Des photos montrant les corps brûlés des victimes, les mains liées derrière le dos, ont été publiées sur les réseaux sociaux. Une centaine de militaires ont participé mardi matin à l'assaut mené contre le village, selon un porte-parole du gouvernement d'unité nationale (NUG) formé par des ex-députés en fuite du parti d'Aung San Suu Kyi. La plus jeune des victimes avait 14 ans, la plus âgée 40. "Ces actes sont des crimes de guerre. Il s'agit d'actes de terrorisme."

La Birmanie est plongée dans le chaos depuis le coup d'État militaire du 1er février qui a été suivi d'une féroce répression.

Selon une ONG locale de défense des droits de l'Homme, l'Association d'assistance aux prisonniers politiques (AAPP), plus de 1.300 personnes ont été tuées et plus de 10.000 ont été arrêtées dans la répression de la dissidence depuis le coup d'État.