La Russie a enregistré lundi un nouveau record de contaminations quotidiennes par le Covid-19 avec près de 22.000 cas, Moscou dépassant notamment pour la première fois le pic du mois de mai.

Lundi, 21.798 nouveaux cas ont été décomptés en Russie, soit presque le double du pic de 11.607 cas du 11 mai. A Moscou, épicentre de l'épidémie, 6.897 contaminations ont été recensées au cours des dernières 24 heures, dépassant le record de 6.703 nouveaux malades du 7 mai.

Par ailleurs, 256 nouveaux morts ont été comptabilisés dans le pays, portant le total à 30.793. La Russie ne compte cependant que les décès dont la cause première est le Covid-19, alors que de nombreux autres pays comptabilisent l'ensemble des patients décédés testés positifs.

La Russie, Moscou en particulier, avait imposé un confinement très strict pour freiner l'épidémie au printemps. Cet automne par contre, l'option a été jusqu'ici rejetée. Au nom de la sauvegarde de l'économie, les autorités moscovites ont préféré des mesures plus ciblées, comme le confinement conseillé aux plus de 65 ans, l'enseignement à distance à partir de la 6e ou l'obligation pour les entreprises d'avoir 30% du personnel en télétravail.

Restrictions en Europe

En Europe, le Portugal instaure lundi l'état d'urgence sanitaire, assorti d'un couvre-feu dans la majeure partie du pays, la Roumanie prend aussi de nouvelles mesures draconiennes et le Premier ministre hongrois Viktor Orban a annoncé un confinement partiel à partir de mercredi.

"La seule façon de maîtriser la pandémie est d'éviter les interactions sociales", a affirmé le chef du gouvernement portugais Antonio Costa.

Comme partout ailleurs en Europe, les contaminations enregistrent une hausse inquiétante au Portugal: depuis début octobre, leur nombre quotidien est passé de 2.000 à 6.000. A partir de lundi, un couvre-feu nocturne, qui débutera dès 13h00 durant le weekend, y entre en vigueur. Il s'applique dans les 121 communes soumises déjà depuis mercredi à un "devoir civique de confinement à domicile", et où vivent environ 70% des Portugais.

Un couvre-feu nocturne, de même que le port obligatoire du masque en extérieur et l'interdiction des fêtes publiques et privées, entrent également en vigueur lundi en Roumanie, qui approche le seuil des 10.000 nouveaux cas par jour.

"Les mesures adoptées jusqu'ici ne suffisent plus, des mesures supplémentaires sont nécessaires", a déclaré le président roumain Klaus Iohannis, alors que les hôpitaux du pays sont au bord de l'asphyxie.

En Hongrie, les rassemblements vont être interdits, les restaurants fermés, les événéments culturels et de loisirs annulés et le couvre-feu étendu de 20h00 à 05h00, a indiqué M. Orban, jusqu'ici réticent à durcir les mesures. Ces restrictions, qui doivent encore être approuvées par le Parlement, sont mises en place pour une durée de 30 jours minimum.

La France a néanmoins à nouveau écarté dimanche celle d'un confinement imposé pour les personnes âgées, plus vulnérables aux formes graves de la maladie.

Le pays a dépassé a dépassé samedi la barre des 40.000 décès liés au Covid-19, et des patients y souffrant du Covid commencent à être transférés vers des hôpitaux allemands en raison de l'encombrement des services de réanimation.

Selon la Banque de France, le reconfinement devrait amputer l'activité de l'économie française de 12% en novembre, soit moins que le recul de 31% en avril. Pour l'ensemble de l'année, elle prévoit une chute du PIB de 9 à 10%.

Réservistes mobilisés en Suisse

En Suisse, l'armée a mobilisé dimanche des réservistes pour tenter de faire face à la deuxième vague du Covid-19 dans les hôpitaux. "C'est un nouvel effort qui vous est demandé", a lancé le lieutenant-colonel suisse Raul Barca, face à une centaine de soldats, tous masqués, devant le hangar de la place d'armes de Moudon, dans le canton de Vaud (ouest).

La Grèce a quant à elle introduit samedi un deuxième confinement, marchant dans les pas de la France, l'Angleterre, l'Irlande et d'une partie de l'Italie.

Pour chaque sortie, les Grecs doivent obtenir un feu vert des autorités, par SMS. Des barrages routiers vérifient les permis spéciaux nécessaires pour se déplacer.

Les collégiens et lycéens grecs, qui doivent rester chez eux, ont suivi lundi leurs premiers cours en ligne malgré des difficultés de connection internet.

Dans une banlieue d'Athènes, Violette Gerogiannis, une lycéenne de 17 ans, estime cette mesure partnécessaire, car "les mesures sanitaires ne pouvaient pas être respectées complètement dans notre établissement".

En Inde, la saison redoutée de la pollution risque cette fois de décupler les effets du coronavirus, selon des pneumologues de New Delhi. Pour cette raison, le tribunal indien chargé de l'environnement a ordonné lundi l'interdiction des pétards et feux d'artifice durant la fête de Diwali dans les villes à l'air pollué.

Les autorités russes ont jusqu'ici exclu tout nouveau confinement d'ampleur, estimant que des mesures restrictives comme celles imposées au printemps seraient trop dommageables pour l'économie.