Roi des coups de gueule et des confrontations musclées sur les plateaux TV, Bernard Tapie aura laissé un souvenir impérissable à plusieurs journalistes. Tant en tant que politicien, président de l’Olympique de Marseille ou homme d’affaires, l’homme avait du répondant sur tous les sujets. Hormis peut-être quand il s’agissait de parler de ses déboires judiciaires.

Retour sur certaines de ses plus belles "punchlines" dans les médias.

"Je parle de foot avec des gens qui connaissent le foot... Pas avec vous !"

Face à Audrey Pulvar dans l’émission 18H Politique sur I Télé où il était l’invité, Bernard Tapie n’a pas hésité à sortir de ses gonds. D’abord questionné sur ses déboires judiciaires et sur une certaine escroquerie en bande organisée, l’ancien président de l’Olympique de Marseille s’emporte et indique qu’il n’a « pas encore eu l’occasion de répondre au questions des juges » tout simplement car il n’a « pas encore été questionné par les juges ». Il décide donc de ne pas répondre aux différentes questions de la journaliste. "Vous voudriez que je vous réponde à vos questions à vous alors que je n’ai pas encore été intérogé par mes juges ? Mais je serai complètement un citoyen anormal !". Audrey Pulvar décide alors de changer de sujet et de le questionner sur le monde du football. Sauf que là non plus, Nanar ne voulait pas s’exprimer. Du coup, il refuse même de parler de football : "Non, cela ne m'intéresse pas ! Je parle de foot avec des gens qui connaissent le foot... Pas avec vous !".


"Zlatan ? Il se prend pour qui ce mec-là ?"

Dans le quotidien français L’Équipe du mois d’avril 2015, Bernard Tapie s’en est pris à Zlatan Ibrahimovic, l’attaquant suédois qui évoluait à l’époque au Paris Saint-Germain. “Il est plus important que le club, que le président : ils lui lèchent les doigts du pied à longueur de journée” indiquait-il tout d’abord en taclant son club ennemi. “C’est insupportable. Vous avez vu comment il regarde un joueur quand on fait une faute sur lui ? Même si c’est un très très grand joueur, il se prend pour qui ce mec-là ? D’habitude, plus les joueurs sont grands, plus ils sont simples, accessibles. Lui est plus président que le président. Qu’est-ce que Blanc a à craindre de Zlatan ? Pour l’instant, des deux, il n’y en a qu’un qui a gagné la Coupe du monde, non ?”

"Enfin, regardez-vous”, à un Jean-Marie Le Pen prêt à en découdre physiquement

Débat historique entre Bernard Tapie et Jean-Marie Le Pen le 8 décembre 1989 où le sujet principal portait sur l’immigration pour les élections européennes. Le ton est alors très vite monté au point que le fondateur du Front National ne lâche à son opposant : “Ne me menacez pas physiquement, Monsieur Tapie, il vous en cuirait !" Une menace à laquelle Bernard Tapie répondit d’emblée : "Ah, parce que vous avez vos gardes du corps ?" Jean-Marie Le Pen lui assurait alors pouvoir s’occuper seul de ce dernier. "Non, moi."

"Enfin, regardez-vous”, assénait alors Bernard Tapie.

5 ans plus tard, les deux hommes se retrouvaient à nouveau en face à face avec toujours Paul Amar en arbitre de ce débat. Ce dernier avait alors décidé en ouverture de l'émission de sortir des gants de boxe d'un sac Décathlon et de les remettre à ses invités. Un geste très mal vu de la part des candidats mais aussi et surtout du côté de la direction de l'information de la chaîne. "C'est sérieux, la politique" faisait alors remarquer Bernard Tapie au présentateur.


"Vous vous foutez de ma gueule, là, ou quoi ?”

Lors du 20h de David Pujadas le 1er juillet 2013, Barnard Tapie est interrogé sur les différents affaires judiciares auxquelles il fait face. Alors que l’homme d’affaires vient de sortir de 96 heures de garde-à-vue, il n’hésite pas à tailler un David Pujadas assez choqué des paroles que lui lancent Nanar. "On n’a pas été élevés pareils. Chacun ses principes, moi j’ai ceux-là (...) Si vous m’invitez pour lire les journaux, je vous laisse tout seul avec vos journaux.” La question de savoir pourquoi se sent-il tant persécuté par les médias lui est alors posée. "Vous vous foutez de ma gueule, là, ou quoi ?” répond-il sèchement.


"Il a eu beaucoup de chance que je sois malade", en réponse à un Gilet Jaune qui l'avait interpellé

En 2019, Bernard Tapie est pris à partie par un "gilet jaune" qui s’était présenté comme étant un "journaliste de rue". Nanar lui avait alors rétorqué : "Vous êtes surtout un connard !" Cet échange avait pas mal fait parler de lui à l’époque puisqu’il avait été diffusé sur Youtube avant d’être supprimé. Quelques jours après cet épisode, dans l’émission C à vous, Anne-Elisabeth Lemoine est revenu sur cet échange musclé avec Bernard Tapie qui n’a pas hésite à faire jouer son franc-parler. "Il a eu beaucoup de chance que je sois malade", indiquait non sans une pointe d’humour l’ancien président de l’ Olympique de Marseille qui évoquait son cancer à l’antenne. "Vous savez, les imbéciles ont une vertu - j’ai appris ça tout au long de ma vie - c’est qu’ils ne supportent pas que vous ne sachiez pas que c’est des imbéciles. Ils veulent que vous sachiez que c’est des cons, donc ils s’arrangent pour le montrer."


Il quitte le plateau de Laurent Ruquier avec Muriel Robin : "Ne vous nourrissez pas des clichés"

En décembre 2006, dans l'émission "On n'est pas couché" animée par Laurent Ruquier, Bernard Tapie est invité sur le plateau avec l'humoriste Muriel Robin. A l'époque, Michel Polac et Eric Zemmour sont les snipers du show télévisé. Rapidement, l'ambiance devient électrique. Les deux hommes n'hésitent en effet pas à tacler Nanar sur ses déboires judiciaires. Une tactique qui paie puisque l'homme d'affaires sort une nouvelle fois de ses gonds et se plaint du comportement des deux snipers de l'émission accompagnés d'un Laurent Ruquier qui n'hésite pas à remettre de l'huile sur le feu. Très agacé, Tapie quitte le plateau de France 2. "Revenir sur des clichés comme vous le faite sur des affaires qui ont 22 ans (...) vous n'arriverez jamais à vous débarrasser de ce que vous avez vous-mêmes créés. Alors ne vous nourrissez pas de ça!" clame-t-il sous un tonnerre d'applaudissements venant du public. Muriel Robin qui était censée venir détendre l'atmosphère pour promouvoir son DVD fait de même également après des critiques sur son spectacle. Bernard Tapie fera alors sa réapparition sur le plateau pour s'expliquer encore une fois avant de quitter définitivement le plateau de l'émission.