La pandémie de covid-19 a fait plus de 1,087 million de morts dans le monde depuis fin décembre, selon un bilan établi par l'AFP mercredi. Quelque 38,2 millions de cas ont été officiellement comptabilisés, dont plus de 26,4 millions ont été guéris.

Italie

L'Italie a battu, pour le 2e jour consécutif, le record du nombre de nouvelles contaminations quotidiennes au coronavirus, avec 8.804 cas signalés en 24 heures. Un chiffre en hausse par rapport aux 7.332 de mercredi. Ce dernier bilan porte le nombre total d'infections à 381.602 tandis que celui des décès a augmenté de 83 et atteint désormais 36.372, selon l'Agence de protection civile.

Le Premier ministre Giuseppe Conte a renouvelé les appels à suivre les nouvelles règles de confinement face au virus, qui comprennent l'interdiction de faire la fête, le couvre-feu dans les bars et restaurants, et le port obligatoire du masque même à l'extérieur.

"Nous avons besoin de la contribution de tous pour contenir la deuxième vague de l'épidémie de Covid-19", a-t-il tweeté quelques minutes avant la publication des dernières statistiques.

Un rapport hebdomadaire du ministère de la santé et de l'Institut national de la santé a averti que l'épidémie était "déjà entrée dans une phase aiguë".

Selon les tendances actuelles, la situation des lits d'hôpitaux pourrait "atteindre un niveau critique le mois prochain" dans certaines régions, à moins que des mesures de confinement plus strictes ne soient prises dans les zones les plus touchées, indique le rapport.

Au cours de la période du 28 septembre au 11 octobre, l'Italie a enregistré 75 cas positifs pour 100.000 habitants, contre 44,37 durant les deux semaines précédentes.

Les régions qui, jeudi, ont signalé les plus fortes augmentations de contaminations sont la Lombardie, avec plus de 2.000 cas, la Campanie avec environ 1.100 et le Piémont avec plus de 1.000.

En Campanie, une région du sud du pays dont fait partie Naples, le président régional Vincenzo De Luca a annoncé de nouvelles restrictions, dont la fermeture de toutes les écoles pendant deux semaines, à partir de vendredi. Il avait menacé la semaine dernière d'imposer un confinement régional, en fermant "tout", si les cas quotidiens de coronavirus devaient dépasser le millier.

France

Le nombre de nouveaux cas de contamination par le coronavirus en 24 heures a dépassé la barre des 30.000 en France, pour la première fois depuis le lancement des tests à grande échelle, selon les chiffres de Santé publique France publiés jeudi.

Le nombre de cas confirmés s'élève à 30.621, précise le site de l'agence sanitaire. Il s'agit d'une première depuis le lancement des tests de dépistage à grande échelle. Le cap des 20.000 cas avait été franchi le 9 octobre seulement.

Le taux de positivité des tests (la proportion des personnes positives sur l'ensemble des personnes testées) connaît une hausse continue, à 12,6% (12,2% mercredi).

Le nombre de décès attribuables à la maladie s'élève à 88 pour la journée de jeudi (104 la veille), portant le bilan total des décès depuis le début de l'épidémie à 33.125.

Depuis plusieurs jours, les nouvelles admissions dans les services de réanimation des hôpitaux marquent une nette hausse: 171 patients lundi, 226 mardi, 193 mercredi et 219 jeudi, selon la base de données de SpF. Cet indicateur est l'un des plus surveillé par les autorités, qui redoutent un engorgement des services d'urgence et de soins intensifs.

Le nombre de malades du Covid-19 actuellement hospitalisés en réanimation s'établit, lui, à 1.741, soit 77 de plus que la veille.

Le ministre de la Santé Olivier Véran a précisé jeudi que la France disposait de 5.800 lits de réanimation. Le nombre quotidien d'entrées en réanimation était passé sous la barre des 200 malades pour la dernière fois le 21 avril dernier. Le plus haut s'élevait à 771 admissions, le 1er avril, selon SpF.

Au pic de l'épidémie, début avril, plus de 7.000 malades étaient hospitalisés en réanimation, puis le nombre a fortement chuté jusqu'à fin juillet. Depuis, il remonte de manière régulière.

Grande-Bretagne

Plus de dîners entre amis et familles à Londres: face à la propagation "exponentielle" du nouveau coronavirus, le gouvernement britannique a relevé jeudi le niveau d'alerte dans la capitale et d'autres régions d'Angleterre, où les réunions privées à l'intérieur vont être interdites.

Cette décision s'applique samedi à quelque 11 millions de personnes supplémentaires qui rejoignent ce type de mesures déjà appliquées dans une grande partie du nord de l'Angleterre.

Dans l'ensemble de l'Angleterre, les réunions de plus de six personnes sont déjà interdites et les pubs et restaurant doivent fermer à 22H00. Mais au total, plus de 28 millions de personnes, soit environ la moitié de la population, vivent avec des restrictions encore plus contraignantes dans cette province.

"Le coronavirus est mortel et il se propage maintenant de manière exponentielle au Royaume-Uni", a déclaré le ministre de la Santé, Matt Hancock, devant les députés. "Nous devons agir pour empêcher plus d'hospitalisations, plus de décès et plus de dommages économiques".

Le nouveau coronavirus a fait plus de 43.000 morts au Royaume-Uni, plus que dans n'importe quel autre pays d'Europe, et contaminé au moins 654.000 personnes. Près de 20.000 nouveaux cas ont été enregistrés mercredi ainsi que 137 morts, les décès atteignant ces derniers jours leur plus haut niveau depuis juin.

Les neuf millions d'habitants de Londres ne pourront plus rencontrer amis et famille à l'intérieur, a annoncé jeudi le maire de Londres, le gouvernement s'apprêtant à relever d'un cran le niveau d'alerte dans la capitale britannique face à la propagation du coronavirus.

USA: le nombre de contaminations au plus haut depuis août

Mercredi, 59.500 nouvelles contaminations au coronavirus ont été enregistrées aux Etats-Unis, selon les chiffres de l'université Johns Hopkins, soit le plus haut depuis début août. L'augmentation est particulièrement importante dans des Etats tels que le Midwest, le Dakota du Nord, le Dakota du Sud et le Missouri.

Le nombre de décès reste stable, à 985.

Depuis le début de la pandémie, 7,9 millions de contaminations ont été recensées dans le pays et 210.000 personnes sont décédées.

Suisse

La deuxième vague de coronavirus s'approche de la Suisse "plus vite qu'ailleurs", a déclaré jeudi le ministre de la Santé helvétique, alors que le nombre de nouveaux cas quotidiens vole de record en record ces derniers jours.

"Nous sommes face à une nouvelle dynamique depuis quelques jours, très négative et très forte. Nous voyons depuis une semaine la situation se dégrader en Suisse plus vite qu'ailleurs", a déclaré Alain Berset, à l'issue d'une réunion entre cantons et Confédération.

Les chiffres absolus de l'épidémie en Suisse restent moins impressionnants que dans d'autres pays européens très peuplés mais le pays des Helvètes, qui compte 8,5 millions d'habitants, a enregistré plus de 2.600 cas au cours des dernières 24 heures, du jamais vu.

La proportion de tests positifs a en outre presque doublé, passant de 5,4% à 10,2%, en une semaine.

Le pays dénombre au total 71.140 cas et 1.817 décès, soit respectivement plus de 832 cas et 21 décès pour 100.000 habitants.

"Il est moins cinq" avant l'arrivée de la deuxième vague, a averti la présidente suisse, Simonetta Sommaruga, en appelant le pays à se ressaisir mais sans toutefois annoncer des mesures. Celles-ci devraient être discutées vendredi lors d'une nouvelle réunion.

"L'objectif évidemment reste d'éviter une surcharge des hôpitaux et une fermeture du pays. Mais pour cela, évidemment, il faut un mix de mesures et la principale dépend du comportement individuel, avec la distance et l'hygiène", a expliqué Alain Berset.

Afin de freiner la propagation du virus, les personnes testées positives sont mises en isolement, tandis que leurs contacts sont placés en quarantaine pendant 10 jours, à l'image du ministre de l'Economie, Guy Parmelin.

Mais l'emballement de l'épidémie a rendu difficile le traçage des contacts dans certaines régions, tandis que les hôpitaux de cantons ruraux comme celui de Schwytz font face à un afflux de patients difficile à gérer.

Pour l'instant, le gouvernement n'a pas pris de mesures de restrictions, comme il l'avait fait pendant la première vague, laissant la main aux cantons. Les autorités fédérales ont toutefois rendu obligatoire depuis juillet le port du masque dans les transports publics. Toutefois, moins de la moitié des 26 cantons l'ont rendu obligatoire dans les magasins.

Espagne

Après Madrid et d'autres villes espagnoles, c'est au tour de Salamanque de faire l'objet d'un bouclage partiel à partir de vendredi soir, afin de freiner la progression de la pandémie de coronavirus, ont annoncé les autorités jeudi.

"Salamanque entre dans une période de limitation de la mobilité et des capacités d'accueil des commerces, et ce à partir de vendredi soir", a indiqué lors d'une conférence de presse Véronica Casada, la responsable de la Santé dans cette région de Castille-et-Leon (centre).

La ville de 144.000 habitants célèbre pour son université du XIIIe siècle rejoint ainsi le groupe des villes espagnoles en proie à des mesures de restriction de la mobilité, parmi lesquelles la capitale, Madrid.

La mesure interdit de sortir de la ville et d'y entrer, sauf pour des raisons précises telles qu'aller travailler ou se faire soigner. Les habitants sont donc libres de leurs mouvements à l'intérieur de la localité où les bars, restaurants et commerces voient leurs capacités d'accueil réduites.

Veronica Casada a expliqué que Salamanque avait dépassé le seuil fixé par le ministère de la Santé (500 cas pour 100.000 habitants sur les 14 derniers jours) avec un taux de 504.

Deux autres villes de la région de Castille-et-Leon sont touchées par ces mesures depuis la semaine dernière, Palencia et Leon. Plusieurs régions espagnoles ont appliqué des mesures sanitaires pour faire face au virus, et parmi les plus drastiques d'entre elles: la fermeture des bars et restaurants en Catalogne (nord-est) pour au moins 15 jours à partir de jeudi soir.

L'Espagne, l'un des pays les plus touchés au monde par la pandémie, a enregistré plus de 900.000 cas et plus de 33.000 morts.


Autriche

La commune autrichienne de Kuchl, dans l'État de Salzbourg, a décidé jeudi de se confiner à nouveau en raison du nombre élevé de nouvelles contaminations par le coronavirus qui y est enregistré. Cette mise en quarantaine débutera samedi et restera en vigueur jusqu'au 1er novembre, a précisé le gouverneur de Salzbourg, Wilfried Haslauer. La commune d'environ 6.600 habitants ne sera plus accessible que pour les services et approvisionnements essentiels. Les navetteurs ne seront ainsi plus autorisés à quitter la localité pour se rendre à leur travail. La situation est en effet devenue "incontrôlable" dans la commune, selon M. Haslauer.

L'État de Salzbourg est lui-même dans une situation "dramatique", a poursuivi le gouverneur, alors que les hôpitaux de la région risquent de se retrouver saturés endéans les deux semaines.

L'Autriche comptabilisait jeudi 1.552 nouvelles infections par le coronavirus, un record. Rien que dans la capitale, 480 cas ont été recensés, a indiqué le ministère de l'Intérieur.

Portugal

Le gouvernement portugais a décrété un état d'urgence sur tout le territoire mercredi soir face à l'augmentation des contaminations au coronavirus. Le Portugal avait jusqu'à présent relativement bien géré la crise sanitaire, toutefois l'état d'urgence confère désormais au gouvernement des compétences pour limiter la liberté de mouvement des habitants ou mettre en oeuvre des mesures contraignantes. L'Etat d'urgence entre en vigueur dès jeudi et pour une quinzaine de jours, a fait savoir le Premier ministre Antonio Costa après une réunion de son cabinet.

Les rassemblements de plus de cinq personnes dans les lieux publics et de plus de 50 personnes dans les lieux privés seront interdits. Le port du masque buccal est aussi rendu obligatoire dans l'espace public. Le parlement doit encore approuver les mesures.

La situation au Portugal est "grave", selon M. Costa. Le nombre de cas de Covid-19 confirmés au cours des 24 dernières heures a grimpé à 2.072 mercredi, soit un bond record pour le pays de 10,3 millions d'habitants depuis le début de la pandémie.

Il y a eu à ce jour en tout 91.000 personnes infectées au Portugal, et 2.117 personnes ont perdu la vie après avoir été contaminées. Le nord du pays et la région entourant la capitale Lisbonne sont les zones les plus concernées.

A titre de comparaison, un record de 7.030 nouvelles contaminations par jour a été enregistré vendredi en Belgique, selon les chiffres du tableau de bord de Sciensano présentés mercredi. Depuis le début de l'épidémie dans le royaume, 173.240 personnes ont été testées positives au Covid-19 et 10.244 en sont décédées.

Allemagne

L'Allemagne a comptabilisé 6.638 cas de coronavirus en 24 heures, un record pour le pays depuis l'éclatement de la pandémie de Covid-19, selon des données officielles publiées jeudi.

Cette information est intervenue quelques heures seulement après l'annonce de nouvelles restrictions dans les 16 Etats régionaux, visant justement à empêcher la résurgence de la pandémie.

Le précédent bilan le plus élevé de contaminations quotidiennes remonte à 28 mars avec 6.294 cas.

La chancelière Angela Merkel a annoncé mercredi soir à l'issue d'une réunion avec les responsables des 16 Etats régionaux l'introduction de nouvelles mesures plus restrictives.


Le nombre de participants à des évènements privés sera par exemple limité dans les régions enregistrant plus de 35 nouvelles contaminations pour 100.000 habitants sur sept jours. Dans ces régions, le port du masque sera obligatoire partout où les gens sont proches les uns des autres pour un certain temps.

Les rassemblement seront limités à 25 personnes dans les établissements publics et 15 dans les salles privées.

"Je suis convaincue que ce que nous allons faire maintenant va déterminer la manière dont nous traverserons cette pandémie", a commenté la chancelière.

"Nous pouvons voir (...) que le taux d'infections augmente et que dans certaines régions il est très élevé", a-t-elle ajouté. "C'est la raison pour laquelle nous devons empêcher une croissance incontrôlée ou exponentielle."

Si le chiffre de 50 nouvelles contaminations pour 100.000 habitants est franchi, des règles encore plus draconiennes seront imposées, comme la limitation des réunions privées à dix personnes de deux foyers maximum et la fermeture des restaurants à 23h00.

Le gouvernement fédéral et les Länder, qui sont responsables des politiques de santé, ont passé huit heures mercredi à élaborer ces règles qui tentent d'unifier des situations extrêmement disparates, conséquence du fédéralisme.Irlande

Les citoyens irlandais n'auront plus le droit de se rendre les uns chez les autres, et les régions frontalières avec l'Irlande du Nord vont être soumises à de nouvelles restrictions drastiques pour lutter contre la propagation de la pandémie.

Pays-Bas

Les Pays-Bas ont décidé la fermeture des bars et des restaurants, le port du masque obligatoire dans les espaces clos pour les plus de 13 ans et l'interdiction de la vente d'alcool à partir de 20h00.

Le nombre de contaminations par le coronavirus continue d'augmenter aux Pays-Bas. Entre mercredi matin et jeudi matin, 7.833 nouveaux cas ont été enregistrés, il s'agit d'un nouveau record quotidien. L'Institut national de santé publique et de l'environnement (Rijksinstituut voor Volksgezondheid en Milieu, RIVM) rapportait 7.296 tests positifs mercredi et 7.377 mardi.

Rotterdam-Rijnmond est la région la plus touchée par le coronavirus, avec 909 personnes testées positives. C'est la deuxième fois qu'elle dépasse les 900 cas. Entre mardi matin et mercredi matin, 978 nouvelles infections avaient été enregistrées. Parmi les 909 nouveaux cas de coronavirus, on dénombre 470 habitants de Rotterdam.

La province d'Utrecht a enregistré 868 nouvelles infections, tandis que la région de Haaglanden en comptait 653. À Amsterdam-Amstelland, 599 nouvelles infections sont apparues, dont 506 à Amsterdam même. Plus de 400 cas de coronavirus ont également été enregistrées dans les régions du Midden-Brabant et du West-Brabant (557, dont 127 à Tilburg), du Brabant-Noord (431) et du Brabant-Zuidoost (406).

Plus de 48.000 nouvelles infections ont été signalées au cours des sept derniers jours.

Depuis le début de l'épidémie, plus de 200.000 personnes ont été testées positives aux Pays-Bas. Le compteur approche à présent des 204.000. La 100.000e infection a été détectée il y a moins d'un mois dans le pays.

La pression sur les hôpitaux néerlandais continue d'augmenter en raison de la hausse constante du nombre de patients atteints du virus SARS-Cov-2. En ce moment, les hôpitaux traitent au total 1.526 patients Covid-19, soit 51 de plus que mercredi. Parmi ces patients, 313 sont en soins intensifs, soit une augmentation de 12 par rapport à la veille, rapporte le Centre national de coordination de la répartition des patients (Landelijk Coördinatiecentrum Patiënten Spreiding, LCPS).

Les Pays-Bas ont de nouveau demandé aux hôpitaux allemands de les aider à faire face au flux croissant de patients atteints du coronavirus.


Thailande

La Thaïlande a décidé d'interdire les rassemblements de plus de cinq personnes et les publications en ligne qui pourraient nuire à la sécurité nationale pour tenter de mettre fin aux manifestations pro-démocratie "illégales", a annoncé jeudi un porte-parole du gouvernement. Un décret d'urgence a été promulgué jeudi matin "interdisant les rassemblements de plus de cinq personnes" et "certains messages électroniques" qui peuvent affecter la sécurité nationale", a-t-il précisé. Mercredi, une nouvelle manifestation pour réclamer la destitution du Premier ministre Prayut Chan-O-Cha a réuni plusieurs milliers de manifestants à Bangkok.