Monde

L'opposition britannique exige que le parlement soit à nouveau convoqué après qu'une décision de justice écossaise a qualifié d'illégale la décision du Premier ministre conservateur Boris Johnson de le suspendre pour cinq semaines. Le gouvernement ne semble toutefois pas prêt à répondre à cette demande.

La cour d'appel d'Edimbourg a jugé mercredi "illégale" la décision de Boris Johnson de suspendre le parlement jusqu'au 14 octobre, deux semaines avant le Brexit prévu le 31 octobre.

"Nous sommes déçus de la décision et ferons appel auprès de la Cour suprême", a déclaré Downing Street dans un communiqué, juste après l'annonce. Un arrêt définitif est attendu dans le courant de la semaine prochaine et le gouvernement ne compte vraisemblablement rien entreprendre avant.

Certains députés d'opposition estiment toutefois que M. Johnson devrait immédiatement reconvoquer le parlement. "C'est un arrêt très fort. Le Premier ministre devrait rappeler les députés cet après-midi ou demain matin afin qu'ils puissent faire leur travail, examiner la décision de justice et envisager les prochaines étapes", a affirmé le travailliste Keir Starmer.

Sa position est partagée par la Première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, et le chef du SNP à la Chambre des communes, Ian Blackford. Ce dernier a d'ailleurs adressé une lettre au chef du gouvernement l'appelant à donner suite à la décision de justice.

Certains ex-conservateurs, récemment exclus du parti pour ne pas avoir appuyé la stratégie de Johnson, ont abondé. Dominic Grieve, l'ancien ministre de la Justice, a notamment déclaré espérer "que Johnson réalise l'ampleur de la crise qu'il a créée", tout en plaidant pour que les députés soient à nouveau réunis.