Juste avant le décollage à bord de l'avion Air Force One, le président américain a assuré que le but de son voyage était de faire savoir "clairement à Poutine et à la Chine que les Etats-Unis et l'Europe (étaient) soudés".

© AFP

Toujours sur le tarmac de la base militaire d'Andrews, en banlieue de Washington, M. Biden a ajouté qu'il comptait dévoiler bientôt une stratégie vaccinale mondiale.

Accompagné de la Première dame, Jill Biden, le dirigeant démocrate participera au sommet du G7 en Cornouailles, où la pandémie de Covid-19 et le climat feront partie des priorités.

Premier arrêt de la tournée: la base de Mildenhall, dans l'est du Royaume-Uni, où le président s'exprimera devant des membres de l'US Air Force.

Un tête-à-tête avec le Premier ministre britannique Boris Johnson est prévu dès jeudi. Dimanche, Joe Biden rendra visite, au château de Windsor, à la reine Elizabeth II, qui règne depuis 69 ans.

"Mon voyage en Europe est l'occasion pour l'Amérique de mobiliser les démocraties du monde entier", a assuré celui qui martèle, depuis son arrivée au pouvoir, que les Etats-Unis sont de retour ("America is back") et entendent s'impliquer pleinement dans les affaires du monde.

Au sortir du mandat de Donald Trump, les alliés "accueilleront ces propos rassurants avec un peu scepticisme", souligne cependant Suzanne Maloney, du centre de réflexion Brookings, basé à Washington.

"La volonté de Biden de renouer avec eux devra surmonter non seulement les cicatrices des quatre années écoulées mais aussi les questions persistantes sur l'état de santé de la démocratie américaine", écrit-elle.

Comment le locataire de la Maison Blanche s'est-il préparé à ce déplacement de huit jours, qui le mènera aussi à Bruxelles et au cours duquel il multipliera les rencontres bilatérales?

"Il se prépare depuis 50 ans", a répondu sa porte-parole Jen Psaki, dans une allusion à la très longue carrière politique du président de 78 ans qui fut élu pour la première fois au Sénat en 1972, à l'âge de 29 ans.

"Il connait certains de ces dirigeants, dont le président Poutine, depuis des décennies", a-t-elle insisté.