EUROPE

L'Europe a recensé plus d'un million de morts du Covid-19 depuis sa découverte en Chine en décembre 2019, selon un comptage réalisé par l'AFP à partir de bilans fournis par les autorités de santé, lundi à 18h30 GMT.

Les 52 pays et territoires de la région (qui va à l'est jusqu'à l'Azerbaïdjan et la Russie) totalisent au moins 1.000.288 décès (pour 46.496.560 cas), devant l'Amérique latine et les Caraïbes (832.577 décès, 26.261.006 cas), les Etats-Unis/Canada (585.428 décès, 32.269.104 cas), l'Asie (285.824 décès, 19.656.223 cas), le Moyen-Orient (119.104 décès, 7.011.552 cas), l'Afrique (115.779 décès, 4.354.663 cas) et l'Océanie (1.006 décès, 40.348 cas).

Selon les derniers bilans disponibles, près de six décès sur 10 en Europe ont été déclarés dans six pays : au Royaume-Uni (127.100 décès, 4.373.343 cas), en Italie (114.612 décès, 3.779.594 cas), en Russie (103.263 décès, 4.649.710 cas), en France (99.163 décès, 5.067.216 cas), en Allemagne (78.452 décès, 3.011.513 cas) et en Espagne (76.525 décès, 3.370.256 cas).

Les décès recensés en Europe (900 millions d'habitants, soit un neuvième de la population mondiale) représentent plus d'un tiers des 2,94 millions de victimes de la pandémie recensées dans le monde, pour plus de 136 millions de cas diagnostiqués depuis le début de la pandémie, selon le comptage de l'AFP.

Royaume-Uni:

Le Royaume-Uni a atteint lundi, avec un peu d'avance, son objectif d'offrir avant la mi-avril au moins une première dose de vaccin contre le coronavirus à tous les plus de 50 ans et aux personnes les plus vulnérables ou exposées, a annoncé le gouvernement.

"Nous avons à présent passé une étape hautement significative dans notre programme de vaccination en proposant des vaccins à tous ceux qui se trouvent dans les neuf groupes à haut risque" face au virus qui a fait plus de 127.000 morts dans le pays, a déclaré le Premier ministre Boris Johnson dans un communiqué. Plus de 32 millions de personnes (pour 66 millions d'habitants) ont reçu au moins une première dose au Royaume-Uni, qui a maintenu son objectif de proposer au moins une première dose à tous les adultes d'ici à la fin juillet malgré les déboires du vaccin AstraZeneca.

Allemagne:

L'Allemagne a franchi le seuil des 3 millions d'infections au Covid-19, selon des chiffres publiés lundi par l'autorité nationale de veille sanitaire (RKI) et alors que les appels à un nouveau tour de vis des restrictions se multiplient. Le nombre total d'infections depuis le début de la pandémie s'établit à exactement 3,011 millions, soit 13.245 de plus que la veille, selon le RKI, tandis que le nombre de décès s'établit à 78.452.

Par ailleurs, le taux d'incidence nationale sur les 7 derniers jours, particulièrement suivi par les autorités, s'établit à 136,4 pour 100.000 habitants, soit au-dessus du seuil déclenchant en principe un resserrage des restrictions.

La chancelière Angela Merkel s'est, dans ce contexte, à nouveau prononcée au cours du week-end, lors d'une réunion des députés de son parti conservateur, en faveur d'une forme stricte de reconfinement national pour une période assez brève.

L'objectif est de tenter d'endiguer la troisième vague de la pandémie dans le pays, qui continue à enfler, malgré les restrictions de mouvement déjà en place.

Grèce:

Les lycées de toute la Grèce ont rouvert lundi après plus de cinq mois d'affilée de fermeture, mais les élèves et les enseignants sont soumis à "des mesures de protection élevées", en particulier des tests deux fois par semaine, a assuré la ministre de l'Éducation. Les lycées de Grèce étaient fermés depuis le 7 novembre et les cours étaient dispensés en ligne depuis cette date. Les écoles primaires et collèges, qui avaient rouvert brièvement, restent à ce stade portes closes dans tout le pays.

Tous les lundi et jeudi, les lycéens et les professeurs devront être dépistés contre le coronavirus avec des auto-tests, disponibles gratuitement en pharmacie.

"Ces auto-tests seront un outil précieux" pour contrôler la propagation de l'épidémie de coronavirus dans les établissements, a précisé lundi la ministre Niki Kerameus sur la chaîne de télévision publique ERT.

Si un élève ou un enseignant s'avère positif à un auto-test, il doit s'isoler puis se soumettre dans les 48h suivantes à un nouveau test dans un centre de santé. Si cette personne est à nouveau positive, elle doit s'isoler pour quatorze jours.

France:

En France, la vaccination va être élargie dès lundi à toutes les personnes âgées de 55 ans et plus, a annoncé dimanche le ministre de la Santé Olivier Véran. Elles recevront l'AstraZeneca ou le vaccin de Johnson & Johnson, qui doit être livré à partir de lundi.

La cadence de la campagne vaccinale est un enjeu crucial pour le gouvernement, au moment où la France est frappée par une violente troisième vague.


Mais pour l'épidémiologiste Antoine Flahault, interrogé par le Journal du dimanche, tout miser sur le vaccin pour sortir de la crise s'apparente à "un pari hasardeux. Et risqué".

Par ailleurs, la vente en pharmacie d'autotests de dépistage du Covid-19 sur prélèvement nasal, pour les personnes asymptomatiques de plus de 15 ans, va être autorisée.

La situation est redevenue très tendue à l'hôpital, conséquence d'une épidémie hors de contrôle en mars, poussée par le variant anglais, plus contagieux, du coronavirus.

République tchèque:

Les résidents de la République tchèque entameront la journée de lundi sans être sous le régime de l'état d'urgence sanitaire pour la première fois en six mois. Bien que les restrictions liées à la lutte contre la pandémie de coronavirus seront assouplies, elles ne disparaitront pas pour autant. Le couvre-feu ne sera plus de mise, mais d'autres mesures resteront en place si bien que de nombreux restaurants et commerces resteront portes closes. La population devra toujours se couvrir le visage avec un masque buccal dans les lieux publics.

L'état d'urgence sanitaire avait été introduit en octobre dernier et prolongé à de multiples reprises. Toutefois, le corps législatif a refusé de nouvelles extensions bien que le gouvernement souhaitait maintenir des restrictions à la liberté de mouvement par crainte d'une recrudescence des infections et que l'infrastructure médicale soit à nouveau débordée.

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies estimait dimanche que le nombre d'infections en République tchèque pour 100.000 résidents lors des 14 derniers jours était de 808.75. Le taux de mortalité pour 1 million de résidents était de 210.1.

AFRIQUE

Arabie saoudite:

Les autorités saoudiennes ont ainsi annoncé début avril que seules les personnes vaccinées contre le Covid-19 seraient autorisées à effectuer la omra, le petit pèlerinage à La Mecque, à partir du début du ramadan.

Le ramadan génère habituellement à La Mecque une grande affluence de fidèles venant d'Arabie saoudite et d'autres pays musulmans. Le petit pèlerinage, suspendu en mars 2020 en raison de la pandémie, a repris timidement début octobre avec des mesures de précaution.

ASIE

Japon:

Au Japon, où les JO de Tokyo-2020, retardés d'un an en raison de la pandémie, doivent s'ouvrir le 23 juillet, l'heure est également à un durcissement des mesures sanitaires, même si celles-ci demeurent nettement moins sévères que dans d'autres pays.

Elles prévoient notamment la fermeture des restaurants et des bars à 20H00 et des mesures spéciales pour la capitale.

Malgré plusieurs vagues d'infections, le Japon a été relativement épargné jusqu'ici par rapport à d'autres pays, avec quelque 9.300 décès officiellement recensés dans l'archipel depuis janvier 2020.

AMÉRIQUE

Venezuela:

Le Venezuela va produire un vaccin anti-Covid cubain, a annoncé dimanche le président Nicolas Maduro. Il sera fabriqué en laboratoire à hauteur de deux millions de doses par mois à partir du mois d'août. "Nous avons signé un accord pour produire dans nos laboratoires (...) deux millions de doses par mois du vaccin Abdala, vers le mois d'août, septembre", a déclaré à la télévision le chef de l'Etat, dont Cuba est un proche allié.


Le président a également annoncé que son pays participerait aux essais cliniques de phase 3 de ce candidat vaccin, avec lequel La Havane a déjà commencé à vacciner fin mars 124.000 personnels de la santé dans le cadre d'un test à grande échelle auprès de populations à risque.

Les scientifiques cubains travaillent sur quatre candidats vaccins: Mambisa (en phase 1), Soberana 1 (en phase 2), Soberana 2, Abdala (en phase 3) ainsi qu'un cinquième, Soberana +, reformulation du Soberana 1 à destination des personnes convalescentes de la maladie.

Le gouvernement cubain prévoit de lancer sa campagne de vaccination en juin, avec ce qui serait alors le premier vaccin anti-coronavirus conçu et produit en Amérique latine.

Le président vénézuélien a ajouté que son gouvernement était en discussion pour la signature d'accords de production de vaccins "avec la Russie, la Chine et d'autres pays". Le Venezuela a jusqu'à présent autorisé le vaccin russe Spoutnik V et celui du laboratoire chinois Sinopharm. Moins d'un million de doses sont arrivées dans le pays.

Brésil:

Au Brésil, l'un des pays les plus touchés au monde par la pandémie (plus de 353.000 morts à ce jour), la majorité des personnes se trouvant en soins intensifs ont désormais moins de 40 ans, a révélé dimanche le coordinateur d'une étude de l'Association brésilienne des soins intensifs (AMIB).

"Cette population ne contractait auparavant qu'une forme moins grave de la maladie et n'avait pas besoin de soins intensifs", a expliqué le Dr Ederlon Rezende, coordinateur de l'étude. "Une telle hausse pour ce groupe d'âge est très significative".

Pérou:

Les Péruviens votaient dimanche pour élire leur président en pleine envolée de l'épidémie de Covid-19, les files d'attente des électeurs côtoyant celles d'habitants cherchant de l'oxygène pour leurs proches atteints par la maladie. Ce scrutin particulièrement incertain a lieu alors que le pays a connu sa semaine la plus meurtrière en 13 mois de pandémie, avec un record de 384 morts samedi, le double de la moyenne quotidienne des dix dernières semaines.

Dix-huit candidats sont en lice pour la présidentielle. Selon les derniers sondages, sept d'entre eux - qui oscillent entre 6 et 10% des intentions de vote - ont une chance de se qualifier pour le deuxième tour du 6 juin auquel participeront les deux ayant obtenu le plus de voix dimanche.

Le vote est obligatoire au Pérou sous peine d'amende. De nombreux Péruviens se sont rendus aux urnes à contrecoeur, plus préoccupés par les chiffres alarmants de la pandémie qui a déjà fait plus de 54.000 morts pour 33 millions d'habitants, que par l'élection.