Monde

L'histoire, racontée par CNN, débute le 25 octobre 2018. Ce jour-là, un "membre de la communauté" vivant au Soudan du sud décide de trouver un mari à une jeune fille de 16 ou 17 ans vivant avec ses parents. Pour ce faire, il la met en vente dans un post sur Facebook. Cinq hommes enchérissent alors pour "gagner" l'adolescente. Selon Plan International, certains de ces hommes font partie du gouvernement sud-soudanais. 

L'association qui a dénoncé l'histoire explique que la vente s'est conclue pour le prix de 500 vaches, 3 voitures et 10.000 dollars. Une somme versée au père de la jeune fille et ce, malgré la "tristesse" de la mère face à la situation. 

Comme le souligne Slate.fr, le montant record obtenu pourrait encourager d'autres personnes à mettre en place ce type de ventes aux enchères.

Facebook pointé du doigt

Le réseau social a supprimé le post le 9 novembre, soit plus de 15 jours après sa création et 6 jours après la cérémonie de mariage !

"Qu'une fille puisse être vendue pour un mariage sur le plus grand réseau social du monde à notre époque (est honteux). Cette utilisation barbare de la technologie rappelle les marchés aux esclaves", s'est étranglé le président de Plan International.

"Les violations contre les femmes au Soudan du Sud sont un problème, mais Facebook, en autorisant ces posts, renforce le phénomène", a déclaré Judy Gitau, la coordinatrice régionale pour l'Afrique de l'association "Equality Now" centrée sur l'égalité des genres. 

"Ce genre de post est interdit sur notre réseau social", s'est défendu un porte-parole de l'entreprise. "Toute forme de trafic d'êtres humains par des posts, pages, publicités ou groupes n'est pas autorisée. Nous avons supprimé le post et désactivé le compte qui appartenait à son créateur. Nous améliorons sans cesse les méthodes utilisées pour identifier le contenu qui ne respecte pas nos conditions d'utilisation. Nous avons même doublé notre personnel chargé de la sécurité et investi dans la technologie adéquate".

La lutte contre le mariage des enfants 

Selon Slate.fr qui cite l'Unicef, 52% des filles sont mariées avant l'âge de 18 ans au Soudan du Sud. 

Or, le mariage des enfants est "une violation grave des droits de l'homme", rappelle Plan International. "Il a des répercussions sur la survie des enfants, leur santé, l'éducation, leur développement et leur bien-être. Le risque de mortalité maternelle augmente pour les jeunes filles mariées tôt. Sans compter qu'elles se retrouvent souvent isolées de leur famille et de leurs amis."