À première vue, il n'existe pas de point commun entre les villes de San Francisco, grande ville de Californie, et de Pise, située en Italie. Pourtant, les deux villes possèdent des bâtiments inclinés. La cité italienne est en effet réputée pour la Tour de Pise, campanile penché qui ravit les touristes du monde entier. Située sur la côte ouest des Etats-Unis, San Fransisco est surtout connue pour le Golden Gate Bridge, ses rues en pente et ses imposants buildings. Et c'est précisément l'un de ces gratte-ciel qui pose problème.

Inaugurée en avril 2009, la Millennium Tower abrite 366 appartements répartis sur 58 étages. Avec près de 197m de hauteur, le building est considéré comme le plus grand gratte-ciel résidentiel de la ville. Et malgré le coût du projet, estimé à plus de 350 millions de dollars, celui-ci n'est pas exempt de défauts. Le plus important d'entre eux ? Sans aucun doute l'affaissement du bâtiment, découvert par les promoteurs immobiliers en 2015 et révélé au public en 2016, qui a provoqué des fissures dans le sous-sol du bâtiment et dans la chaussée entourant la tour.

Une réparation coûteuse

Difficile, lorsque l'on n'est pas ingénieur, de ne pas rester perplexe face à un tel phénomène. Les experts ont attribué celui-ci à l'affaiblissement du sol sous le gratte-ciel, provoqué par des projets de construction voisins et à un processus appelé "assèchement". Depuis sa construction, le gratte-ciel s'est enfoncé d'environ 60cm vers l'ouest et 20cm vers le nord, ainsi que d'environ 45cm dans le sol. Et le bâtiment aurait continué à s'affaisser, s'inclinant de quelques centimètres de plus au nord comme à l'ouest.

Le phénomène s'est cependant ralenti grâce aux travaux de stabilisation du bâtiment. Car heureusement pour les différents propriétaires de l'immeuble, une solution a été trouvée en octobre 2020. Cette réparation, pour laquelle près de 100 millions de dollars ont été déboursés, devrait prendre fin cette année.

Pour remédier au problème, il a été décidé d'installer 52 colonnes le long des côtés nord et ouest de la tour, sous le trottoir, qui descendront jusqu'à 76,2m dans le substratum rocheux du centre-ville de San Francisco. Elles seront reliées aux fondations d'origine et devraient permettre à environ 50 % de l'inclinaison d'être compensée sur une période de 10 ans,

Pas de danger pour les résidents

Selon l'ingénieur en chef du projet de stabilisation, Ronald Hamburger, le bâtiment demeure malgré tout sûr pour les résidents. "Comme nous prévoyons que le taux d'inclinaison continuera à diminuer avec le temps et finira par s'arrêter, nous ne pensons pas que le bâtiment s'inclinera suffisamment pour devenir dangereux", a-t-il déclaré à une audience, relate CNN.

"J'ai effectué des analyses qui indiquent que le bâtiment peut supporter une inclinaison d'au moins 177cm à l'ouest et 76cm au nord avant que sa capacité à résister aux séismes ne soit compromise. Même si cette quantité d'inclinaison était dépassée, le bâtiment serait toujours plus sûr que la plupart des bâtiments existants à San Francisco, mais pas aussi sûr que prévu par le code du bâtiment actuel", a-t-il ajouté.

Avant que le problème ne soit découvert, le gratte-ciel avait été récompensé par plusieurs organisations d'ingénieurs et d'architectes, récoltant près de 10 prix prestigieux entre 2008 et 2010.