La France va durcir les conditions d'accès pour les voyageurs en provenance du Royaume-Uni afin de limiter la propagation du variant Omicron, a annoncé jeudi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

La validité des tests pour se rendre en France depuis le Royaume-Uni va être réduite de 48 heures à 24 heures, a-t-il indiqué sur BFMTV et RMC, et les motifs de voyage seront "limités aux résidents français et à leurs familles". Les déplacements de "tourisme ou professionnels pour des personnes qui ne sont pas résidentes en France seront limités".

Un isolement sera en outre requis à l'arrivée, dans un lieu que les voyageurs "choisiront pendant sept jours, avec un contrôle des forces de sécurité", mais qui pourra être "levé au bout de 48 heures" si un test réalisé à l'arrivée en France s'avère négatif. "Il faudra s'enregistrer sur une application qui générera un arrêté préfectoral d'isolement", a précisé M. Attal.

L'objectif de ce "contrôle encore plus drastique que celui qui existe aujourd'hui" pour les voyageurs en provenance du Royaume-Uni est de "ralentir au maximum l'arrivée de cas de variant Omicron sur notre sol, le temps qu'on vaccine avec des doses de rappel", a expliqué le porte-parole du gouvernement.

"Cela permet de resserrer encore les mailles du filet pour ralentir au maximum" sa propagation, a-t-il insisté, au moment où "le variant Omicron devient majoritaire en Grande-Bretagne, s'il ne l'est pas déjà".

En France 240 cas ont été détectés, mais "il y en a probablement plus", a-t-il ajouté.

Les Britanniques priés de limiter leurs interactions

Le médecin chef pour l'Angleterre a appelé jeudi les Britanniques à choisir leurs "priorités" afin de réduire leurs interactions sociales avant Noël, pour ralentir la propagation du très contagieux variant Omicron. Le Royaume-Uni, l'un des pays d'Europe les plus touchés par la pandémie avec presque 147.000 morts, fait face depuis quelques jours à un véritable "raz-de-marée", selon le Premier ministre Boris Johnson, du très contagieux variant Omicron.

Afin de "réduire leurs chances d'attraper le virus ou de le transmettre", le médecin-chef de l'Angleterre, Chris Whitty, a estimé "raisonnable que les gens réduisent leurs échanges avec d'autres personnes au travail, mais aussi leurs interactions sociales qui leur semblent moins importantes".

"Je ne voudrais pas dire aux gens qu'ils devraient faire ceci ou cela", a-t-il explicité devant un comité parlementaire", "Il s'agit de dire aux gens 'C'est une période dans laquelle il faut établir des priorités'".

"Si la chose la plus importante pour eux dans les 10 prochains jours est d'aller voir un match de football, c'est leur priorité. Donnez la priorité aux choses qui comptent vraiment pour vous", a-t-il détaillé, à l'approche des fêtes de fin d'année.

Mercredi, le Royaume-Uni a enregistré un nombre record de 78.610 cas positifs enregistrés en 24 heures, du jamais vu depuis le début de la pandémie en 2020, selon des chiffres officiels.

Face à cette flambée des cas, de nombreux Britanniques ont déjà annulé certains de leurs plans afin de protéger leurs retrouvailles en famille pour Noël.

Le gouvernement britannique parie lui sur une campagne de rappel vaccinal d'une ampleur sans précédent, avec le soutien de l'armée et de milliers de volontaires. L'objectif est d'administrer une dose supplémentaire à tous les adultes d'ici fin décembre.

Afin d'éviter de voir les hôpitaux submergés, le gouvernement a également imposé des restrictions supplémentaires, malgré la fronde d'une partie de la majorité conservatrice, comme le télétravail, le port du masque en intérieur et le passeport sanitaire pour les grands événements.

Le Danemark premier pays de l'UE à autoriser la pilule anti-Covid de Merck

Le Danemark est devenu jeudi le premier pays de l'Union européenne à autoriser le traitement anti-Covid molnupiravir du laboratoire américain Merck, pour les patients à risque présentant des symptômes. Commercialisé sous le nom de Lagevrio, ce médicament sous forme de cachets a été approuvé mi-novembre par le régulateur européen pour une utilisation en urgence, avant son autorisation formelle de mise sur le marché.

Le Lagevrio est autorisé depuis novembre au Royaume-Uni et en cours d'autorisation aux Etats-Unis, mais ses résultats moins bons qu'espérés poussent des pays à attendre.

"Nous recommandons le traitement par cachets car nous pensons que les avantages l'emportent sur les inconvénients pour les patients qui ont le plus grand risque de devenir gravement malades du Covid-19", a annoncé une responsable de l'Agence nationale de santé (SST), Kirstine Moll Harboe, dans un communiqué.

"Nous sommes pleinement conscients qu'il s'agit d'un traitement nouveau et non approuvé sur lequel nous n'avons pas encore beaucoup de connaissances", a reconnu SST assurant suivre de près les effets du traitement.

L'annonce intervient alors que le Danemark fait feu de tout bois face à une vague record de cas de Covid-19 et à une flambée du nouveau variant Omicron, qui devrait devenir dominant à Copenhague cette semaine.

Le nombre quotidien de nouveaux cas s'est établi à 8.770 mercredi, le chiffre le plus élevé jamais rapporté pour les 5,8 millions d'habitants.

"Nous espérons que le traitement contribuera à réduire le nombre d'hospitalisations chez les patients présentant un risque élevé de maladie grave", a ajouté Mme Moll Harboe.

Au Danemark, 508 personnes sont actuellement hospitalisées, dont 66 en soins intensifs.

Les résultats complets de l'essai clinique communiqués le 26 novembre par Merck/MSD montrent une efficacité bien moindre que celle annoncée à grand bruit début octobre sur la base de données intermédiaires.

Selon ces résultats complets, le médicament réduit de 30% - et non de moitié comme initialement annoncé - le taux d'hospitalisation et de décès chez les patients à risque l'ayant pris peu après l'infection.

La Norvège a signé mercredi un accord bilatéral avec Merck pour s'assurer des livraisons rapides du traitement, mais elle attend encore le feu vert de l'EMA pour l'approuver.

L'Allemagne atteint un nouveau record de vaccination

L'Allemagne a battu mercredi son record de vaccination journalière contre le Covid-19 avec 1,3 million de doses de rappel administrées et 97.400 premières injections, a indiqué jeudi l'institut de veille sanitaire Robert Koch (RKI). Au total, 1,496 million de doses ont été administrées. Le précédent record remontait au 9 juin lorsque 1,43 million de sérums avaient été inoculés.

En tout, 70% de la population allemande est entièrement vaccinée. Au moins 22,9 millions de personnes, soit 27,6% de la population, ont reçu le "booster" du vaccin anti-coronavirus.

Le taux de vaccination de l'Allemagne est à la traîne par rapport à plusieurs autres pays d'Europe occidentale. Les États d'Allemagne de l'Est en particulier ont un taux inférieur à la moyenne nationale globale.

Les taux de contamination restent élevés en Allemagne alors que le nouveau variant Omicron, considéré comme hautement transmissible, gagne du terrain partout dans le monde.

La souche Omicron devrait prendre le dessus sur le variant Delta au cours des deux premiers mois de 2022, a déclaré cette semaine le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC).

La Corée du Sud rétablit les heures de fermeture obligatoire

Les autorités de Corée du Sud ont annoncé jeudi le rétablissement des heures de fermeture obligatoire pour les cafés, restaurants, cinémas et autres lieux publics, et de la limitation des rassemblements à quatre personnes, pour tenter d'enrayer une nouvelle flambée de la pandémie de Covid-19. La plupart des restrictions avaient été assouplies en Corée du Sud en novembre, à la faveur d'un recul de l'épidémie grâce au succès de la campagne de vaccination. Environ 80% de la population a reçu ses deux doses de vaccin.

Mais le nombre d'infections a triplé en un mois, avec un record de 7.850 cas recensés mercredi, et les autorités s'attendent à ce que ce chiffre atteigne jusqu'à 20.000 cas quotidiens en janvier.

"Nous ne serons en mesure de surmonter ce moment critique que si nous enrayons rapidement ce rebond au moyen de vigoureuses mesures de distanciation sociale", a déclaré jeudi le Premier ministre Kim Boo-kyum.

Les nouvelles règles, qui entreront en vigueur samedi pour au moins deux semaines, obligeront restaurants, cafés et boîtes de nuit à baisser le rideau à 21h, tandis que les cinémas, salles de concerts et autres lieux publics devront fermer à 22h. Les rassemblements privés seront limités à quatre personnes.

En Israël, les frontières resteront fermées aux touristes jusque fin décembre

Israël maintient la fermeture de ses frontières aux non-résidents jusqu'à la fin décembre dans le but d'empêcher la propagation du variant Omicron, hautement transmissible. L'Etat hébreu a décidé de prolonger de sept jours supplémentaires la fermeture de ses frontières. Les touristes ne pourront donc pas entrer dans le pays avant le 29 décembre à minuit, a indiqué mercredi soir le Premier ministre Naftali Bennett's.

Les résidents d'Israël, qui reviennent de n'importe quel pays, devront par ailleurs se soumettre à une quarantaine d'au moins trois jours avant d'entrer dans le pays, y compris ceux qui sont vaccinés.

Les autorités israéliennes ont également classé le Danemark et la Grande-Bretagne "pays rouges", ce qui implique que les Israéliens ne peuvent plus s'y rendre, à partir de vendredi. Ces deux pays sont les premiers européens à rejoindre la liste rouge, qui comprend presque la totalité des pays africains.

La souche Omicron du SARS-Cov-2 a été détectée pour la première fois en Afrique australe le mois dernier et l'Organisation mondiale de la Santé l'a classée comme une variante préoccupante. Omicron inquiète la communauté scientifique car il serait beaucoup plus contagieux que les variants précédents.