Jawad Bendaoud devient connu de toute la Belgique lorsqu'il est interrogé par BFM TV lors du raid dans son appartement de Saint-Denis. L'homme a hébergé Abdelhamid Abaaoud, sa cousine Hasna Aït Boulahcen et un troisième terroriste non identifié.

Devant les caméras, il déclare spontanément qu'il ne savait pas qu'il avait accueilli les auteurs des attentats de Paris. "J’étais pas au courant que c’était des terroristes, moi. (…) On m’a demandé de rendre service, j’ai rendu service, Monsieur. On m’a demandé d’héberger deux personnes pendant trois jours, j’ai rendu service tout simplement. Je ne sais pas d’où ils viennent, on est au courant de rien, Monsieur. Si je savais, vous croyez que je les aurais hébergés ?"

Alors que cette interview crée un buzz sur le web, Jawad est embarqué par les policiers sur place pour ensuite être placé en garde à vue. Finalement, il est mis en examen pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste.

Lors des recherches quant aux réelles motivations de Jawad pour avoir hébergé les trois terroristes en cavale, rien ne permettait d’affirmer qu'il avait reconnu Abdelhamid Abaaoud, l’homme le plus recherché de France, au moment de lui louer l’appartement. Le logeur avait pourtant admis avoir regardé des vidéos du djihadiste belge durant l’un de ses séjours en prison. Sur la plus célèbre, Abdelhamid Abaaoud, hilare, traîne des cadavres de soldats syriens à bord d’un pick-up. "Tout le monde regardait des vidéos de lui en prison, déclarait Jawad à la police. Vous croyez que je lui aurais loué mon appartement si je l’avais reconnu ?"

Un besoin d'argent

De nouveaux éléments remettent cependant sa parole en doute. Le journal Le Monde a eu accès au dossier judiciaire du "logeur de Saint-Denis". Parmi ces éléments, des SMS qui laissent penser que l'homme avait quelques doutes sur l'identité des personnes qu'il hébergeait ainsi que leur implication dans les attentats tout juste perpétrés à Paris.

Selon le site du journal, alors que la police lançait l’assaut sur son appartement, l’homme a reçu un SMS de son amie. "Je m’en doutais putain, je te l’avais dit en plus, c’est chelou".

Jawad aurait ensuite répondu: "Tous les mecs de ma rue, hier, ils rigolaient, ils m’ont dit t’es un OUF, tu ramènes des mecs de Belgique, deux frères MUS. (…) Sur le Coran de la Mecque c’est des terroristes, nous on rigolait, bah on s’en bat les couilles, moi je les héberge. (…) Les mecs ils viennent de Belgique, ils me demandent de quel côté ont fait la prière, ils me disent on est fatigué, on veut dormir, on a passé trois jours de fils de pute, 150 euros pour trois jours, pourquoi ils ont pas été à l’hôtel ? (…) Vazy même moi j’ai trouvé ça suspect les mecs…"

Le journal Le Monde ajoute finalement que l'homme aurait avoué ses doutes et ses réelles motivations à la police. "J’ai douté, il y avait un truc pas clair, mais je ne vais pas prendre vingt ans pour ça (…) je m’en doutais, mais je voulais l’argent".

Toujours selon Le Monde, Jawad n'aurait finalement empoché qu'une cinquantaine d'euros pour la location de son appartement.