La pandémie de coronavirus a fait plus de 2,3 millions de morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles, dimanche à 11H00 GMT. Plus de 105,7 millions de cas d'infection ont été diagnostiqués.

Les Etats-Unis sont le pays comptant le plus de morts (462.181), devant le Brésil (231.012), le Mexique (165.786), l'Inde (154.996) et le Royaume-Uni (112.092).

Le nombre des victimes est globalement sous-évalué. Il se fonde sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé mais exclut les révisions réalisées a posteriori par des organismes statistiques comme cela a été le cas en Russie, en Espagne et au Royaume-Uni. 

Europe

Le Royaume-Uni a déjà vacciné 12 millions de personnes

Au Royaume-Uni, plus de 12 millions de personnes ont reçu une première dose de vaccin contre le coronavirus, selon les derniers chiffres du gouvernement. Le royaume compte avoir vacciné d'ici mi-février les groupes les plus vulnérables, soit 15 millions de personnes (plus de 70 ans, les personnes présentant des comorbidités et le personnel médical). Le Royaume-Uni est moins touché par la pénurie de vaccins que l'Union européenne grâce à des commandes effectuées de manière très précoce. L'OMS a déjà appelé le pays à fournir des doses dès que les plus vulnérables auront été vaccinés.

Si tous les fabricants avec lesquels la Grande-Bretagne a signé des contrats livrent les doses promises, le pays en aura assez pour vacciner tous ses habitants trois fois.

L'Autriche envisage de produire le Spoutnik V en cas d'autorisation

Le chancelier autrichien, Sebastian Kurz, s'est dit ouvert dimanche à ce que les vaccins russe Spoutnik V ou chinois contre le Covid-19 soient produits en Autriche, s'ils obtiennent une autorisation de mise sur le marché dans l'Union européenne. "Si les fabricants de vaccins russe et chinois obtenaient un feu vert en Europe et y étaient produits, l'Autriche essaierait très certainement de mettre à disposition des capacités de production dans les entreprises nationales appropriées" pour ces vaccins, a affirmé le dirigeant conservateur dans un entretien au journal dominical allemand Welt am Sonntag.

"Exactement comme pour les fabricants d'autres pays", a-t-il insisté. "Il s'agit d'obtenir un vaccin sûr aussi vite que possible, peu importe par qui il est fabriqué", a-t-il poursuivi.

Sebastian Kurz a également indiqué qu'il pourrait se faire injecter le vaccin russe s'il était autorisé en Europe.

Le pays veut également renforcer ses ses contrôles aux frontières à partir de lundi afin d'empêcher les déplacements non essentiels, a fait savoir le ministère de l'Intérieur dimanche. "Les contrôles aux frontières permettent de briser les chaînes de transmission", a indiqué le ministre de l'Intérieur Karl Nehammer, justifiant la décision par la propagation des variants plus contagieux du coronavirus.

L'Autriche contrôle déjà ses frontières avec la Hongrie, la Slovénie, la République tchèque et la Slovaquie. Les contrôles aux autres frontières, qui étaient jusqu'à présent effectués de manière aléatoire, seront intensifiés.

Le pays a annoncé la semaine dernière un durcissement des règles pour les voyageurs entrants. Ces derniers doivent désormais présenter un test négatif et observer une quarantaine de dix jours, sans exception.

Le gouvernement autrichien va assouplir le confinement dès lundi, avec l'autorisation de réouverture des écoles, des salons de coiffure et des magasins, sous réserve de conditions strictes.

Manifestation contre les restrictions au Danemark

Quelque 600 personnes ont arpenté samedi soir les rues de Copenhague pour protester contre les mesures anti-coronavirus prises par le gouvernement danois, notamment le futur passeport vaccinal, destiné à voyager et potentiellement servir à accéder à des événements sportifs ou culturels, voire à des restaurants. Au Danemark, la vaccination est recommandée mais pas obligatoire.

Pour Lagarde (BCE), l'annulation de la dette Covid-19 est "inenvisageable"

L'annulation de la dette Covid-19 est "inenvisageable" et serait "une violation du traité européen qui interdit strictement le financement monétaire des États", a souligné dans le Journal du Dimanche la présidente de la Banque centrale européenne (BCE) Christine Lagarde.

Von der Leyen rejette les critiques

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a une nouvelle fois rejeté samedi dans la presse allemande les critiques selon lesquelles l'UE aurait trop tardé à conclure des accords de précommandes de vaccins.

Les difficultés dans l'approvisionnement en vaccins en Europe sont liées au fait qu'il y a "une pénurie mondiale de composants importants qui entrent dans la fabrication des vaccins", a-t-elle assuré dans une tribune au Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung.

Roumanie: le vaccins d'AstraZeneca réservé aux moins de 55 ans

Le gouvernement roumain a reçu samedi les premières doses du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19, qu'il a décidé de réserver aux moins de 55 ans, dans la lignée d'autres pays européens.

"Cela ne veut pas dire qu'AstraZeneca ne produit pas de résultats pour les plus de 55 ans, mais peu de personnes de cette classe d'âge ont participé aux essais cliniques", a expliqué vendredi soir Valeriu Gheorgita, responsable de la campagne de vaccination.

Asie

Israël sort progressivement de son troisième confinement

Salons de coiffure rouverts, clients de retour dans certaines boutiques et déplacements qui peuvent s'étirer sur plus d'un kilomètre: Israël commençait dimanche à sortir de son troisième confinement depuis le début de la pandémie de Covid-19 sur fond d'intense campagne de vaccination. Dans la nuit de jeudi à vendredi, le gouvernement a annoncé un allégement à partir de dimanche du "segur", le confinement, en place depuis la fin décembre dans la foulée d'une nouvelle vague de contamination.

Dimanche matin, des commerces non essentiels ont pu par exemple rouvrir à Jérusalem.

Depuis la mi-décembre, et à la faveur d'un accord avec le géant Pfizer sur le partage de ses données médicales, Israël a vacciné plus de 3,4 millions de personnes (près de 40% de sa population), dont plus de deux millions ont reçu une seconde dose.

Malgré les mesures de confinement, et la campagne de vaccination, le mois de janvier a été le plus meurtrier depuis le début de la pandémie en Israël, avec plus de 1.000 décès à cause du virus. D'après le dernier bilan du ministère de la Santé, le pays de neuf millions d'habitants a officiellement enregistré plus de 686.000 cas dont 5.074 décès depuis le début de la pandémie.

L'Etat hébreu enregistre actuellement une moyenne d'environ 6.500 nouveaux cas par jour contre environ 8.000 mi-janvier, selon les chiffres officiels. Et comme le vaccin prend un certain temps avant d'être efficace, les autorités s'attendent à voir le nombre de cas, et surtout d'hospitalisation, diminuer dans les prochaines semaines.

Depuis dimanche, les Israéliens peuvent se déplacer au-delà d'un kilomètre de leur domicile.

Pékin approuve un deuxième vaccin

L'autorité chinoise de régulation des médicaments a donné son accord "conditionnel" pour un deuxième vaccin contre le Covid-19, le CoronaVac de Sinovac, a annoncé samedi le laboratoire pharmaceutique chinois.

Hommage au lanceur d'alerte de Wuhan

Des milliers de Chinois ont rendu hommage samedi sur les réseaux sociaux au médecin Li Wenliang, l'un des premiers à avoir alerté sur la dangerosité du nouveau coronavirus apparu à Wuhan (centre), à l'occasion du premier anniversaire de son décès du Covid-19 en février 2020.

© AP

Prochain lancement de la campagne de vaccination en Iran

L'Iran va lancer sa campagne de vaccination contre le coronavirus d'ici le 10 février, a annoncé samedi le président Hassan Rohani, deux jours après l'arrivée à Téhéran des premières doses du vaccin russe Spoutnik V.

Amérique

Plus de 550.000 vaccinations en trois jours au Chili

Le Chili avait vacciné samedi 556.000 personnes au total, trois jours après le lancement de sa campagne de vaccination de masse à destination des personnes âgées, a annoncé le ministère de la Santé.