Nouveaux bilans, nouvelles mesures, faits marquants: un point sur les dernières évolutions de la pandémie de Covid-19 dans le monde.

Plus d'un million et demi de cas d'infection par le nouveau coronavirus étaient officiellement déclarés dans le monde jeudi à 11h GMT, dont près de 89.000 décès, selon un comptage réalisé par l'AFP à partir de sources officielles. La pandémie de nouveau coronavirus a fait au moins 90.000 morts dans le monde depuis son apparition en Chine en décembre, dont plus de la moitié en Italie, en Espagne et aux Etats-Unis, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché en nombre de cas (432.132, dont 14.817 décès).

L'Europe reste le continent ayant recensé le plus de cas (787.744) et de décès (62.402). L'Italie affiche le plus grand nombre de décès (17.669), suivie par l'Espagne (15.238), la France (10.869) et le Royaume-Uni (7.097).

Récession en Afrique

L'Afrique subsaharienne devrait entrer en récession en 2020, à cause de la pandémie de nouveau coronavirus, une première en plus d'un quart de siècle, a prévenu jeudi la Banque mondiale. La pandémie de Covid-19 "a un impact considérable sur la croissance en Afrique subsaharienne qui, selon les prévisions, devrait chuter brutalement de +2,4% en 2019 à une fourchette comprise entre -2,1 et -5,1% en 2020, la première récession dans la région depuis plus de vingt-cinq ans", selon un communiqué de la Banque mondiale.

"La pandémie de Covid-19 teste les limites des sociétés et des économies à travers le monde et les pays africains seront probablement particulièrement frappés", a estimé Hafez Ghanem, vice-président de la Banque mondiale pour l'Afrique.

"Alors que la plupart des pays dans la région sont touchés à des degrés divers par la pandémie, le réel produit intérieur brut devrait, selon les prévisions, sévèrement chuter, en particulier dans les trois plus importantes économies (d'Afrique subsaharienne), le Nigeria, l'Angola et l'Afrique du Sud", a poursuivi la Banque mondiale dans son communiqué.

La pandémie a "aussi le potentiel de déclencher une crise d'insécurité alimentaire en Afrique, avec une production agricole qui pourrait se contracter entre 2,6%, selon le scénario le plus optimiste, et 7%, si il y a des obstructions dans la commercialisation" des denrées alimentaires, selon la Banque mondiale.

148 morts supplémentaires aux Pays-Bas

Le nouveau coronavirus a fait 148 morts supplémentaires aux Pays-Bas, portant le nombre de décès connus dus au Covid-19 à 2.396 dans le pays depuis le début de l'épidémie, a indiqué jeudi l'Institut national de la santé publique et de l'environnement (RIVM). Lorsqu'une personne meurt du coronavirus, l'Institut n'en est souvent informé qu'un ou plusieurs jours plus tard. Ces chiffres ne signifient donc pas que 148 personnes sont décédées au cours des dernières 24 heures. Les malades qui succombent sans pour autant avoir été testés positifs au Covid-19 ne sont par ailleurs pas repris dans ces statistiques.

Selon le RIVM, 237 nouvelles admissions à l'hôpital ont été enregistrées. Depuis le début de l'épidémie aux Pays-Bas, 7.972 personnes ont été hospitalisées.

Les chiffres montrent une tendance à la baisse des hospitalisations depuis une semaine. Le nombre de décès semble également se tasser.

Parmi les personnes décédées des suites du virus, les 65 ans et plus sont les plus nombreux. Deux jeunes d'une vingtaine d'années, trois trentenaires et neuf quadragénaires ont également succombé à la maladie.

Confinement prolongé en France

En France le confinement déjà prolongé une fois jusqu'au 15 avril va se poursuivre au-delà de cette date, a prévenu l'Elysée mercredi soir. Le président Emmanuel Macron doit s'adresser lundi soir aux Français.

Précédemment critiqué à ce sujet, le gouvernement a précisé qu'il prendrait la décision d'étendre le port du masque de protection à toute la population s'il y a "un consensus scientifique" à ce sujet, ce qui n'est selon lui pas le cas actuellement.

Une centaine de médecins tués par le coronavirus en Italie

Une centaine de médecins sont décédés de l'épidémie de Covid-19 en Italie, qui a fait au total environ 18.000 morts dans le pays, a annoncé jeudi leur fédération professionnelle. "Nous avons le nombre de médecins décédés à cause du Covid-19, c'est 100, peut-être même 101 à l'heure actuelle malheureusement", a indiqué en milieu de journée le service de presse de la Fédération nationale des ordres de médecins en chirurgie et odontologie

L'UE à la peine

Une nouvelle réunion des ministres européens des Finances est prévue jeudi soir, après leur échec la veille à trouver une réponse économique commune face au coronavirus.

Les Pays-Bas refusent notamment de céder aux demandes italiennes sur les prêts susceptibles d'être octroyés aux Etats en difficulté par le fonds de secours de la zone euro, selon des participants.

La présidente de la BCE Christine Lagarde a appelé les Etats européens à "être côte à côte" pour répondre à la crise.

Yémen

Un cessez-le-feu unilatéral décrété par la coalition menée par les Saoudiens a débuté jeudi au Yémen, Ryad disant espérer que cette trêve justifiée par la lutte contre le Covid-19 conduira à une fin du conflit de cinq ans.

Taïwan veut des excuses

Taïwan a exigé jeudi des excuses de la part du directeur général de l'Organisation mondiale de la santé qui avait accusé Taipei d'encourager ses citoyens à attaquer l'OMS sur sa gestion de la pandémie.

De tels encouragements n'ont jamais eu lieu, selon Taïwan.

Pâques et Pessah sans contacts

Partout dans le monde, les chrétiens s'apprêtent à célébrer Pâques de manière inédite, tout comme les juifs Pessah, en raison du confinement.

C'est sans fidèles que le pape François célèbrera à 16H00 GMT la messe de la Cène, le dernier repas de Jésus à la veille de sa mort. Il s'abstiendra de se livrer au rituel du lavement des pieds pour éviter tout contact rapproché.

La feria de Pentecôte de Nîmes, l'une des plus importantes en France, qui devait se tenir du 27 mai au 1er juin, a été annulée.

L'ONU s'en mêle

Après des semaines de divisions, notamment sino-américaines, le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit pour la première fois jeudi pour discuter du Covid-19. Une session par visioconférence et à huis clos qui s'apparente "à une thérapie de groupe", selon certains diplomates.

"Les pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929.

C'est le sombre pronostic posé par la directrice générale du FMI sur l'impact de la pandémie du coronavirus sur l'économie mondiale. "La croissance mondiale va devenir fortement négative en 2020", a déclaré Kristalina Georgieva, sans avancer de chiffres.

"Il y a tout juste trois mois, nous nous attendions à une croissance du revenu par habitant pour 160 de nos pays membres en 2020. Aujourd'hui, (...) nous projetons que plus de 170 pays vont expérimenter une contraction du revenu par habitant", a-t-elle précisé lors de son discours prononcé en amont des réunions de printemps qui se tiendront en mode virtuel, par vidéoconférence, la semaine prochaine.

Alors que le coronavirus, parti de Chine fin 2019, n'en finit pas de se propager dans le monde, les pays sont confrontés "à une incertitude extraordinaire sur la profondeur et la durée de cette crise", a-t-elle insisté.

En conséquence, le Fonds anticipe au mieux une "reprise partielle" en 2021 à condition que la pandémie s'estompe au second semestre de cette année et que les mesures de confinement puissent être levées pour permettre une réouverture des commerces, des restaurants, une reprise du tourisme et de la consommation.

Au contraire, 2021 pourrait s'avérer "pire" que 2020 si la pandémie devait durer. Le FMI doit publier mardi prochain ses prévisions chiffrées pour les principaux pays et régions du monde.