Monde

Coup de théâtre au sommet du G7 : le chef de la diplomatie iranienne est arrivé dimanche à Biarritz, dans le sud de la France, où le président français Emmanuel Macron et ses pairs européens tentaient de convaincre Donald Trump de faire un geste pour sauver l'accord sur le nucléaire iranien.

La présidence française a confirmé dimanche après-midi l'arrivée du ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif au G7 de Biarritz, dans le sud-ouest de la France. Cette arrivée surprise était pressentie depuis qu'un avion officiel iranien s'était posé à 14h13 à l'aéroport de Biarritz. Vendredi, Mohammad Javad Zarif s'était déjà rendu en France, à Paris, pour y rencontrer le président Emmanuel Macron avant le début du G7, où la crise autour de l'accord sur le nucléaire iranien fait partie des points de discussion principaux.

© AFP

Selon l'Elysée, Zarif devait rencontrer désormais le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, tandis qu'aucune entrevue n'est prévue avec les Américains. "Aucune rencontre (de M. Zarif) n'est prévue à ce stade avec les Américains" présents au sommet du G7, dont Donald Trump, a précisé la présidence française, en indiquant que cette visite avait lieu à l'initiative de Paris et non du G7. Donald Trump avait cependant été informé de l'arrivée du chef de la diplomatie iranienne, a indiqué implicitement une source diplomatique française. "Le président s'est entretenu deux heures avec Donald Trump à déjeuner samedi. Nous travaillons en pleine transparence avec les Etats-Unis. Et le président a eu des conversations avec tous les leaders du G7. Évidemment l'information circule", ajoute cette source.

© AFP

La décision d'inviter M. Zarif sur le lieu du G7, deux jours après l'avoir reçu à l'Elysée vendredi, "s'inscrit dans la continuité de ce qu'Emmanuel Macron a fait depuis plusieurs mois : créer les conditions pour une désescalade, discuter de ce qui doit venir après l'expiration de l'accord sur le nucléaire iranien et parler du programme balistique de l'Iran", a précisé cette source. L'invitation avait été décidée à l'issue du dîner samedi soir.

Téhéran a confirmé de son côté également: M. Zarif "est arrivé à Biarritz, où se déroule le G7, pour continuer les discussions à propos des récentes mesures entre les présidents de l'Iran et de la France", a indiqué sur Twitter le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Moussavi.

Plus tôt dimanche, le désaccord entre les participants aux G7 était apparu quand Donald Trump avait indiqué "ne pas avoir discuté" à Biarritz d'un message commun du G7 envers Téhéran. Emmanuel Macron s'était empressé de rectifier un précédent message, précisant qu'il n'avait pas de "mandat" du G7 pour s'adresser à l'Iran mais continuerait à agir dans son propre rôle, au nom de la France.

Dans la matinée, le président français, qui essaie de convaincre Washington d'alléger les sanctions sur le pétrole iranien en échange d'un retour de Téhéran à ses engagements, avait cru pouvoir annoncer l'accord des Sept -- Donald Trump compris -- pour parler à l'Iran d'une même voix. "Nous nous sommes mis d'accord sur ce qu'on va dire sur l'Iran. Il y a un message du G7 sur nos objectifs, et le fait qu'on les partage évite les divisions", avait assuré Emmanuel Macron sur la chaîne de télévision LCI/TF1. "Nous avons acté d'une communication commune et d'une décision d'action qui permet de réconcilier un peu les positions", a-t-il ajouté, avant de faire marche arrière quelques heures plus tard.