Des stages ou des compétitions de jeunes sont organisés par des associations largement sponsorisés par les industriels


WASHINGTON C'est une petite carabine qu'on peut acheter en vert, bleu ou rose, pour une touche féminine. Avec ce modèle, un petit garçon de 5 ans vient de tuer accidentellement sa soeur, horrifiant une partie des Etats-Unis où l'on fabrique et offre des armes aux petits enfants.

Sur Crickett.com, le site du fabricant Keystone Sporting Arms, la section "My first Rifle" (Mon premier fusil) décrit des modèles conçus pour les plus jeunes. Parmi eux, le fusil .22 long rifle reçu l'an dernier en cadeau par un petit garçon du comté rural de Cumberland au Kentucky (centre-est).

Mardi, l'enfant a joué avec le fusil, chargé, et tué sa petite soeur de deux ans, soulevant le coeur d'une Amérique toujours sous le choc de la fusillade de l'école Sandy Hook de Newtown (Connecticut, nord-est, 26 morts).

Le fabricant du Crickett, contacté par l'AFP, s'est contenté d'un "pas de commentaires", renvoyant à son avocat, John Renzulli, qui n'a pu être joint.
Mais le site, qui n'était plus consultable jeudi après-midi, publiait des dizaines de photos d'enfants maniant la carabine, dont un bébé, avec bandana et grenouillère couleur camouflage s'agrippant au viseur d'un fusil posé sur ses genoux.

La société basée en Pennsylvanie (est) affirme avoir vendu 4.000 carabines en démarrant en 1996, 60.000 en 2008 avec pour but "d'instiller l'idée d'un maniement sûr des armes dans les esprits des jeunes tireurs et les encourager au savoir et au respect que la chasse et le tir demandent et méritent".

Ce petit fusil d'1,1 kg et 80 cm de long ne tire qu'une seule balle et sa gâchette peut être verrouillée. D'un coût entre 110 et 140 dollars selon les modèles, il est vendu dans les supermarchés Walmart.

Sur le site "The Firing Line", les témoignages de parents se succèdent pour montrer combien leur petite fille ou garçon, de 5, 4 ou 3 ans, "adore" leur fusil. Le site Outdoorlife.com a fait faire un essai comparatif de fusils pour enfants à des jeunes. "Voilà leur évaluation de sept modèles que l'on peut trouver dans toute armurerie, à temps pour Noël", se réjouit le site.

"Il y a une grande variété d'armes conçues pour les jeunes", indique sur ABCNews.com Josh Sugarmann, fondateur de Violence Policy Center (Centre contre la violence). Pour cette association qui lutte pour une réglementation plus stricte, les propriétaires d'armes vieillissent et "l'industrie des armes a besoin de nouveaux clients".

Et pour attirer le chaland, des stages ou des compétitions de jeunes sont organisés par des associations largement sponsorisés par les industriels.
L'association américaine pour la protection des enfants vient de lancer une pétition demandant au Congrès "d'interdire la promotion des armes pour enfants et la vente du fusil Crickett".

Le site Kid Shootings rappelle que quelque 3.000 enfants sont tués -- et 14.000 blessés -- chaque année par balles, soit "autant d'enfants en un an que tous les soldats tombés en Irak".

Car dans ce pays fasciné par les armes, quasiment aussi nombreuses que les 300 millions d'Américains, les accidents impliquant des très jeunes sont loin d'être rares. Début avril, un petit de 4 ans a grièvement blessé d'une balle en pleine tête son copain de 6 ans dans le New Jersey (nord-est). Deux jours plus tôt, un petit de 4 ans tuait une femme lors d'un barbecue familial dans le Tennessee (sud-est).

"Voilà le vrai coût de notre liberté à posséder des armes", ajoute Kid Shootings en évoquant le Deuxième amendement auquel s'accrochent les amateurs d'armes à feu, qui viennent de faire capoter la tentative de l'administration Obama de réglementer les ventes d'armes.

© La Dernière Heure 2013