La progression se pousruit en France

Le nombre de décès liés au Covid-19 en France a fortement progressé au cours des dernières 24 heures, à 418, portant le total à plus de 37.435 depuis le début de l'épidémie, selon les chiffres de Santé publique France lundi.

Le nombre de malades du coronavirus en réanimation ou en soins intensifs a aussi fortement augmenté, avec 430 nouvelles admissions en 24 heures, portant le total à 3.721 patients.

Couvre-feu et déplacements réduits en Italie

Le Premier ministre italien Giuseppe Conte a annoncé lundi de nouvelles mesures pour lutter contre la deuxième vague de coronavirus, qui frappe durement l'Europe. Un couvre-feu dès 21h00 et des voyages réduits se retrouvent parmi les nouvelles décisions.

Les différentes régions seront réparties dans trois groupes à risque, en fonction du nombre de contaminations qu'elles enregistrent. Les habitants de la Botte ne pourront plus voyager d'une région à l'autre.

La capacité des transports en commun sera en outre ramenée de 80% à 50%, a indiqué le Premier ministre devant le Parlement. Les centres commerciaux seront fermés le week-end, tandis que certaines écoles devront revenir à un enseignement en ligne.

Dans 15 des 20 régions italiennes, les soins intensifs sont sous pression ou sur le point de l'être, a souligné le gouvernement.

Un décret d'urgence doit encore couler ces nouvelles règles dans la loi mais des frictions existent entre le gouvernement central et les gouverneurs des régions.

L'Italie a renforcé ses mesures à plusieurs reprises durant le mois d'octobre. Le gouvernement a ainsi également imposé la fermeture des bars et des restaurants à 18h00, ainsi que celle des salles de sport, de cinéma et de concert. Ces décisions ont provoqué des heurts entre manifestants, qui défilaient contre ce tour de vis, et la police, comme à Florence et Bologne.

Le pays comptabilisait samedi 32.000 nouvelles infections.

Le Portugal va décréter l'état d'urgence sanitaire

Le gouvernement portugais a l'intention de décréter l'état d'urgence sanitaire pour se donner les coudées franches dans ses efforts pour endiguer la propagation du nouveau coronavirus, a annoncé lundi le Premier ministre Antonio Costa alors que la majeure partie du pays sera reconfinée à partir de mercredi. "Nous proposons que soit déclaré l'état d'urgence à caractère préventif, pour lever les doutes juridiques", a déclaré le chef du gouvernement socialiste à l'issue d'un entretien avec le président de la République, le conservateur Marcelo Rebelo de Sousa, à qui il revient de déclarer l'état d'urgence après consultation du Parlement.

L'exécutif veut notamment s'assurer qu'il peut légalement restreindre la liberté de circulation, instaurer des contrôles de température ou réquisitionner des employés des secteurs public et privé pour lutter contre la pandémie, a expliqué M. Costa devant la presse.

Interrogé sur l'éventuelle imposition d'un couvre-feu, le Premier ministre a affirmé qu'en état d'urgence "rien n'empêchera, si nécessaire, que la circulation soit limitée entre 23H00 et 06H00, avec des exceptions car certaines personnes travaillent en période nocturne".

A partir de mercredi, 7,1 millions de Portugais, soit environ 70% de la population, seront reconfinés pendant au moins deux semaines, avait annoncé samedi soir le Premier ministre.

Ce nouveau confinement sera toutefois moins strict que celui du printemps. Dès que possible, le télétravail deviendra obligatoire mais les écoles resteront ouvertes, ainsi que les restaurants et les commerces, même s'ils devront fermer plus tôt.

Pour éviter les rassemblements traditionnels à la Toussaint, le gouvernement avait déjà interdit jusqu'à mardi les déplacements non justifiés entre municipalités, et le port du masque dans la rue est devenu obligatoire.

Le Portugal, qui a pour la première fois dépassé la semaine dernière la barre des 4.000 nouvelles contaminations quotidiennes, observait lundi une journée de deuil national en hommage à ses 2.544 victimes du Covid-19.

Le nombre de nouvelles contaminations diminue aux Pays-Bas

Les Pays-Bas ont enregistré, entre dimanche matin et lundi matin, 8.306 nouveaux cas de coronavirus, a indiqué lundi l'Institut national de santé publique et de l'environnement (RIVM). Ce nombre laisse espérer un aplatissement de la courbe des infections, alors que le nombre de nouvelles contaminations dépassait encore les 8.700 la veille, les 9.800 samedi et les 11.000 cas vendredi. Les Pays-Bas ont réinstauré un confinement partiel à la mi-octobre, imposant une fermeture aux établissements horeca et annulant la plupart de événements à venir.

Au cours des sept derniers jours, près de 67.000 personnes ont été testées positives au coronavirus.

Au total, environ 368.000 cas ont été détectés aux Pays-Bas depuis l'apparition du virus en février.

Plus de 1,2 million de décès dans le monde

Plus de 1,2 million de décès dus au nouveau coronavirus ont été officiellement recensés dans le monde, selon un comptage réalisé par l'AFP à partir de sources officielles lundi à 7h45 GMT.

Au total, au moins 1.200.042 morts, pour 46.452.818 cas, ont été déclarés. Près d'un décès sur cinq a eu lieu aux États-Unis, pays le plus endeuillé au monde avec 230.996 morts pour 9.207.364 contaminations.

Suivent le Brésil avec 160.074 décès et 5.545.705 cas, l'Inde (122.607 morts, 8.229.313 cas), le Mexique (91.895, 929.392) et le Royaume-Uni (46.717, 1.034.914).

L'Amérique latine et les Caraïbes sont la région la plus meurtrie avec plus de 402.787 morts, devant l'Europe (280.109), les États-Unis/Canada (241.175) et l'Asie (171.423).

Plus de 100.000 nouveaux morts ont été recensés dans le monde depuis le 16 octobre.

Ces sept derniers jours, plus de 6.500 décès ont été enregistrés quotidiennement dans le monde. Près de 40% de ces morts ont été recensés en Europe, région où la pandémie progresse le plus vite actuellement.

Autriche: confinement partiel

Le parlement autrichien a approuvé dimanche un confinement partiel du pays durant quatre semaines à partir de mardi. Les nouvelles mesures sanitaires annoncées par le chancelier Sebastian Kurz durant le weekend et approuvées par les principales commissions parlementaires resteront en place jusqu'au 30 novembre.

Un couvre-feu sera imposé entre 20h00 et 06h00, mais devra être reconduit tous les dix jours par une approbation parlementaire.

Les nouvelles règles prévoient aussi la fermeture des institutions culturelles et des infrastructures de loisirs, de même que l'annulation de tous les évènements hormis les funérailles. Les hôtels et restaurant devront aussi baisser les rideaux, mais pourront continuer à servir à emporter.

Les évènements sportifs de haut niveau seront privés de public, les sports amateurs devront se dérouler en extérieur et les sports de contact seront interdits.

Les commerces et fournisseurs, comme les coiffeurs, pourront continuer à opérer. La plupart des écoles resteront ouvertes mais les élèves plus âgés étudieront à domicile.

Les infections au coronavirus progressent depuis des semaines dans le pays de 9 millions d'habitants. Samedi, l'Autriche a recensé 5.349 nouveaux cas lors des 24 dernières heures, après avoir enregistré un record de 5.627 infections vendredi.

Allemagne: manifestations à Munich, forte diminution des contaminations

Près de 1.900 manifestants se sont réunis dimanche dans la ville allemande de Munich pour protester contre le confinement décrété dans le pays, a indiqué la police au sujet d'un événement initialement annoncé comme un service oecuménique. La police a indiqué que l’événement avait débuté avec un contenu et les caractéristiques d'un service religieux, pour dévier vers ce qui s'apparentait à un concert vers 19H00, quand il a été décidé d'y mettre fin.

Des milliers de personnes ont protesté à travers l'Allemagne durant le weekend, alors que le pays s'apprête à observer un nouveau confinement lundi, avec la fermeture des restaurants et bars. Les réunions seront limitées à 10 personnes de deux ménages différents.

L'Allemagne a enregistré au cours des dernières 24 heures un peu plus de 12.000 infections au coronavirus soit environ 2.000 de moins que la veille et un recul de 7.000 par rapport à samedi. Quarante-neuf décès supplémentaires ont été rapportés ces dernières 24 heures, portant à 10.530 le nombre total de morts.

Manifestations en Espagne

En Espagne, la police a interpellé tôt dimanche des dizaines de personnes au cours d'affrontements dans plusieurs villes. Les troubles les plus importants se sont produits à Madrid, où de nombreux manifestants scandant "Liberté!" ont mis le feu à des bennes à ordures et érigé des barricades de fortune sur la Gran Via, la principale artère du centre de la capitale.

Les manifestants dénonçaient le couvre-feu nocturne imposé la semaine dernière et le bouclage décrété par la quasi totalité des régions espagnoles.

Genève en semi-confinement

Pour tenter d'enrayer une flambée de contaminations, le gouvernement du canton de Genève a annoncé dimanche qu'il irait au-delà des restrictions nationales imposées en Suisse. A partir de lundi soir, les bars, les restaurants et autres établissements de loisirs (cinémas, musées, piscines, bibliothèques...) ainsi que tous les commerces non essentiels seront fermés.

Les habitants sont appelés à ne quitter leur domicile qu'en cas de stricte nécessité.

Cette région d'un demi-million d'habitants se retrouve ainsi dans la même situation de semi-confinement qu'au printemps, avec pour différence que les écoles resteront ouvertes.

Restrictions en Iran

Les autorités iraniennes ont imposé dimanche des restrictions sur les déplacements depuis et vers les villes les plus touchées par l'épidémie, après avoir enregistré un nouveau record de décès portant le total à 35.298.

La mesure, qui entrera en vigueur lundi, concerne les capitales de 25 provinces classées zone "rouge", dont Téhéran où vivent 8 millions de personnes.

De nouvelles restrictions avaient déjà été imposées dans ces villes samedi, entraînant la fermeture de certains espaces publics et commerces.

Vaccin: tests cliniques en Israël

Israël a entamé dimanche ses premiers tests cliniques d'un vaccin contre le nouveau coronavirus, au moment où le gouvernement commence à alléger le second confinement décrété dans le pays.

Pérou: réouverture du site touristique du Machu Picchu

Le site inca du Machu Picchu, joyau des sites touristiques du Pérou, a rouvert dimanche après près de huit mois de fermeture pour cause de Covid-19, avec une cérémonie ancestrale.

Pour des raisons de sécurité sanitaire cependant, seulement 675 touristes pourront accéder au site chaque jour, soit 30% du nombre quotidien de visiteurs avant la pandémie.

Sous une pluie fine et des lumières multicolores, un rituel inca a été célébré dimanche soir pour remercier les dieux de la réouverture de cette citadelle, déclarée patrimoine de l'humanité par l'Unesco en 1983.

Rouvrir le Machu Picchu montre "que les Péruviens sont résilients", a déclaré à l'AFP la ministre du Commerce extérieur et du Tourisme Rocio Barrios.


Un premier train de touristes était arrivé dans la matinée à Machu Pichu pueblo, ville la plus proche du site inca.

Le site recevra lundi ses premiers visiteurs, mais les touristes seront tenus de garder leurs distances, même si le nombre de cas de coronavirus diminue au Pérou. Seule exception, une famille française, bloquée au Pérou depuis le mois de mars, a pu visiter le site dès dimanche.

Cette réouverture est particulièrement attendue à Cusco, passage obligé avant d'arriver au Machu Pichu et ancienne capitale inca, où la chute du nombre de touristes dans une ville qui en vit à 70%, a causé des ravages.

Le confinement a entraîné une perte sèche pour les dizaines de milliers de Péruviens qui vivent du tourisme, en particulier dans cette région montagneuse où se trouve la citadelle inca.