La pandémie a fait au moins 2.588.597 morts dans le monde, selon un bilan établi dimanche à 11H GMT par l'AFP à partir de sources officielles.

Plus de 116.415.200 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l'épidémie.

Les Etats-Unis sont le pays le plus lourdement endeuillé avec 524.979 décès, suivis suivis par le Brésil (265.411), le Mexique (190.357), l'Inde (157.756) et le Royaume-Uni (124.419).

Ces chiffres qui reposent sur les bilans quotidiens des autorités sanitaires, sans inclure les réévaluations fondées sur des bases statistiques, sont globalement sous-évalués.


EUROPE

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, prévoit que davantage de doses de vaccins contre le Covid-19 seront disponibles de manière significative au sein de l'UE à partir du mois prochain. "Dès le mois d'avril, les quantités pourraient doubler à nouveau selon les plans des fabricants, mais aussi parce que d'autres vaccins sont sur le point d'être approuvés", affirme l'Allemande dans les éditions des journaux allemands Stuttgarter Zeitung et Stuttgarter Nachrichten, consultés par l'agence de presse dpa lundi.

Mme Von der Leyen s'attend à "une moyenne de 100 millions de doses par mois au cours du second trimestre, pour un total de 300 millions à la fin juin".

A ce jour, les vaccins de trois fabricants pharmaceutiques ont été approuvés dans l'UE Pfizer/BioNTech, Moderna et AstraZeneca.

Jeudi, l'Agence européenne des médicaments devrait recommander l'approbation du vaccin produit par l'Américain Johnson&Johnson.

L'Italie passe la barre des 100.000 morts dus au Covid-19

L'Italie a passé lundi la barre des 100.000 morts dus à la pandémie de Covid-19 avec 100.103 décès, en hausse de 318 sur 24 heures, un an après son apparition dans la péninsule, a annoncé le ministère de la Santé. Les régions les plus touchées sont la Lombardie (nord), le poumon économique du pays, avec près de 30.000 morts, suivie par l'Emilie-Romagne (nord, près de 11.000 morts), puis le Piémont (nord-ouest) et la Vénétie (nord-est), avec près de 10.000 décès chacun. Il faut en outre souligner que le nombre de victimes est généralement sous-évalué.

"Nous nous trouvons ces jours-ci face à une nouvelle aggravation de la crise sanitaire. Chacun doit faire ce qu'il peut pour limiter la diffusion du virus. Mais c'est surtout le gouvernement qui doit faire sa part", a déclaré lundi le Premier ministre italien Mario Draghi dans un message vidéo à l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes.

De nouvelles restrictions sévères à l'échelle nationale seraient un autre coup dur pour la troisième économie de la zone euro, plongée dans une grave récession par le confinement en 2020. Mais selon un sondage publié ce week-end par le quotidien Il Corriere della Sera, 44% des Italiens y seraient favorables, contre 30% seulement deux semaines plus tôt.

Dimanche, le ministre de la Santé Roberto Speranza s'est engagé à intensifier la campagne de vaccination, ralentie par des retards d'approvisionnement comme dans le reste de l'Europe. Il a déclaré que l'Italie disposerait de 50 millions de doses d'ici fin juin, ce qui permettrait de vacciner "au moins la moitié de notre population", soit environ 30 millions de personnes, d'ici fin juin.

Jusqu'ici, 5,4 millions de doses ont été administrées en Italie et seulement 1,65 million de personnes ont reçu les deux doses nécessaires pour être immunisées.

L'Italie autorise le vaccin AstraZeneca pour les plus de 65 ans

Le ministère italien de la Santé a autorisé lundi l'administration du vaccin anti-Covid AstraZeneca aux plus de 65 ans. Dans un communiqué, le ministère a précisé que le vaccin pouvait être utilisé sur cette catégorie de population à l'exception des personnes "extrêmement vulnérables", notamment les personnes ayant des défenses immunitaires affaiblies ou prenant des médicaments les rendant plus vulnérables face au Covid-19.

Le ministre de la Santé Roberto Speranza avait annoncé dimanche cette décision sur le vaccin AstraZeneca, qui s'inscrit dans la politique d'accélération de la campagne vaccinale par le gouvernement.

Comme d'autres pays européens, l'Italie fait face à des retards de livraisons de vaccins. Jusqu'ici, 5,4 millions de doses ont été administrées et seulement 1,65 million de personnes ont reçu les deux doses nécessaires pour être immunisées.

Selon le ministre, l'Italie a pour objectif de vacciner "au moins la moitié" de sa population de 60 millions de personnes d'ici fin juin.

Autriche: un lot d'AstraZeneca mis au rebut après le décès d'une infirmière

Les autorités sanitaires autrichiennes ont cessé d'administrer un lot de vaccins AstraZeneca contre le Covid-19 après le décès d'une infirmière, même si "aucun lien de cause à effet" n'a été établi à ce stade. La victime de 49 ans, qui avait reçu une dose du lot incriminé à l'hôpital régional de Zwettl (Basse-Autriche), est morte quelques jours plus tard des suites de "graves troubles de la coagulation", a indiqué l'Office fédéral pour la sécurité des soins de santé (BASG) dans un communiqué publié dimanche soir.

Une de ses collègues, âgée de 35 ans, vaccinée avec le même lot, "a développé une embolie pulmonaire" mais est actuellement "en voie de guérison". D'après des informations de presse, elle souffrait cependant d'antécédents médicaux.

"Par mesure de sécurité", il a été décidé de "ne pas distribuer les stocks restants du lot", précise le BASG qui dit "mener activement toutes les investigations nécessaires pour exclure définitivement tout lien".

L'Office note que la cause du décès "ne fait pas partie des effets secondaires connus" du vaccin AstraZeneca, "sur la base des données cliniques connues" et des informations recueillies au niveau international auprès des personnes vaccinées.

Le résultat de l'autopsie, effectuée par l'hôpital de Vienne AKH, ne devrait être disponible que dans les prochaines semaines.

De son côté, le parquet régional n'engagera pas de poursuites à l'encontre de l'hôpital, selon une porte-parole contactée par l'AFP, aucune anomalie n'ayant été constatée au niveau de la livraison, du stockage ou de l'administration des vaccins.

Depuis le début des campagnes de vaccination contre le coronavirus, des cas de personnes décédées alors qu'elles avaient reçu peu avant une injection ont été rapportés dans certains pays. Scrutés de près, ces décès - très peu nombreux - ne sont pas pour l'heure attribués au vaccin.

Assouplissements en Angleterre et en Allemagne

Le coronavirus souffle le chaud et le froid en Europe, entre levée de certaines restrictions lundi en Grande-Bretagne ou en Allemagne, à l'image d'Israël ce week-end, mais aussi renforcement des mesures visant à contenir l'épidémie en Hongrie ou en Finlande.

Aillleurs dans le monde, le président américain Joe Biden est enfin parvenu à faire voter samedi par le Sénat son gigantesque plan de 1.900 milliards de dollars pour relancer la première économie mondiale frappée par la pandémie.

L'espoir renaît aussi au Royaume-Uni où les petits Anglais vont retourner lundi matin sur les bancs de l'école, une première étape cruciale dans le plan du gouvernement britannique pour sortir graduellement le pays d'un troisième confinement.

Grâce à sa large campagne de vaccination - 22 millions de premières doses injectées -, le gouvernement a indiqué qu'il serait possible dès le 29 mars de se réunir à six personnes à l'extérieur. La réouverture des pubs, restaurants et magasins non-essentiels devrait avoir lieu le 12 avril.

En Allemagne, le gouvernement prévoit également de lever certaines restrictions à compter de lundi: librairies, fleuristes et auto-écoles, qui ont déjà rouvert dans certains Länder, pourront de nouveau accueillir des visiteurs dans tout le pays.

Le Nord de la France a vécu son premier week-end de confinement

En France, une partie du nord du pays a connu son premier week-end de confinement, une mesure d'une durée de quatre semaines destinée à lutter contre la propagation du variant britannique particulièrement virulent dans cette région.

France: nette hausse des admissions en réanimation, la région parisienne inquiète

Le nombre de patients atteints du Covid-19 en service de réanimation en France a nettement augmenté lundi, la situation étant notamment redevenue critique en région parisienne où les hôpitaux ont reçu l'ordre de déprogrammer des interventions face à l'afflux de patients. Les "réa", qui accueillent les cas les plus graves, comptaient 3.849 malades lundi, dont 381 arrivés lors des dernières 24 heures, selon les autorités sanitaires.

Descendu sous la barre des 2.600 début janvier, cet indicateur n'a cessé de monter depuis et se situe désormais au niveau de fin novembre.

La région parisienne est "dans une situation de tension très forte", déclaré à l'AFP le directeur général de l'Agence régionale de Santé (ARS), Aurélien Rousseau.

Conséquence, l'ARS d'Ile-de-France a donné "l'ordre ferme" aux hôpitaux et cliniques de déprogrammer 40% de leurs activités médicales et chirurgicales les moins urgentes pour augmenter les capacités.

"La situation est très préoccupante avec un variant anglais" du coronavirus, plus contagieux, "qui a pris le dessus et se propage beaucoup plus rapidement", a alerté sur la radio publique France Inter la bourgmestre de Paris Anne Hidalgo.

Pays-Bas: une conférence attendue

Dans ce contexte, la conférence du Premier ministre néerlandais Mark Rutte, prévue lundi, est particulièrement attendue dans un pays qui a connu des scènes d'émeute contre l'imposition d'un couvre-feu après 18H00.

M. Rutte doit annoncer si son gouvernement prolonge ou non les mesures en place, dont ce couvre-feu qui, lorsqu'il avait été annoncé en février, avait provoqué plusieurs nuits d'émeute, les plus graves depuis des décennies aux Pays-Bas.

Finlande: fermeture temporaire des bars et restaurants

Les cafés, bars et restaurants finlandais devront fermer leurs portes afin de lutter contre la propagation du Covid-19, a-t-il été décidé lundi par le parlement du pays à la suite de l'approbation d'une proposition de loi du gouvernement à cet effet. Selon la Première ministre finlandaise Sanna Marin, les restrictions visent à réduire les contacts entre les personnes et ainsi, à limiter le nombre de contaminations.

La nouvelle mesure s'applique aux régions constatant une accélération de la progression de l'épidémie. Quinze des dix-neuf régions finlandaises sont concernées.

Les restaurants pourront vendre des plats à emporter. Des syndicats ont déjà averti que les nouvelles restrictions pourraient entraîner des licenciements dans le secteur de l'horeca.

Certains étudiants seront également contraints de suivre les cours à distance. La population est par ailleurs invitée à éviter les rassemblements sociaux, porter un masque buccal et respecter la distanciation sociale.

La Finlande a enregistré plus de 62.000 cas de coronavirus et 770 décès dus au Covid-19 depuis le début de la pandémie dans ce pays qui compte 5,5 millions habitants.

Turquie: 10 millions de doses de vaccin déjà administrées

Plus de 10 millions de personnes en Turquie ont reçu une dose de vaccin Covid-19, selon les chiffres publiés lundi par le ministère de la Santé. Jusqu'à présent, environ 7,6 millions de personnes ont reçu leur première dose, tandis que 2,4 millions ont également reçu la seconde. Les vaccinations contre le coronavirus ont commencé à la mi-janvier avec le vaccin chinois Sinovac.

La Turquie, avec une population d'environ 84 millions d'habitants, a signalé près de 2,8 millions d'infections au coronavirus et environ 29.000 décès liés à la maladie depuis le début de la pandémie.

La Turquie a assoupli les règles de précaution sanitaire la semaine dernière dans les régions à faibles niveaux de nouvelles infections, avec la levée du couvre-feu le week-end et la réouverture limitée des restaurants et cafés. Le couvre-feu du soir reste cependant en vigueur dans tout le pays.

La Bosnie "mécontente" de n'avoir pas reçu les vaccins promis

La Bosnie est "mécontente" de n'avoir pas reçu les vaccins anti-Covid promis dans le cadre du dispositif Covax, a déclaré mardi à Berlin sa ministre des Affaires étrangères, Bisera Turkovic. "Nous attendons de Covax qu'il remplisse ses obligations contractuelles", a déclaré la ministre lors d'une conférence de presse.

La Bosnie a pourtant, selon la ministre, rempli ses obligations en payant à l'avance plus de 1,2 million de doses par le biais du programme international Covax, initié par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). "Pas une seule dose" n'a été à ce jour livrée, a déploré la cheffe de la diplomatie bosniaque. "Nos citoyens sont à juste titre mécontents". "Chaque jour compte. Nous parlons de la vie des gens", a fait valoir Mme Turkovic.

La Bosnie, qui compte 3,5 millions d'habitants, a enregistré plus de 5.000 décès du Covid-19, soit l'un des taux de mortalité les plus élevés au monde.

AMERIQUE

USA: moins de 1.000 décès et plus de 50.000 nouveaux cas

Plus de 50.000 nouveaux cas de coronavirus ont été enregistrés lundi aux Etats-Unis, faisant grimper le total à 29.045.447 contaminations depuis le début de la pandémie, selon les derniers chiffres de l'université Johns-Hopkins. 719 nouveaux décès ont également été recensés, pour un total de 525.816.

C'est la première fois en plus de trois mois que le nombre de décès rapportés est inférieur à 1.000. Par ailleurs, 40.000 personnes sont hospitalisées. Ces chiffres sont nettement inférieurs au pic de janvier dernier.

Manifestation à Québec pour la reprise des sports d'équipe

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté dimanche à Québec pour réclamer du gouvernement québécois la reprise des sports d'équipe interrompus par la pandémie et essentiels selon eux pour la santé des jeunes.

Moscou nie mener une campagne de "désinformation" aux Etats-Unis

Le Kremlin a dénoncé mardi comme "absurdes" des accusations de Washington affirmant que la Russie menait une campagne de "désinformation" en ligne visant deux vaccins anti-coronavirus autorisés aux Etats-Unis.

Un porte-parole de la diplomatie américaine a indiqué lundi que Washington avait "identifié quatre plateformes internet russes, dirigées par les services de renseignement russes, qui répandent la désinformation" sur ces deux vaccins, sans préciser lesquels.

"Nous ne comprenons pas de telles déclarations et nous avons l'intention d'expliquer patiemment et constamment qu'il s'agit d'une absurdité totale", a rétorqué mardi le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

"Nous avons toujours été contre l'idée de politiser toute question liée aux vaccins", a ajouté M. Peskov, affirmant que la Russie n'avait "jamais" organisé de telles campagnes de désinformation.

"La Russie, au contraire, collabore avec d'autres entreprises productrices de vaccins pour trouver le remède le plus efficace", a-t-il poursuivi.

Selon le quotidien américain Wall Street Journal, cette campagne supposée vise notamment le vaccin de Pfizer/BioNTech. Les autorisés sanitaires américaines ont également donné leur feu vert au vaccin de Moderna et, très récemment, à celui de Johnson & Johnson.

MOYEN ORIENT

Israël: quasi-retour à la normale

S'asseoir dans un café, manger au restaurant, retourner sur les bancs de l'école: Israël revenait presque à la normale dimanche à la faveur de nouvelles mesures de déconfinement, rendues possibles par une campagne de vaccination massive.


Cinq millions d'Israéliens avaient reçu leur première dose du vaccin contre le Covid-19 lundi. Le programme de vaccination du pays se poursuit à un rythme soutenu et jusqu'à présent, quelque 3,8 millions de personnes ont reçu leur deuxième dose. Israël, avec une population de 9,3 millions d'habitants, a commencé sa campagne de vaccination en décembre et son programme est l'un des plus avancés au monde. Cela s'explique en partie par le fait que le pays dispose d'un système de soins de santé numérisé et d'un approvisionnement suffisant en vaccin.

Le gouvernement espère vacciner au moins 6,2 millions de personnes. Un tiers de la population a moins de 16 ans, un groupe qui ne peut pas encore être vacciné.

Syrie: le président Assad et son épouse Asma atteints par le Covid-19

Le président syrien Bachar al-Assad et son épouse Asma sont porteurs du Covid-19 mais ils sont "en bonne santé" et leur état est "stable", a annoncé lundi la présidence, les autorités ayant récemment fait état d'une hausse des contaminations.

Le chef de l'Etat, 55 ans, et son épouse, 45 ans, ont effectué un test de dépistage PCR après "avoir ressenti des symptômes légers semblables à ceux du Covid-19", a indiqué la présidence dans un communiqué.

"Ils poursuivront leur travail durant leur période d'isolement à domicile, qui va durer deux ou trois semaines", d'après le texte.

AFRIQUE

Ethiopie

L'Ethiopie a reçu dimanche ses 2,2 millions premières doses de vaccin contre le coronavirus, obtenues grâce à l'initiative Covax de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour permettre aux pays les plus démunis d'avoir accès à la vaccination.