"Les mêmes décisions intenables qui tuent notre planète tuent des gens", a lancé le patron de l'Organisation mondiale de la santé, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus.

"L'OMS appelle tous les pays à prendre des mesures décisives lors de la COP26 pour limiter le réchauffement climatique à 1,5° Celsius pas seulement parce que c'est notre devoir mais parce que c'est dans notre intérêt", a-t-il insisté, dans un communiqué de presse.

Le plan d'action de l'organisation onusienne est appuyé par une lettre ouverte de 300 organisations regroupées au sein de la Global Health Alliance, qui revendique représenter 45 millions de médecins et autres professionnels de la santé.

"Partout où nous soignons, dans nos hôpitaux, nos cliniques et communautés dans le monde entier, nous répondons déjà aux méfaits du changement climatique sur la santé", ont écrit les signataires, qui demandent aux dirigeants mondiaux "de placer la santé et l'équité au coeur de toutes les actions pour mitiger les effets du changement climatique et s'y adapter".

Pour l'OMS et les auteurs de la lettre ouverte ce sont "des millions de vies qui pourraient être sauvées chaque année" si les Etats signataires de l'Accord de Paris sur le climat en remplissent les objectifs, que ce soit grâce à l'amélioration de la qualité de l'air ou une meilleure alimentation.

Mais, constatent-ils, "la plupart des processus de décisions actuels en matière de climat ne tiennent pas compte de ces bénéfices pour la santé et leur valeur économique".

"Il est très clair que la crise du climat est l'une des plus graves urgence sanitaire à laquelle nous ayons à faire face", a souligné pour sa part la responsable de l'OMS pour l'environnement et le changement climatique, la docteure Maria Neira.

Selon elle, la réduction de la pollution de l'air aux niveaux recommandés par l'OMS permettrait "de réduire le nombre total de morts dans le monde du fait de la pollution de l'air de 80%" en réduisant l'usage des énergies fossiles.

"En basculant sur des régimes alimentaires plus nutritifs, basés sur les plantes ont réduirait significativement les émissions (de gaz à effet de serre) au niveau mondial, tout en créant des chaînes alimentaires plus résilientes et on pourrait éviter les quelque 5,1 millions de décès par an liés aux habitudes alimentaires d'ici 2050", a souligné la docteur Neira.

Dans son plan d'action, l'OMS demande aux dirigeants qui seront à Glasgow en novembre de s'engager en faveur d'une sortie de crise du Covid-19 "saine, verte et juste" et réclame que la santé et la justice sociale soient au centre des négociations.

Il recommande aussi de donner la priorité aux politiques climatiques qui présentent les plus grands bénéfices pour la santé, sociaux et économiques et de s'assurer que les systèmes de santé soient résilients et respectueux de l'environnement.

L'OMS réclame aussi de "protéger et restaurer la nature en tant que fondation même de la santé", préconise l'utilisation d'énergies renouvelables ainsi que l'accès à des zones vertes dans les espaces urbains, où doivent être privilégiés la marche, le vélo et les transports en commun.

De manière générale, l'organisation demande aux dirigeants "de financer un futur plus sain, plus juste et plus vert" et réclame "une transition vers une économie du bien-être".

Et enfin, l'OMS demande aux participants à la COP26 "d'écouter la communauté des soignants et d'agir en urgence pour le climat".