Jair Bolsonaro, toujours hospitalisé quatre jours après une opération à l'abdomen, ne pourra pas reprendre ses fonctions avant le 17 septembre afin d'avoir une plus longue convalescence, a annoncé jeudi soir le porte-parole de la présidence.

Ce porte-parole, Otavio Rêgo Barros, avait indiqué dans la matinée que le chef de l'Etat avait prévu de reprendre ses fonctions de président du Brésil dès ce vendredi, même s'il s'alimente toujours via une sonde naso-gastrique.

"L'équipe de médecins du président de la république a décidé de le tenir éloigné de l'exercice de ses fonctions (...) quatre jours supplémentaires, à compter du (vendredi) 13 septembre, afin de lui accorder une plus longue période de récupération", a annoncé le porte-parole.

Depuis dimanche, jour de l'opération de Jair Bolsonaro à l'abdomen un an après l'attentat à l'arme blanche dont il a été victime, le vice-président Hamilton Mourao est président par intérim.

L'intervention chirurgicale, la quatrième depuis qu'il a été poignardé à l'abdomen en septembre 2018 pendant la campagne électorale, avait duré plus de cinq heures, deux de plus que prévu.

"L'état de santé du président (...) évolue positivement", a simplement indiqué son porte-parle jeudi soir. Jair Bolsonaro compte être rétabli pour se rendre à New York le 24 septembre, pour l'Assemblée générale de l'ONU, où le Brésil est traditionnellement le premier pays à prononcer un discours.