Pour ces familles, "rien n'a été fait après les attentats de Charlie Hebdo."

Un hommage solennel aux victimes des attentats du 13 novembre sera rendu vendredi aux Invalides à Paris. Présidée par le chef de l'état français François, cette cérémonie sera néanmois boycottée par plusieurs familles de victimes.

La famille de Peretti en fait partie. Chez nos confrères de Nice Matin, Jean-Marie de Peretti, le père d'Aurélie tombée sous les balles au Bataclan, explique sa décision: "Nous avons effectivement été invités par une antenne du Comité d'intervention d'aide aux victimes à participer à cet hommage national aux Invalides, à Paris. En fait, une délégation de quatre membres par famille est invitée. Et je leur ai fait savoir que je ne viendrai pas. Je me souviens des attentats de janvier. Dès le lendemain, il y a eu des effets d'annonce. Lors du rassemblement dans les rues de Paris, la sécurité était devenue une cause nationale. J'y ai cru ! Mais que s'est-il passé ? L'espace Schengen a laissé passer toutes ces personnes pourtant signalées par le fameux fichier S. L'espace Schengen est devenu une passoire qui a permis à ces gens-là de venir perpétrer des actes terribles sur notre territoire. Rien n'a été fait !"

Jean-Marie de Peretti n'est pas le seul dans le cas.

Comme l'expliquent nos confrères du Huffington Post, Emmanuelle Prévost, la soeur de François-Xavier Prévost, lui aussi abattu froidement au Bataclan, a appelé sur sa page facebook à ne pas se rendre à cet hommage: "Rien n'a été fait depuis les attentats de Charlie Hebdo."