"Je pense que (les Américains) sont les témoins d'une incroyable irresponsabilité, de messages incroyablement préjudiciables envoyés au reste du monde sur le fonctionnement de la démocratie", a-t-il ajouté. "Je ne connais pas ses motivations mais je pense que c'est totalement irresponsable", a-t-il encore déclaré lors d'un point de presse à Wilmington, dans le Delaware.

"Il est difficile de comprendre comment cet homme raisonne", a-t-il martelé. "Je suis convaincu qu'il sait qu'il a perdu et que je prêterai serment le 20 janvier", a-t-il poursuivi. "Ce qu'il fait est tout simplement scandaleux".

Il n'imposera pas de "confinement national"

Le président élu a affirmé également qu'il n'imposerait pas de "confinement national" malgré la recrudescence de la pandémie de Covid-19 aux Etats-Unis ces dernières semaines. "Aucune circonstance ne pourrait justifier à mes yeux un confinement national total. Je pense que cela serait contre-productif", a déclaré le démocrate.

"Je n'arrêterai pas l'économie, point. J'arrêterai le virus", a-t-il lancé, assurant qu'il suivrait les recommandations des scientifiques une fois installé à la Maison Blanche le 20 janvier. "Je le répète, pas de confinement national", a-t-il insisté. "Car chaque région, chaque communauté, peut être différente".

Joe Biden a fait de la lutte contre la pandémie la priorité numéro un de son début de mandat. Il a déjà nommé les membres de sa cellule de crise amenée à coordonner cette lutte, et a encore dit jeudi que le port du masque n'était "pas une posture politique". Plus de 250.000 décès ont été attribués au Covid-19 depuis le début de la pandémie aux Etats-Unis, pays le plus endeuillé au monde par la maladie.

"Vous connaitrez bientôt mon choix pour le Trésor"

Joe Biden a indiqué en outre qu'il avait fait son choix pour le poste très prisé de secrétaire au Trésor et qu'il l'annoncerait prochainement. "Vous connaitrez bientôt mon choix pour le Trésor, j'ai pris ma décision", a-t-il déclaré. "Il s'agit de quelqu'un qui, je pense, sera accepté par tous les éléments du parti démocrate, les progressistes et les modérés", a-t-il encore dit, ajoutant qu'il pourrait faire une annonce avant ou tout juste après la fête de Thanksgiving, le jeudi 26 novembre.

Lael Brainard, 58 ans, seule voix démocrate au sein du comité de politique monétaire de la puissante banque centrale américaine (Fed), est la favorite, ont dit à l'AFP des sources financières proches de M. Biden.

Ce serait la première femme Secrétaire au Trésor, en plus de deux siècles. Cette technocrate, diplômée de la prestigieuse université de Harvard, connaît bien le Trésor, l'équivalent français du ministère de l'Economie et des Finances, où elle s'occupait de l'international sous l'administration Obama avant d'être nommée à la Fed.

Elle s'est tout particulièrement occupée du dossier sur les manipulations supposées de la monnaie chinoise, le yuan, par Pékin.

Elle s'est aussi distinguée lors de la crise de la dette en zone euro en 2011, en exhortant, en coulisse, l'Union européenne à adopter un plan d'aide ambitieux pour aider les pays surendettés, d'après la presse américaine.

Lael Brainard pourrait toutefois rencontrer l'opposition de l'aile progressiste du parti démocrate, qui estime qu'elle n'a pas été assez dure avec la Chine. Mais son positionnement centriste pourrait faciliter sa confirmation au Sénat, notamment si celui-ci restait sous contrôle des républicains.

Janet Yellen, ancienne présidente de la Fed, Roger Ferguson, patron du fonds de pension TIAA, Mellody Hobson, qui co-dirige le fonds Ariel Investments, et Sarah Bloom Raskin, ancienne adjointe au Trésor sous l'ère Obama, complètent la liste des principaux candidats, selon les sources, qui se sont exprimées sous couvert d'anonymat.

Le prochain secrétaire au Trésor aura la lourde tâche d'aider à sortir l'économie américaine du ralentissement dans lequel l'a plongée la pandémie de coronavirus.