Le contrat porte sur 225 millions de doses, avec une option pour des doses supplémentaires, jusqu'à 180 millions. Il s'agit du cinquième contrat d'achat anticipé signé par la Commission au nom des Etats membres de l'UE, et un sixième serait sur le point d'être finalisé avec Moderna (USA).

Des contrats ont déjà précédemment été signés avec AstraZeneca (300 millions de doses + option de 100 millions), Sanofi-GSK (300 millions de doses), Janssen Pharmaceutica (doses pour 200 millions de personnes + 200), et BioNTech-Pfizer (200 millions de doses + 100). 

"À ce jour, la Commission a obtenu au moins 1,2 milliard de doses et satisfait à son engagement de garantir un accès équitable à des vaccins sûrs, efficaces et abordables non seulement pour ses citoyens, mais aussi pour les personnes les plus pauvres et les plus vulnérables dans le monde. La plupart de ces candidats vaccins sont dans une phase avancée d'essais cliniques", commente mardi via communiqué la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Les vaccins en développement n'utilisent pas tous la même technique. Le produit de CureVac, CVnCoV, est un vaccin à ARN messager, comme celui de BioNTech-Pfizer. A la suite de résultats encourageants durant les essais, CureVac s'est mise à étendre son réseau de fabrication en prévision d'une production massive de vaccins contre le coronavirus. L'entreprise "s'attend à augmenter de manière significative ses capacités existantes de fabrication du CVnCoV", pour atteindre une capacité de "300 million de doses en 2021, et jusqu'à 600 millions de doses en 2022", annonce CureVac mardi.

Pour le moment, des installations de production sont en développement à Tübingen, dans le Land de Bade-Wurtemberg, où se trouve le siège social de la firme. Cela se fait entre autres grâce à un prêt de 75 millions d'euros de la Banque européenne d'investissement, spécifiquement accordé en vue du développement d'un vaccin contre la Covid-19.