ASIE

Thaïlande:

Les professionnels du tourisme en Thaïlande se montrent sceptiques quant à l'efficacité du programme qui doit être lancé la semaine prochaine pour relancer ce secteur vital, à l'arrêt depuis la pandémie de coronavirus. Les conditions d'entrée draconiennes, notamment la quarantaine obligatoire de 14 jours dans un hôtel agréé, mises en place depuis l'an dernier ont fait plonger le nombre d'étrangers se rendant dans le royaume. Et l'économie enregistre ses pires performances depuis la crise financière asiatique de 1997.

Pour tenter de relancer la machine, le gouvernement thaïlandais a donné son feu vert à un projet pilote, baptisé "Sandbox" (bac à sable), qui doit permettre à partir du 1er juillet aux touristes vaccinés contre le Covid-19 de séjourner, sans effectuer de quarantaine, 14 jours à Phuket (sud) avant de pouvoir circuler librement dans le reste du pays.

400 ressortissants étrangers, en provenance notamment de l'Union européenne et d'Israël, souhaitent se rendre dès le 1er juillet sur cette île, très populaire avant la pandémie, selon des données fournies par plusieurs professionnels du secteur du tourisme.

Mais le programme "Sandbox" n'a toujours pas été promulgué dans la Gazette Royale et les ambassades ne peuvent pas délivrer de certificat d'entrée dans le pays.

Tout est bloqué pour ces 400 premiers visiteurs et "nous n'en attendons pas beaucoup la première semaine", relève Bhummitkitti Ruktaengam, président de l'Association du tourisme de Phuket, qui ne s'explique pas la lenteur des autorités.

D'autres professionnels estiment que ce projet, trop contraignant, pourrait décourager beaucoup de touristes.

Chaque visiteur vacciné doit effectuer quatre tests de Covid avant et durant son séjour à Phuket pour pouvoir, au bout de 14 jours, être enfin autorisé à quitter l'île.

"C'est trop lourd", estime Kongsak Khoopongsakorn, président de la section sud de l'association des hôtels de Thaïlande.

Il espère que certaines des restrictions seront levées d'ici le 1er octobre, début de la saison touristique en Thaïlande. Si ce n'est pas le cas, "nous risquons de perdre une autre saison (...) Cela pourrait être désastreux et condamner de nombreux établissements à ne jamais rouvrir leurs portes", déplore-t-il.

Selon lui, 80% des hôtels sont fermés temporairement sur l'île, deuxième destination touristique du royaume après Bangkok.

Le Premier ministre Prayut Chan-O-Cha, très critiqué pour sa gestion de la crise sanitaire, a annoncé qu'il prévoyait la réouverture complète du pays d'ici octobre, avec 50 millions de Thaïlandais ayant reçu au moins une dose de vaccin.

Mais le royaume est confronté à une nouvelle vague de coronavirus plus forte que les précédentes et la vaccination se déploie très lentement: moins de six millions de Thaïlandais ont reçu à ce jour une première injection.

AMÉRIQUE

Brésil:

Le Brésil a battu mercredi un nouveau record d'infections au Covid-19, avec 115.228 nouveaux cas recensés en 24 heures, selon le dernier bilan du ministère de la Santé, confirmant l'arrivée d'une troisième vague. Le bilan officiel fait aussi état de 2.392 nouveaux décès, portant le total à 507.109. Le Brésil est le deuxième pays le plus endeuillé au monde en chiffres absolus, derrière les Etats-Unis qui déplorent plus de 600.000 morts.

Le plus grand pays d'Amérique latine, avec ses 212 millions d'habitants, comptabilise un total de 18.169.881 cas confirmés, selon les chiffres officiels, considérés comme largement sous-estimés par les spécialistes.

Le nombre d'infections quotidiennes est en hausse constante depuis plus d'un mois et la moyenne de décès tourne autour des 2.000 par jour depuis la semaine dernière.

Le président d'extrême droite Jair Bolsonaro n'a cessé de minimiser l'ampleur de la pandémie et de remettre en cause les mesures de restrictions prises par les maires ou les gouverneurs des Etats.

Une commission d'enquête parlementaire du Sénat se penche depuis bientôt deux mois sur la façon dont le gouvernement a géré la crise sanitaire, jugée irresponsable par la plupart des épidémiologistes.

EUROPE

Russie:

Plus de 20.000 nouvelles contaminations au coronavirus et 568 décès ont été recensées en 24 heures en Russie, selon les chiffres publiés jeudi par le gouvernement, des pics depuis fin janvier dus au variant Delta. Au total, 20.182 nouvelles infections ont été recensées à travers le pays dont 8.598 à Moscou, épicentre de cette nouvelle vague épidémique.

La capitale russe a enregistré 92 décès en une journée, un record depuis le début de la pandémie, selon l'agence de presse publique Tass.

L'explosion des cas de Covid-19 depuis la mi-juin est portée par le variant Delta, apparu en Inde et réputé plus contagieux et plus virulent. Il représente près de 90% des contaminations dans la capitale russe.

La Russie est, avec 131.463 morts recensés par le gouvernement, le pays européen le plus endeuillé. L'agence des statistiques Rosstat, qui a une définition plus large des décès liés au Covid, comptabilise elle quelque 270.000 morts entre le début de la pandémie et la fin avril 2021.

Le Portugal 

Confronté à une recrudescence de l'épidémie de coronavirus due au variant Delta, le gouvernement portugais a décidé jeudi d'interrompre la levée progressive des restrictions sanitaires dans l'ensemble du pays, et même de les resserrer dans la ville de Lisbonne. La capitale portugaise et la station balnéaire d'Albufeira, dans la région de l'Algarve, sont deux des trois municipalités du pays où les cafés, restaurants et commerces verront à nouveau réduits leurs horaires et leur capacité d'accueil.

"C'est un signe que la situation s'aggrave dans notre pays", qui traverse "un moment critique", a déclaré la ministre porte-parole du gouvernement, Mariana Vieira da Silva, à l'issue de la réunion hebdomadaire de l'exécutif socialiste.

L'interdiction des déplacements entre la région du grand Lisbonne et le reste du pays pendant le week-end sera maintenue, en tant que "mesure de contention du variant Delta". Les personnes munies du certificat sanitaire européen, adopté par le Portugal jeudi, ou d'un test négatif pourront néanmoins se déplacer librement.

Le variant Delta, d'abord identifié en Inde, est devenu prédominant à Lisbonne et dans sa grande banlieue, provoquant un rebond des contagions au Portugal.

Avec environ 130 nouveaux cas pour 100.000 habitants sur 14 jours, le Portugal affichait jeudi le taux d'incidence le plus élevé des 27 pays de l'Union européenne, mais inférieur à celui du Royaume-Uni, également très touché par le variant Delta. Jeudi, le pays a détecté un peu plus de 1.500 nouveaux cas en 24 heures, qui restent ainsi à leur plus haut niveau depuis la fin février.

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECCE) a estimé mercredi que le variant Delta, particulièrement contagieux, devrait représenter 90% des nouveaux cas de Covid-19 dans l'Union européenne d'ici fin août.