A 17H00, elle n'était que de 26,72%, bien loin des chiffres supérieurs à 40% des précédentes élections régionales de 2015.

Les bureaux de vote ont ouvert à 08H00 pour ce scrutin retardé de trois mois en raison de la crise sanitaire, et qui se tient à la proportionnelle sur deux tours, les 20 et 27 juin. Les estimations de résultat seront rendues publiques à 20H00.

Lors de ce scrutin qui n'attirent généralement pas les quelque 48 millions d'électeurs appelés à élire pour six ans les conseillers des treize régions de la France métropolitaine et de deux d'outre-mer, compétents dans des domaines comme les transports publics, les collèges et lycées, ou l'aménagement du territoire.

Malgré cela, ces élections, régionales et départementales, sont inévitablement perçues dans la perspective de l'échéance capitale de l'élection présidentielle 2022, à laquelle devrait selon toute vraisemblance participer Emmanuel Macron, et alors que l'extrême-droite emmenée par Marine Le Pen n'a cessé de gagner de l'ampleur au fil des ans.

"Un pas vers les présidentielles" 

Le Rassemblement national (RN, extrême droite) de la finaliste de la présidentielle de 2017, Marine Le Pen, a le vent en poupe, surtout que l'abstention tend à faire le jeu des extrêmes, tandis que le parti du président Emmanuel Macron, La République en marche, tout jeune et sans réelle assise territoriale n'est pas dans une posture favorable.

La gauche est quant à elle éclatée, sans leader et la droite historique divisée sur l'attitude à adopter face au RN: le Rassemblement national ambitionne bel et bien de briser le front républicain qui lui avait barré la route en 2015.

Pour la première fois, il pourrait diriger plusieurs régions, favorisé par le scrutin à la proportionnelle qui donne une prime de 25% des sièges à la liste recueillant le plus grand nombre de voix.

Il est donné en tête au premier tour dans six régions, notamment en Provence-Alpes-Côte-d'Azur où l'extrême droite est un acteur important depuis plus de trente ans.

Pour 51% des Français, une victoire du RN aux régionales ne serait pas "un danger pour la démocratie".

De quoi inquiéter Emmanuel Macron qui, sans être officiellement candidat pour 2022, est déjà talonné par son ancienne adversaire de 2017. Mais "il faut prendre d'énormes pincettes pour tirer des conclusions nationales et présidentielles", met en garde Antoine Bristielle, directeur de l'Observatoire de l'opinion à la Fondation Jean-Jaurès. Le président a voté avec sa femme Brigitte dans la station balnéaire du Touquet, dans le Nord, où ils ont une résidence.

Le scrutin, doublé d'élections départementales, s'ouvre au terme d'une campagne très atypique: les mesures sanitaires ont empêché meetings et porte-à-porte, les candidats ont arpenté les marchés, tracts à la main mais masques sur le visage...

Les rares retrouvailles avec les électeurs ont été émaillées d'incidents dans un pays où les tensions sociales semblent avoir été exacerbées par la crise sanitaire. Au moins trois personnalités politiques ont été enfarinées tandis que le chef de l'Etat lui-même a été giflé lors d'un déplacement.

Ce premier tour a aussi été marqué par quelques incidents dans l'organisation, comme des bureaux de vote qui n'ont pas ouvert à l'heure ou des bulletins manquants.