Monde La Wallonie aura un budget en déficit de 435 millions € en 2020. Un choix assumé destiné à investir massivement.

Cela avait été annoncé : la Wallonie a choisi la voie de l’endettement, afin de réaliser des investissements structurels. Le conclave budgétaire wallon a accouché d’une trajectoire prévoyant un budget régional en déficit de 435 millions d’euros en 2020. Par ailleurs, le gouvernement wallon prévoit de demander à l’Union européenne d’activer la clause de flexibilité lui permettant de " déparamétrer" une série d’investissements en matière de climat (223 millions €) et de nouvelles technologies (127 millions €) pour un montant de quelque 350 millions d’euros. "Il s’agit d’un budget de transition respectant nos engagements, dont ceux d’un retour à l’équilibre en 2024 sans aucune nouvelle taxation et d’un redéploiement en phase avec les défis sociaux, climatiques et économiques que la Région doit affronter", a souligné jeudi le ministre-Président wallon, Elio Di Rupo (PS). Un nouveau conclave, plus approfondi, est prévu en mars.

L’opposition a réagi aux choix posés. "On est face à un budget wallon sans choix, sans courage, sans ambition. C’est du saupoudrage. Je cherche encore les réformes basculantes", dénonce François Desquesnes, chef de groupe CDH au Parlement wallon. "Et on a en plus 785 millions € de déficit. Docteur Crucke est passé de la vertu budgétaire au robinet qui coule sans limites."

(...)