Après le meurtre de l'enseignant Samuel Paty, Gérald Darmnin, le ministre français de l'intérieur, a insisté sur l'importance de la liberté d'expression. Sur les ondes de BFM TV, il a aussi appelé à lutter contre le communautarisme. Ce mardi 20 octobre, le ministre a pointé la "responsabilité" de "certaines entreprises".

"Moi, ça m'a toujours choqué d'entrer dans un supermarché et de voir, en arrivant, un rayon de telle cuisine communautaire. C'est comme ça que commence le communautarisme", a-t-il expliqué, précisant à plusieurs reprises qu'il ne s'agissait que d'une opinion personnelle. "Quand on vend des vêtements communautaires, peut-être qu'on a une petite responsabilité dans le communautarisme", a-t-il rajouté.

"Le capitalisme mondial a une responsabilité. (...) Ce n'est pas parce qu'on a des parts de marché en flattant de bas instincts qu'on rend service au bien commun. J'appelle les chefs d'entreprise à se rendre compte qu'ils peuvent contribuer à la paix publique".

Des propos qui ont fait réagir

Invité à réagir sur BFM TV, Richard Ferrand, le président de l'Assemblée, a précisé que ces rayons ne le choquaient pas. "Quand je fais mes courses, je vais au rayon des produits bretons, parce que je suis breton. Et je vais vers les produits du terroir". Il a également précisé que, dans sa circonscription (ndlr: Châteaulin, dans le Finistère), une entreprise exportait du poulet halal vers l'Arabie saoudite. "Quand ça permet à des filières entières de vivre, à des entreprises de prospérer, je considère qu'on s'adapte à la demande du marché, donc ce n'est pas un sujet".

Pour la polémiste Caroline Fourest, ces propos sont "hors sujet" et "pas sérieux". "Ce n'est pas le moment de mélanger communautaire et communautarisme".


Laurence Rossignol, sénatrice PS de l'Oise, n'a pas hésité à se moquer du ministre. "Dans le viseur du ministre de l’intérieur : les rayons halal, thaï, kasher, indien, asiatique... Sans oublier le rayon bio, ce repère de la cuisine communautaire Amish !"


"J'ai le droit d'être gêné", réplique Darmanin

"J'ai le droit d'être gêné, c'est ça la République", a-t-il rétorqué face aux critiques. "Je pense que quand on commence à communautariser les achats, non pas dans des achats spécifiques. Je comprends très bien la boucherie halal, il m'arrive d'ailleurs d'y aller. Je comprends très bien les boucheries casher. Mais j'ai du mal à comprendre que le capitalisme utilise le communautarisme. Je ne critique pas les consommateurs. Je critique ceux qui leur vendent quelque chose (...) Je comprends très bien que de la viande halal soit vendue dans les supermarchés, ce que je regrette, ce sont les rayons. Pourquoi je dois faire un rayon différent lorsque je vais acheter de la viande halal? Pourquoi des rayons spécifiques?".