage. “Vous devez juger des hommes qui ne sont que des figurants dans ce box, en tout cas la plupart d’entre eux. M.Karasular n’a rien à voir avec le terrorisme”, avait plaidé Me Jean Chevais, son avocat français. Mais un policier de Charleroi l’avait décrit comme “quelqu’un de peu fiable et vénal”, un organisateur de jeux clandestins. Un désordre indescriptible règnait dans son garage de Marchienne-au-Pont où les policiers avaient retrouvé deux listes de commandes d’armes. Le portrait n’était pas plus flatteur pour Michel Catino, le plus agé des accusés avec ses 68 ans, accusé d’être le porte-valises de Karasular. Son avocat belge Fabian Louvaux, avait plaidé l’absence de preuves : ”pas d’ADN, pas d’empreinte, pas d’ordinateur”.

Les peines sont bien plus sévères pour d'autres condamnés, notamment Hayat Boumeddienne, l'épouse de Coulibaly en fuite, condamnée à 30 ans de réclusion criminelle et Ali Riza Polat, qui écoppe lui aussi de 30 ans.