Monde Christophe Castaner a été filmé dans une boîte de nuit branchée de la capitale française en train d'enlacer une jeune femme. L'intéressé, marié et père de deux enfants, revendique le droit à sa vie privée. Mais cette escapade nocturne ne plaît pas à tout le monde, notamment dans l'opposition.

Les magazines Closer et Voici ont dévoilé des photos et une vidéo du ministre de l'Intérieur en train de faire la fête au Noto, une discothèque très prisée de Paris. Les images ont été prises dans la nuit du samedi 9 au dimanche 10 mars. Le ministre est en train de danser avec une jeune femme -prénommée Clara pour Voici et Emma pour Closer (sic) -, peu après l'Acte 17 des "gilets jaunes". Des images qui interrogent sur la sécurité du ministre, même si on assure dans son entourage que son service de sécurité était bien présent avec lui ce soir-là. 

"Il s'agit de ma vie privée et de ma famille qui peut être respectée", s'est défendu Castaner dans Le Parisien. "J'ai rejoint une soirée, dans un cadre totalement privé, entre 23h30 et 2h du matin."



Confronté à ces images, le Premier ministre Edouard Philippe a défendu son collègue, ne voulant pas alimenter la polémique. "Je n'ai aucun commentaire à faire sur la vie privée de Christophe Castaner et le ministre de l'Intérieur a toute ma confiance", a-t-il répété sur Europe 1.



De quoi offrir à l'opposition une porte dans laquelle s'engouffrer. "Quand j'étais au ministère de l'Intérieur, je ne suis allé qu'une fois en boîte de nuit", a rappelé Brice Hortefeux au Parisien. "C'était pour les vœux du syndicat SGP-FO. Et j'étais avec le patron de FO à l'époque."

Guillaume Larrivé, secrétaire général délégué des Républicains, est lui aussi circonspect face à de telles images. "Le vrai problème, ce n'est pas que M. Castaner s'amuser en discothèque, mais qu'il occupe le bureau de ministre de l'Intérieur, en France, en 2019."



Le chef des forces de l'ordre est en tout cas dans l'embarras depuis la publication des clichés.