La situation est catastrophique au Brésil. Avec 321.515 décès, le pays est le deuxième territoire qui comptabilise le plus de morts, derrière les Etats-Unis (552 073). Le mois de mars 2021 a été le plus meurtrier avec plus de 66.000 morts.

Pour faire face à la demande des familles, quatre cimetières de São Paulo (un des États les plus durement touchés par la pandémie) sont désormais ouverts de nuit. Les enterrements s'y enchaînent.

“Nous n’avons jamais vu dans l’Histoire du Brésil un seul événement tuer autant de gens en 30 jours”, a déclaré à l’AFP Miguel Nicolelis, coordinateur du Comité scientifique formé par les États du Nord-est du Brésil contre la pandémie.


Extension du plus grand cimetière de Manaus

Manaus, capitale de l'Etat d'Amazonas, avait déjà vécu plus de 3 000 enterrements durant un funeste mois de janvier, où la flambée des contaminations avait submergé les hôpitaux. Face à la propagation galopante de la pandémie, il avait fallu lancer des travaux d'extension dans le cimetière Nossa Senhora Aparecida, le plus grand de la ville, afin d'y accueillir 2 000 à 3 000 morts de plus.