PIA avait repris des vols spéciaux vers la capitale afghane après la fin le 30 août, avec le retrait des derniers soldats américains du pays, de l'évacuation chaotique de plus de 120 000 personnes voulant partir à tout prix par crainte des islamistes.

"Nos vols ont fréquemment dû faire face à des retards injustifiés en raison de l'attitude non professionnelle des autorités de l'aviation (civile) à Kaboul", a déclaré à l'AFP le porte-parole de PIA, Abdullah Hafeez Khan.

Les vols resteront suspendus tant que la situation ne sera pas redevenue "favorable", a-t-il ajouté.

Selon une source au sein de PIA, les responsables talibans se sont souvent montrés "désobligeants" avec le personnel de la compagnie pakistanaise, et en une occasion ont "physiquement malmené" l'un de ses membres.

Le Pakistan entre le marteau et l'enclume

PIA a été critiquée pour facturer ses vols entre Islamabad et Kaboul à 1 200 dollars (1 040 euros) l'aller simple, pour un trajet n'excédant pas 40 minutes, contre 150 dollars avant l'arrivée au pouvoir des talibans.

Ces vols étaient d'abord destinés aux organisations internationales et humanitaires. Celles-ci ont toutefois aidé certains Afghans à y prendre place, pour fuir le nouveau régime et une situation économique catastrophique. Mais ils ont été irréguliers et les billets très difficiles à obtenir pour des passagers afghans ordinaires.

Le porte-parole de PIA a expliqué que ces vols n'étaient "pas très lucratifs financièrement", en raison du coût élevé de l'assurance, et que la compagnie ne les maintenait que pour des "raisons humanitaires".

Les talibans avaient auparavant menacé de bloquer la moitié des vols de PIA si elle ne baissait pas le prix de ses billets.

Le Pakistan était le principal soutien du premier régime taliban entre 1996 et 2001, et a continué par la suite à être accusé, notamment par les États-Unis, de soutenir leur insurrection contre le gouvernement afghan, appuyé lui par les Occidentaux.

Depuis le retour des talibans au pouvoir, le Premier ministre pakistanais, Imran Khan, a appelé la communauté internationale à leur parler et à soutenir financièrement le pays, dont l'économie, très dépendante de l'aide internationale gelée depuis deux mois, est au bord du gouffre.

Le Pakistan, toutefois, s'est gardé de reconnaître le nouveau régime taliban, contrairement à ce qu'il avait fait deux décennies plus tôt.