La France rendait vendredi matin un hommage solennel aux 130 morts et 350 blessés des attentats perpétrés à Paris le 13 novembre et revendiqués par le groupe Etat islamique. 

François Hollande a dénoncé "une horde d'assassins" ayant agi "au nom d'une cause folle et d'un Dieu trahi", dans son discours. Il "promet solennellement" de tout faire pour "détruire l'armée des fanatiques" de l'EI. "Ils (les terroristes) échoueront. Ils ont le culte de la mort, nous nous avons l'amour de la vie." "Aujourd'hui la Nation toute entière pleure les victimes. 130 noms, 130 vies arrachées, 130 rires qu'on n'entendra plus (...) C'est parce qu'ils étaient la France qu'ils ont été abattus. C'est parce qu'ils étaient la liberté qu'ils ont été massacrés (...) J'adresse en son nom (la France) notre sollicitude aux familles et aux proches réunis ici", a poursuivi le président français.

"La France sera à vos côtés. Nous rassemblerons nos forces pour apaiser vos douleurs. La France mettra tout en oeuvre pour détruire l'armée de fanatiques qui a commis ces délits. (...) La France restera elle-même, telle que les disparus l'ont aimée. S'il fallait une raison de tenir debout aujourd'hui nous la trouverions dans leurs souvenirs", a déclaré M. Hollande. "Ils (les terroristes) échoueront. Ils ont le culte de la mort, nous nous avons l'amour de la vie."

Après une Marseillaise, l'hommage s'est ouvert sur une interprétation émouvante par trois chanteuses de "Quand on n'a que l'amour" du Belge Jacques Brel. Puis une chanteuse a interprété "Perlimpinpin" de Barbara, accompagnée au piano.

Les noms des 130 victimes ont ensuite résonné dans la cour des Invalides. Quelque 2.000 personnes, dont de nombreuses familles de victimes, participent à cette cérémonie présidée par François Hollande, qui devait durer une heure, dans la cour d'honneur de l'Hôtel des Invalides, un monument historique au coeur de Paris.