"Nous avons parlé de l'accord, qui est équitable et équilibré", a tweeté M. Michel à propos du projet sur lequel se sont accordés jeudi le gouvernement britannique et la Commission européenne. Un projet - essentiellement commercial - qui doit encore être examiné par le Conseil (Etats membres) et le Parlement européen, a souligné le Belge.

"Nous avons hâte de coopérer sur le Covid-19, sur un potentiel Traité sur les pandémies, sur le climat en vue de la COP26 (la 26e conférence annuelle de l'ONU sur le climat, NDLR) et sur les sujets de politique étrangère, en tant qu'alliés partageant des valeurs communes", a ajouté M. Michel.

La coopération en matière de politique étrangère, de sécurité extérieure et de défense n'est pas couverte par l'accord post-Brexit, le Royaume-Uni n'ayant pas voulu négocier cette question.

En écho à cet entretien, Boris Johnson s'est dit pressé de collaborer avec l'UE sur des priorités communes, prenant en exemple la seule lutte contre le changement climatique. Le nationaliste conservateur a dit voir dans l'accord post-Brexit "un nouveau départ pour notre relation, entre égaux sur le plan de la souveraineté".