"C'est Jade en direct du vaccibus Skyrock": le bus de la radio stationne depuis mardi en Seine-Saint-Denis, une des premières étapes de son Tour de France pour inciter les jeunes à se faire vacciner contre le Covid-19, en partenariat avec le ministère de la Santé.

Jade hésite, regarde Karim, l'animateur de Skyrock, à la recherche d'une approbation et enregistre au micro sa dédicace pour ses amies, qui sera diffusée sur les ondes.

Derrière la collégienne, cinq personnes patientent dans la salle d'attente aménagée à bord du bus garé à Pierrefitte-sur-Seine. A l'intérieur, des boxes de vaccination érigés à l'aide de séparateurs isolants en polyester et un studio Skyrock dédié aux dédicaces post-injection.

Comme Jade, plusieurs enfants et adolescents profitent de l'événement pour enregistrer une dédicace et repartir avec un t-shirt de la radio, mais sans être passés par la case vaccin.

Soudain, une apparition furtive du rappeur Booba, pourtant en froid avec Skyrock, surprend les organisateurs et électrise les pré-ados présents, qui l'ont reconnu.

Arrivé rapidement dans un van luxueux noir, reparti tout aussi vite, Booba ne s'attarde que quelques minutes devant le bus, le temps de tourner des vidéos et d'apparaître dans la story Snapchat d'un garçon, en reprenant le slogan de l'événement "ça va ça vax".

"J'ai toujours voulu me faire vacciner mais j'avais pas trop envie de bouger. Là c'est en bas de chez moi", confie Houssem Niakaté, 16 ans - short, t-shirt de sport et casquette à l'envers - venu se faire administrer une première dose de vaccin, alors que des enceintes géantes crachent les tubes de l'été.

"Franchement, c'est une bonne initiative", dit sa soeur jumelle, Adama, éclairée par les lumières rouges du bus.

En fin d'après-midi, des grappes d'enfants et d'adolescents pénètrent dans le centre sportif voisin pour se rendre à leurs activités. Ils ne sont que quelques-uns à s'arrêter devant le barnum d'accueil de la Croix-Rouge, chargée de la vaccination, situé à l'entrée du bus.

Selon les derniers chiffres de l'Assurance maladie disponibles, en date du 5 septembre, 17,5% des moins de 19 ans en Seine-Saint-Denis ont reçu une première dose, contre 28,8% au niveau national, soit près de 4,7 millions de jeunes.

"Persuader sur l'instant"

"Le but n'est pas de faire du chiffre mais de vacciner des gens qui ne seraient jamais venus tout seuls", souligne Roger Fontaine, représentant de la délégation de la Croix-Rouge en Seine-Saint-Denis.

Parti de Paris lundi, le centre de vaccination itinérant, ouvert de 12H00 à 20H00, doit sillonner 17 villes dans le pays jusqu'au 9 octobre.

"La vaccination de masse est terminée, maintenant il faut continuer à multiplier les opérations d'+aller vers+ (...), prendre les gens sur le vif, les persuader sur l'instant", explique la directrice adjointe de la délégation l'Agence régionale de la Santé du 93, Stéphanie Talbot.

Si l'opération vise en particulier les 12-17 ans, qui ont accès à la vaccination depuis le 15 juin, elle est ouverte à toutes les tranches d'âge. "A 11H30 on avait une queue de gens de plus de 60 ans qui attendaient", s'amuse Cédric Le Belge, animateur historique de la radio.

Marcel Monné, agent de la RATP de 53 ans, est venu après le travail recevoir sa deuxième dose: "la vaccination c'est la porte de sortie, autant se faire vacciner. On espère que la maladie ne passera pas par nous".

Pour le fondateur et PDG de Skyrock Pierre Bellanger, la radio aux 3,4 millions d'auditeurs quotidiens "diffuse une culture de la vaccination". "Au vu de l'urgence sanitaire et parce que le vaccin sauve des vies, on a considéré qu'on pouvait jouer un rôle", détaille M. Bellanger, précisant que Skyrock a été à l'initiative de l'opération, financée par le ministère de la Santé.

Environ 80 personnes ont été vaccinées à Pierrefite-sur-Seine, lors de la deuxième journée du tour de France du vaccibus.

Il fait étape mercredi dans une autre ville de Seine-Saint-Denis, Sevran, avant de gagner le Nord en fin de semaine.