La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 3.073.969 morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles vendredi en milieu de journée.

Les Etats-Unis sont le pays qui compte le plus grand nombre de morts avec 571.109 décès, suivis par le Brésil (386.416), le Mexique (214.095), l'Inde (186.920) et le Royaume-Uni (127.345).

Plus de 893.000 cas de Covid-19 sur une journée, un record mondial

Plus de 893.000 cas de Covid-19 ont été recensés dans le monde sur la journée de vendredi, en raison principalement de la flambée épidémique qui submerge l'Inde, soit un chiffre record depuis le début de la pandémie, selon un comptage de l'AFP samedi à 10H00 GMT à partir de sources officielles.

Plus d'un tiers de ces contaminations ont en effet été déplorées en Inde, qui a annoncé 332.730 nouvelles contaminations vendredi, puis 346.786 samedi, des chiffres également inédits pour un seul pays jusqu'à présent. Avant cette semaine, le nombre de cas officiellement annoncés le plus élevé s'était établi à 819.000, le 8 janvier dernier.

EUROPE

L'Allemagne durcit ses mesures sous les critiques

L'Allemagne entre samedi dans une nouvelle phase de verrouillage de sa vie publique comprenant des couvre-feux nationaux après l'adoption d'une nouvelle loi très controversée renforçant le pouvoir d'Angela Merkel pour lutter contre la pandémie.

Alors que de nombreux pays, comme l'Italie, la Suisse, la Belgique, ont programmé l'assouplissement prochain des restrictions, la première économie européenne s'inscrit à contre-courant en activant ce qu'elle appelle "un frein d'urgence" prévu dans la réforme de la loi sur la protection contre les infections.

Dans le détail, le dispositif comprend de nouvelles réductions des contacts privés, la fermeture des magasins non essentiels ou des musées, un recours accru au télétravail, et surtout, mesure la plus critiquée, la mise en place de couvre-feux entre 22h et 5h, avec la possibilité cependant de prendre l'air seul ou de faire son jogging jusqu'à minuit.

Adopté cette semaine au Bundestag sous les protestations dans la rue de plusieurs milliers d'opposants à la ligne dure d'Angela Merkel, le texte impose un durcissement des règles sanitaires dès que le taux d'incidence, qui mesure les infections sur une semaine, est supérieur à 100 pendant trois jours. Sa durée est limitée jusqu'au 30 juin.

Au delà d'un seuil de 165, les cours en présentiel dans les écoles sont interdits.

Vendredi, l'incidence a augmenté à 164 en moyenne dans le pays, dont les confinements n'ont jamais été aussi durs que chez certains de ses voisins, comme la France ou l'Espagne.

"C'est dur, cela pèse, sur chacun d'entre nous. Mais c'est nécessaire pour une période provisoire", a assuré le ministre de la Santé conservateur Jens Spahn.

Il s'agit de "briser la troisième vague du virus", et ensuite "ré-ouvrir progressivement avec un usage renforcé de tests", a-t-il affirmé.

L'Allemagne classe l'Inde en zone à haut risque à partir de dimanche

L'Inde, où sévit un nouveau variant très contagieux du coronavirus, sera placée par l'Allemagne en zone à haut risque à partir de dimanche, a déclaré le ministre allemand de la Santé Jens Spahn dans un entretien samedi. "Pour ne pas mettre en danger notre campagne de vaccination, nous devons nettement réduire le trafic de voyageurs avec l'Inde", a justifié le ministre dans une interview au groupe de médias Funke.

AMERIQUE

Etats-Unis: feu vert pour le vaccin Johnson & Johnson

Les autorités sanitaires américaines ont donné vendredi leur feu vert à la reprise de la vaccination avec le sérum de Johnson & Johnson aux Etats-Unis, suspendue le 13 avril après des cas rares de thrombose.

La pause dans l'utilisation du vaccin mis au point par le laboratoire américain avait été décidée afin d'enquêter sur plusieurs cas de femmes ayant développé des cas graves de caillots sanguins en association avec des bas niveaux de plaquettes après leur injection.

Chili: AstraZeneca seulement pour les hommes

Le vaccin contre le Covid-19 d'AstraZeneca, dont le Chili a reçu vendredi sa première cargaison, sera uniquement administré aux hommes.

La semaine dernière l'Institut de santé publique (ISP) du Chili, qui a accordé en janvier une autorisation d'urgence pour ce vaccin, a recommandé son utilisation chez les femmes de plus de 55 ans et les hommes de plus de 18 ans, mais la sous-secrétaire à la Santé, a déclaré vendredi que le vaccin "ne sera administré qu'aux hommes" à partir de la semaine prochaine.

En Europe, le vaccin du laboratoire anglo-suédois a vu son utilisation restreinte dans de nombreux pays en raison de très rares cas de thromboses apparues pour la plupart chez des patients jeunes.

Couvre-feu en Equateur, confinement au Pérou

L'Equateur, l'un des pays d'Amérique latine les plus affectés par la pandémie de Covid-19, va imposer durant les quatre prochains weekends un couvre-feu allant du vendredi soir au lundi matin, afin d'enrayer une nouvelle vague de contagions.

Le Pérou va instaurer un confinement national obligatoire le jour de la Fête des mères, le 9 mai, afin de limiter "les rassemblements familiaux qui augmentent les cas de Covid-19", a annoncé vendredi la présidente du Conseil des ministres.

L'unique vol pour l'île de Pâques suspendu

La compagnie LATAM Airlines a annoncé vendredi la suspension temporaire du seul vol cargo qui assure chaque semaine la liaison entre Santiago du Chili et l'île de Pâques, après une manifestation dans l'aéroport îlien contre l'arrivée de non-résidents.

ASIE

Inde: hôpitaux submergés, en demande d'oxygène

Les hôpitaux de Delhi en manque d'oxygène lançaient des SOS vendredi alors que treize malades du Covid-19 sont morts dans l'incendie d'un hôpital en banlieue de Bombay, un drame ajoutant à la catastrophe sanitaire qui accable l'Inde.

Au cours des dernières 24 heures, 330.000 nouvelles contaminations et 2.000 décès ont été recensés.

Nouvel état d'urgence au Japon

Le gouvernement japonais a déclaré un nouvel état d'urgence à Tokyo et dans trois autres départements, à trois mois du début des Jeux olympiques prévus dans la capitale japonaise, face à une vive recrudescence locale du coronavirus.

OCEANIE

La Nouvelle-Zélande suspend "la bulle" avec l'Australie occidentale

La Nouvelle-Zélande a suspendu vendredi la "bulle" de voyages qu'elle venait d'ouvrir avec l'Australie occidentale, après l'apparition d'un cas de Covid-19 dans cet Etat, a annoncé le gouvernement à Wellington.

Les autres Etats australiens ne sont pas concernés par ces restrictions, annoncées quelques jours après l'ouverture de la "bulle" entre les deux pays qui ont tous deux largement jugulé l'épidémie de coronavirus.

"Conformément à nos protocoles relatifs à la bulle, les voyages entre la Nouvelle-Zélande et l'Australie occidentale ont été suspendus, dans l'attente d'un nouvel avis du gouvernement", indique le gouvernement néo-zélandais dans un communiqué publié sur son site internet.

La décision a été prise après l'annonce par les autorités d'Australie occidentale qu'elles imposaient trois jours de restrictions sanitaires dans les régions de Perth et de Peel devant commencer à minuit vendredi, en raison d'un voyageur ayant été testé positif au coronavirus.

Ces nouvelles restrictions ont été décidées "à la suite d'un cas positif chez une personne en quarantaine à l'hôtel et active dans la communauté", ont indiqué les autorités d'Australie occidentale sur leur site internet.

Selon des médias locaux, un homme âgé d'une cinquantaine d'années et qui avait pris un vol Perth-Melbourne mercredi a été testé positif plus tôt vendredi.

Il s'est mis en quarantaine dans un hôtel comme l'exige la loi mais il a été au restaurant, à l'université, chez le médecin et chez un ami avant de partir.

"Il a été près de 5 jours à Perth et on doit le considérer comme infecté", a déclaré le Premier ministre d'Australie occidentale Mark McGowan lors d'une conférence de presse.

La Nouvelle-Zélande et l'Australie avaient décidé d'autoriser les voyages entre les deux pays sans quarantaine obligatoire le 18 avril.

D'autres États et territoires australiens, dont les résidents peuvent toujours se rendre en Nouvelle-Zélande dans le cadre de l'arrangement de "la bulle", ont décidé de restreindre les arrivées d'Australie occidentale.