La pandémie de nouveau coronavirus a tué plus de 700.000 personnes dans le monde depuis sa découverte en Chine en décembre, selon un comptage réalisé par l'AFP à partir de sources officielles mercredi à 6h55 GMT.

Au total, ont été recensés dans le monde 700.489 décès sur 18.547.833 cas déclarés (10.889.745 personnes sont considérées guéries). L'Europe reste la région la plus touchée avec 211.365 morts.

Près de la moitié des décès mondiaux ont été enregistrés dans les quatre pays les plus touchés : les États-Unis (156.806), le Brésil (95.819), le Mexique (48.869) et le Royaume-Uni (46.299). Le nombre de morts dus au Covid-19 a doublé depuis le 26 mai et 100.000 décès supplémentaires ont été détectés depuis un peu moins de trois semaines.


La France peut "basculer à tout moment"

"L'équilibre est fragile et nous pouvons basculer à tout moment" vers une reprise incontrôlée de l'épidémie en France, a averti mardi le Conseil scientifique, alors que les cas augmentent et que les restrictions se multiplient. L'instance qui guide le gouvernement français juge "hautement probable qu'une seconde vague épidémique soit observée à l'automne ou l'hiver".

1.300 morts en 24H aux Etats-Unis

Les Etats-Unis ont enregistré 1.302 nouveaux décès liés au Covid-19 au cours des dernières 24 heures, selon le comptage mardi à 20H30 de l'université Johns Hopkins, qui fait référence. Cela porte à plus 156.000 le nombre total de morts recensées dans le pays depuis le début de la pandémie de nouveau coronavirus, apparu en décembre en Chine.

Les Etats-Unis ont par ailleurs relevé 53.847 nouveaux cas d'infection sur une journée, pour un bilan total officiel de 4,77 millions, d'après les chiffres, actualisés en continu, de l'université basée à Baltimore. Le pays est de loin le plus touché au monde par la pandémie, mais le président Donald Trump a une nouvelle fois adopté mardi un ton résolument optimiste.

"Certains indicateurs montrent que nos efforts acharnés pour contenir le virus fonctionnent très bien en fait, surtout pour protéger les personnes les plus vulnérables", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche sur la crise sanitaire. Un exercice qu'il a remis au goût du jour dernièrement, quasi quotidiennement, après une résurgence de l'épidémie depuis fin juin dans de nombreux Etats du sud et de l'ouest du pays. Le milliardaire républicain continue de justifier l'augmentation du nombre de cas d'infections enregistrées par celle du nombre de tests de dépistages effectués. "Les Etats-Unis testent à eux seuls plus de gens en une semaine que, bien souvent, beaucoup de grands pays réunis", a-t-il avancé.

24.000 membres du personnel de santé infectés par le Covid-19 et 181 morts en Afrique du sud

Quelque 24.000 membres du personnel de santé en Afrique du Sud ont été infectés par le nouveau coronavirus depuis le début de la pandémie en mars et 181 en sont morts, a annoncé mercredi le ministre sud-africain de la Santé Zweli Mkwize.

Ces 24.000 malades parmi les soignants sud-africains représente environ 5% du nombre total de cas de Covid-19 dans le pays, a précisé le ministre lors d'une conférence de presse.

Nadal dit non à l'US Open

L'US Open devra se passer de son champion en titre: le N.2 mondial Rafael Nadal a annoncé mardi qu'il ne participerait pas cette année au Grand Chelem américain en raison des conditions sanitaires incertaines.

"Après mûre réflexion, j'ai décidé de ne pas participer à l'US Open cette année. La situation sanitaire est encore très compliquée dans le monde entier avec des cas de COVID-19 et des nouveaux foyers épidémiques qui semblent hors de contrôle", explique l'Espagnol. "C'est une décision que je n'aurais jamais voulu prendre mais, pour cette fois, je suis mon coeur qui me dit que, pour l'instant, je préfère ne pas voyager", poursuit-il.

L'Irlande repousse de nouveau la réouverture complète des pubs

Le gouvernement irlandais a décidé mardi de repousser la dernière phase de son déconfinement, qui comprend notamment la réouverture de tous les pubs, ainsi que celle des bars et hôtels, en raison d'une augmentation des cas de nouveaux coronavirus. Le pays, qui compte 1.763 décès et 26.253 (+45) cas positifs, pour 4,9 millions d'habitants, repousse ainsi la dernière phase de son déconfinement, que les Irlandais attendaient pour le 10 août.

L'Ecosse

La Première ministre écossaise Nicola Sturgeon a annoncé mercredi de nouvelles restrictions aux habitants d'Aberdeen, avec la fermeture des pubs et des restaurants de cette ville de 230.000 habitants et des limitations dans les déplacements, après l'apparition d'un foyer de 54 cas de Covid-19. Cette augmentation locale du nombre des contaminations fait craindre une "poussée significative" du virus, a-t-elle déclaré au cours d'une conférence de presse.

"Nous devons prendre des mesures décisives maintenant, aussi difficiles soient-elles, afin d'essayer de contenir cette poussée et empêcher qu'elle ne fasse plus de mal", a dit Mme Sturgeon.

Tous les établissements de type pubs, bars et restaurants, que ce soit en intérieur ou en extérieur, doivent fermer leurs portes à 17h00 heure locale (18h00 heure belge). La situation doit être réévaluée le 12 août, a-t-elle précisé.

La limitation des déplacements dans un rayon de cinq miles (huit kilomètres) autour du domicile pour les loisirs a été réinstaurée, de même que l'interdiction de se rendre dans un autre foyer de la maladie.

L'épidémie donne ces derniers jours des signes de reprise au Royaume-Uni, le pays le plus touché en Europe avec plus de 46.000 morts et plus de 300.000 cas.

Selon les derniers chiffres diffusés mercredi, l'Ecosse compte 2.491 morts et 18.781 cas diagnostiqués positifs, 64 de plus que dans le bilan de la veille. COC

Cyberattaques en hausse

La pandémie a favorisé l'augmentation de cyberattaques dans une cinquantaine de pays, avec notamment de plus en plus de gouvernements et d'institutions sanitaires ciblés, a averti Interpol.

"Les cybercriminels sont en train de développer et d'augmenter leurs attaques à un rythme alarmant, exploitant la peur et l'incertitude causées par la situation économique et sociale instable du fait du Covid-19", a déclaré le secrétaire général d'Interpol Jürgen Stock.