Le journaliste indépendant Dom Phillips, 57 ans, a disparu alors qu'il faisait des recherches pour un livre dans la Vallée de Javari, en compagnie de Bruno Araujo Pereira, spécialiste reconnu des peuples indigènes, a rapporté The Guardian auquel Phillips collabore régulièrement. Les deux hommes n'ont plus été vus depuis dimanche matin.

Située dans le sud-ouest de l'Amazonie, non loin du Pérou, la Vallée de Javari est très difficile d'accès et abrite des tribus dont une vingtaine sont totalement isolées. Cette région connaît une escalade de la violence armée en raison de la présence de mineurs, orpailleurs ou chasseurs clandestins.

De premières recherches menées par des indigènes "avec une excellente connaissance de la région" n'ont rien donné, ont dit l'Union des organisations indigènes de la Vallée Javari (Univaja) et l'Observatoire pour les droits humains des peuples indigènes isolés et récemment contactés (OPI).

Le parquet a annoncé que la police avait été chargée d'une opération de recherches, sous la direction de la Marine, tandis que ces disparitions suscitaient toute la journée beaucoup d'émotion au Brésil et sur les réseaux sociaux.

"Nous implorons les autorités brésiliennes d'envoyer la garde nationale, la police fédérale et toutes les forces à leur disposition pour retrouver notre cher Dom", a écrit sur Twitter Paul Sherwood, compagnon de la soeur de Phillips. "Il aime le Brésil et a consacré sa carrière à la forêt amazonienne".

L'association de la presse étrangère au Brésil, l'Acie, a exprimé "sa préoccupation extrême" et demandé aux autorités d'agir "immédiatement".

L'ex-président Lula, favori de l'élection d'octobre, a souhaité que les deux hommes "soient sains et saufs et retrouvés rapidement".

Ils avaient "reçu des menaces sur le terrain la semaine (précédant) leur disparition", ont révélé dans un communiqué l'Univaja et l'OPI.

Ces dernières n'ont pas précisé le type de menaces reçues, mais Bruno Araujo Pereira, fin connaisseur de la région et qui a longtemps travaillé à la Funai, un organisme gouvernemental chargé des peuples autochtones, a régulièrement fait l'objet de menaces de la part d'exploitants forestiers et miniers clandestins convoitant des terres indigènes.

"Invasions de terres"

La Funai a déclaré à l'AFP qu'elle collaborait avec les autorités locales pour les recherches.

Selon l'Univaja et l'OPI, les deux hommes ont quitté Atalaia do Norte, dans l'Etat d'Amazonas, pour interviewer des habitants autour d'une base de la Funai, et ont rejoint le lac Jaburu vendredi soir.

Ils ont ensuite pris le chemin du retour dimanche matin, et devaient revenir aux alentours de 09H00 locales (12H00 GMT) à Atalaia do Norte.

Mais ils ont fait un arrêt dans la communauté de Sao Rafael, où Bruno Pereira avait prévu un rendez-vous avec le chef local afin d'évoquer la question des patrouilles indigènes pour combattre les "invasions" de terres, de plus en plus fréquentes sous le gouvernement de Jair Bolsonaro.

Selon le journal O Globo, deux pêcheurs ont été arrêtés par la police dans la nuit de lundi à mardi, dont une personne avec qui les deux hommes avaient rendez-vous. Le journal ne précise pas s'il s'agit de ce chef local.

Ce dernier n'arrivant pas, les deux hommes ont décidé de rentrer à Atalaia do Norte, à deux heures en bateau, selon les deux organisations. Ils ont été vus pour la dernière fois à Sao Gabriel, en aval, non loin de Sao Rafael.

Ils voyageaient sur un bateau neuf, avec 70 litres d'essence, soit "suffisamment pour le voyage", et possédaient un équipement de communication satellitaire, selon la même source.

The Guardian s'est dit "très inquiet" concernant son collaborateur occasionnel, dont les articles sont aussi régulièrement publiés par The New York Times, The Washington Post et d'autres médias.

"Nous condamnons toutes les attaques et violences contre les journalistes et les personnes travaillant pour les médias. Nous espérons que Dom et ceux qui voyageaient avec lui seront bientôt retrouvés sains et saufs", a ajouté le quotidien.

La base de la Funai dans la Vallée de Javari a été attaquée plusieurs fois ces dernières années. En 2019, un représentant de la Funai y avait été abattu.