Militants et scientifiques craignaient que la planète n'encaisse un nouveau coup dur avec quatre années supplémentaires à la Maison Blanche d'un président qui a contrarié les efforts de la lutte contre le dérèglement climatique.

Mais la victoire de Joe Biden change la donne: le démocrate a promis de faire revenir les Etats-Unis dans l'Accord de Paris sur le climat -- dont la décision de Donald Trump les a sortis officiellement le 4 novembre--, et il a présenté un plan de 1.700 milliards de dollars pour atteindre la neutralité carbone d'ici 2050.

"La victoire historique de Joe Biden est la première étape pour éviter la catastrophe climatique", a commenté sur Twitter la directrice exécutive de Greenpeace, Jennifer Morgan, appelant Joe Biden à être le "champion" pour le climat dont le monde a besoin.

"L'administration Biden-Harris a une occasion historique de mettre en oeuvre l'un des plus grands efforts de relance écologique au monde, afin d'orienter l'économie américaine vers une réduction durable des émissions tout en reconstruisant le pays et en créant une société plus juste", a déclaré de son côté Laurence Tubiana, une des architectes de l'Accord de Paris qui vise à limiter le réchauffement sous +2°C, idéalement +1,5°C, par rapport à l'ère pré-industrielle.

"C'est un jour nouveau pour le climat, l'environnement et le peuple américain. Des lendemains meilleurs sont possibles", a renchéri Andrew Steer, patron du think tank World Resources Institute.

Mais "il n'y a pas une minute à perdre", a-t-il insisté.

Pour ne pas dépasser +1,5°C et limiter l'ampleur des catastrophes climatiques qui se multiplient déjà à travers la planète, il faudrait en effet réduire de presque 50% les émissions mondiales de gaz à effet de serre d'ici 2030, selon les experts climat de l'ONU (Giec).

Une baisse qui nécessite des réformes radicales de l'économie mondiale. Mais une ambition qui serait un peu moins hors de portée avec Joe Biden à la Maison Blanche, estiment certains experts.

"Sombre réalité" 

Pour le groupe Climate Action Tracker, cette victoire pourrait ainsi être un "point de bascule" pour se rapprocher "tout près" de l'objectif de +1,5°C. Il faudrait pour cela que la promesse de neutralité carbone des Etats-Unis d'ici 2050 soit tenue, tout comme les récents engagements chinois, européens et japonais en la matière.

"Si les Etats-Unis adoptent l'objectif de neutralité carbone pour 2050, les quatre plus grandes puissances économiques du monde seront en phase avec la science et montreront la voie vers un avenir sûr, propre et moderne", a de son côté commenté Pr Johan Rockström, co-directeur du Potsdam Institute for Climate Impact Research (PIK).

Encore faudra-t-il passer de la parole aux actes, que ce soit à Bruxelles, Pékin, Tokyo ou Washington.

"Ne vous y trompez pas. La sombre réalité est que même si chaque Etat respecte ses engagements en vertu de l'Accord de Paris (et beaucoup, dont les Etats-Unis et l'UE ne sont aujourd'hui pas à la hauteur), cela nous mènera à moins de la moitié du chemin" pour limiter le réchauffement à +2°C, a mis en garde sur Twitter le climatologue Michael Mann, de la Pennsylvania State University, "prudemment optimiste" après la victoire de Joe Biden.

La marge de manoeuvre du futur président américain dépendra en particulier de sa capacité à faire adopter des législations climatiques ambitieuses.

Et il aura besoin pour ce faire du Sénat, qui pourrait rester aux mains des Républicains. Il faudra attendre le 5 janvier, date du second tour d'une sénatoriale en Géorgie, pour le savoir.

Sans majorité au Sénat, Joe Biden pourra toujours compter sur les milliers d'entités non fédérales (Etats, villes, entreprises...) dont l'engagement ces dernières années devrait permettre aux Etats-Unis d'atteindre malgré tout leurs anciens engagements en vertu de l'Accord de Paris (26 à 28% de baisse des émissions d'ici 2025 par rapport à 2005), selon Climate Action Tracker.

A un mois du 5e anniversaire de l'Accord de Paris, les défenseurs du climat espèrent dans tous les cas un retour du leadership américain sur la scène climatique mondiale.

"En revenant dès son premier jour dans l'Accord de Paris, le président-élu Biden peut stimuler la confiance dans la coopération internationale", a ainsi estimé Andrew Steer.

"Les générations à venir se souviendront de l'administration Biden-Harris comme celle qui a déçu de grandes attentes, ou comme celle qui a vraiment été utile au peuple américain, et au monde", a résumé Ottmar Edenhofer, autre co-directeur du PIK.