Monde

Les corps des victimes du crash de l'avion de Malaysia Airlines en Ukraine seront remis aux Pays-Bas, tandis que la Malaisie récupérera les boîtes noires, a annoncé mardi le Premier ministre malaisien Najib Razak, selon lequel les enquêteurs internationaux auront "un accès sécurisé" à la zone de la catastrophe. Le chef du gouvernement a souligné, dans une intervention télévisée, qu'il avait reçu d'Alexandre Borodaï, le "Premier ministre" de la "République populaire de Donetsk" unilatéralement proclamée par les rebelles prorusses dans l'est de l'Ukraine, l'assurance que les restes de 282 personnes seraient dans un premier temps transportés en train jusqu'à Kharkiv, ville ukrainienne contrôlée par les loyalistes.

Le train réfrigéré transportant les corps de 282 des 298 passagers et membres de l'équipage, en majorité néerlandais, qui étaient à bord du Boeing a d'ailleurs quitté lundi soir la gare de Torez, dans une région contrôlée par les insurgés, a dit à l'AFP un témoin sur place.

La Malaisie a travaillé "dans les coulisses à établir des contacts avec ceux qui sont chargés du site du crash de l'avion du vol MH17", a poursuivi M. Najib Razak. "Ces contacts ont désormais été établis (...) Cette nuit (de lundi à mardi), nous sommes parvenus aux bases d'un accord", a encore dit le Premier ministre, qui a souligné s'être auparavant entretenu avec M. Borodaï.


Obama met la pression sur Poutine

Le président des Etats-Unis Barack Obama a appelé lundi son homologue russe Vladimir Poutine à faire pression sur les rebelles dans l'est de l'Ukraine pour qu'ils permettent le bon déroulement de l'enquête sur le crash de l'avion malaisien.

"Le président Poutine dit qu'il est favorable à une véritable enquête mais ces mots doivent être suivis d'actes: il appartient à la Russie d'insister pour que les séparatistes (...) assurent aux enquêteurs un accès immédiat et complet au site du crash", a déclaré M. Obama, en dénonçant le chaos qui règne sur place, véritable "insulte" faite aux familles des victimes.


L'UE va-t-elle durcir les sanctions?

L'Union européenne se tient prête à prendre de nouvelles sanctions à l'égard de la Russie qui pourraient cibler notamment des technologies susceptibles d'être utilisées à des fins militaires, a déclaré lundi le Premier ministre britannique David Cameron.

A la suite du crash du vol MH17 en Ukraine, le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne ont averti dimanche que de nouvelles sanctions pourraient être décidées mardi à Bruxelles par les ministres des Affaires étrangères si le président Vladimir Poutine n'obtient pas des séparatistes prorusses en Ukraine un accès "libre et total" au site de la catastrophe.

"L'UE sera prête à prendre des mesures supplémentaires, dans de nouveaux domaines, en particulier celui des biens industriels sophistiqués qui peuvent avoir un double usage, notamment à des fins de défense", a déclaré David Cameron sur Sky News.

Le Premier ministre britannique, qui s'est entretenu dimanche avec la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Francois Hollande, doit s'exprimer sur ce sujet devant les députés britanniques dans l'après-midi.

Dix Britanniques figurent parmi les 298 victimes du vol MH17 Amsterdam-Kuala Lumpur, abattu probablement par un missile tiré, selon les Etats-Unis, d'une zone contrôlée par les rebelles appuyés par la Russie, jeudi dernier.

"Les pays de l'UE doivent maintenant montrer une vraie détermination et une vraie solidarité pour envoyer ce message à la Russie", a déclaré David Cameron, qui s'est également entretenu dimanche avec le président russe Vladimir Poutine.

Les Européens ont déjà imposé des sanctions à la Russie après l'annexion éclair de la Crimée en mars. L'UE a ainsi établi une liste de 72 personnes visées par une interdiction de pénétrer sur le territoire de l'UE et un gel des avoirs.

L'UE a fait un pas supplémentaire vendredi en élargissant la base juridique permettant d'inscrire plus d'entités sur la liste.

Les Européens sont divisés sur l'étendue et la sévérité des sanctions dans la mesure où certains Etats membres, comme l'Italie et l'Allemagne, ont des relations économiques très étroites avec Moscou.

"Le monde entier peut voir que si vous donnez aux séparatistes des systèmes d'armement avancé, cela peut déboucher sur une catastrophe comme celle qui s'est produite", a ajouté David Cameron.

Le vice-Premier ministre britannique Nick Clegg a estimé pour sa part qu'il était temps de passer à des sanctions économiques d'envergure sur certains secteurs, une étape connue à Bruxelles comme la "phase trois".


282 corps récupérés, le train ne partira que s'il est accompagné d'experts étrangers

Au total 282 corps de victimes du crash du vol MH17 de Malaysia Airlines ont été récupérés, mais le train où il sont entreposés ne partira qu'accompagné d'experts internationaux, a déclaré lundi un chef des séparatistes prorusses qui contrôlent la zone de la catastrophe.

"Il y a 282 corps dans les wagons. Malheureusement 16 victimes n'ont pas encore été retrouvées", a déclaré Alexandre Borodaï, le "Premier ministre" de la "République populaire de Donetsk" (DNR), autoproclamée, lors d'une conférence de presse dans ce fief séparatiste.

Le vol Amsterdam-Kuala Lumpur transportait 298 personnes, en majorité des Néerlandais.

Alors que les dépouilles des victimes sont entreposées depuis dimanche dans un train réfrigéré à une quinzaine de km du lieu de la catastrophe, M. Borodaï a exclu de le laisser partir s'il n'était pas accompagné de représentants internationaux.

"Nous enverrons le train sous contrôle international, nous n'avons pas confiance en la partie adverse", a-t-il dit à propos du gouvernement ukrainien, qui a lancé une "opération antiterroriste" contre les forces séparatistes dans l'Est du pays.

"Si ce train doit quitter notre territoire ce sera seulement après que nous l'aurons transféré sous la responsabilité d'experts internationaux". A la question de savoir si ces experts devraient accompagner le convoi tout au long de son trajet il a répondu "absolument".

Des enquêteurs néerlandais portant des chemises avec les initiales de leur service de police spécialisé dans l'identification de victimes, LTFO, ont pu examiner les corps des victimes lundi matin dans la gare de Torez, où est stationné le train réfrigéré.

M. Borodaï a affirmé qu'une équipe d'une douzaine d'enquêteurs malaisiens était par ailleurs en route pour Donetsk, et accusé Kiev de tout faire pour empêcher leur venue.

"Kiev fait tout pour que ces experts ne viennent pas et comme par hasard aujourd'hui des combats ont commencé en ville, au bord de Donetsk", a-t-il accusé alors que des tirs d'artillerie et des combats ont éclaté lundi matin entre l'aéroport et la gare de Donetsk. Selon des combattants sur place, les forces loyalistes ukrainiennes ont lancé une offensive depuis l'aéroport et seraient parvenues à 2 kilomètres de la gare.

"Nous espérons vraiment que les enquêteurs viendront quand-même", a dit M. Borodaï, alors que les séparatistes qui disent penser avoir retrouvé les boîtes noires de l'avion, ont affirmé qu'ils ne les remettraient qu'à des enquêteurs internationaux qui se rendraient sur place.

Le Boeing 777 de la Malaysia a été abattu jeudi au dessus d'une zone contrôlée par les forces rebelles, probablement par un missile anti-aérien.


LE FIL INFO, MINUTE PAR MINUTE

>>>Lundi 21 juillet<<<

21h39: Le Conseil de sécurité a adopté lundi une résolution réclamant des séparatistes prorusses qu'ils permettent un accès libre et sécurisé au site du crash du vol MH17, protègent "l'intégrité" du site et cessent les hostilités dans cette zone. Il "condamne dans les termes les plus forts possibles" l'attaque qui a abattu l'avion dans l'est de l'Ukraine et réclame que les responsables rendent des comptes.

18h07: L'Ukraine a assuré que toutes les dépouilles des passagers morts dans le crash du Boeing 777 de la Malaysia Airlines seront rapidement rapatriées aux Pays-Bas. Les wagons réfrigérés contenant les corps qui se trouvent actuellement en gare de Torez seront acheminés lundi soir vers Kharkiv. Trois experts légistes néerlandais ont pu pénétrer lundi matin dans ces wagons, en compagnie de membres du personnel de l'OSCE (Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe). Ils ont pu affirmer que les corps étaient conservés dans des conditions correctes. Les inspecteurs ont également eu accès lundi au site du crash. Des centaines de membres des familles des victimes ont assisté à une réunion d'information à Nieuwegein. Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a prononcé quelques mots de réconfort et les a tenus au courant des dernières informations. Le roi des Pays-Bas Willem-Alexander et la reine Máxima étaient également présents pour soutenir les proches. Le souverain a affirmé dans une allocution télévisée que cette catastrophe avait profondément blessé la société néerlandaise.

15h29: La Russie a démenti lundi avoir fourni aux insurgés prorusses des systèmes de missiles Bouk, soupçonnés d'être à l'origine du crash du vol MH17 dans l'est de l'Ukraine, comme l'en accusent Kiev et Washington.

15h25: Un avion de chasse ukrainien SU-25 se trouvait à une distance de 3 à 5 km du Boeing malaisien peu avant le crash de l'avion, a affirmé lundi le général Andreï Kartapolov de l'Etat-major des forces russes.

14h36: Tout a été rapidement préparé dans la ville ukrainienne de Kharkiv pour l'arrivée des corps des victimes du crash du vol MH17 de la Malaysia Airlines. De nombreuses installations ont été mises en place pour permettre la réalisation de l'enquête sur la catastrophe et pour accueillir les experts et les familles. Des zones séparées avec des aménagements ont été installées pour l'examen des corps. Ces derniers sont transportés dans des trains, via une voie directe conservée. Un hangar est également libéré pour collecter les débris de l'appareil de la Malaysia Airlines en vue d'une éventuelle reconstruction.

14h20: Le parquet néerlandais a ouvert une enquête préliminaire en vue d'éventuelles poursuites pour le crash d'un avion, probablement abattu par un missile, dans l'est de l'Ukraine, a-t-on appris auprès du parquet.

12h26: Le président ukrainien Petro Porochenko a demandé à ses forces d'interrompre leurs opérations autour du site du crash du vol MH17, a rapporté l'agence Interfax-Ukraine.

12h25: La Russie doit faire en sorte de garantir aux experts internationaux un accès au site de la catastrophe. Si ce n'est pas le cas, de nouvelles mesures de rétorsion suivront, a prévenu lundi matin le Premier ministre néerlandais Mark Rutte lors d'une réunion à la Seconde Chambre des Etats généraux. Si, dans les prochains jours, l'accès au site "demeure insuffisant", "toutes les options politiques, économiques et financières" sont "sur la table" contre tous ceux qui en sont "directement ou indirectement" responsables.

11h45: Le roi des Pays-Bas Willem-Alexander et son épouse Maxima doivent rencontrer lundi les proches des victimes néerlandaises du crash du vol MH17, a annoncé le service de presse du gouvernement.

11h33: Le président russe Vladimir Poutine a assuré lundi que la Russie ferait son possible pour favoriser un règlement négocié du conflit en Ukraine après le crash de l'avion malaisien et demandé qu'un accès sécurisé soit garanti aux experts internationaux sur le site de la catastrophe.

11h00: La presse russe pro-Kremlin a estimé lundi que la vérité sur le crash de l'avion de ligne malaisien dans l'est de l'Ukraine ne serait jamais mise au jour, accusant les Occidentaux de rejeter la faute sur la Russie.

10h45: L'Ukraine est prête à confier la coordination de l'enquête internationale sur le crash de l'avion malaisien, probablement abattu par un missile, aux Pays-Bas , "le pays qui a le plus souffert", a déclaré lundi le Premier ministre Arseni Iatseniouk.

09h42: Les corps de 247 victimes du crash du vol MH17 de Malaysia Airlines ont été transportés dans un train réfrigéré à Torez, en zone tenue par les séparatistes prorusses dans l'Est de l'Ukraine, a indiqué lundi un porte-parole rebelle.

08h55: Trois membres d'une équipe néerlandaise d'identification de victimes de catastrophes sont arrivés lundi à Donetsk. Ils sont, hormis des représentants de l'OSCE sur place depuis quatre mois, les premiers enquêteurs internationaux à parvenir en territoire tenu par les séparatistes dans l'est de l'Ukraine depuis la catastrophe du vol MH17 de la Malaysia Airlines jeudi dernier.



>>>Dimanche 20 juillet<<<

23h15: Le président russe Vladimir Poutine a promis son "entière coopération" au Premier ministre néerlandais Mark Rutte afin que les corps des victimes et les boîtes noires du vol MH17 puissent être récupérés dans l'est de l'Ukraine, a assuré dimanche soir le gouvernement néerlandais.

20h30: Les Pays-Bas vont mener les opérations d'identification des victimes du crash survenu jeudi dans l'est de l'Ukraine , a annoncé dimanche le Premier ministre néerlandais Mark Rutte. Le diplomate Gert Wibbelink se chargera de diriger l'équipe d'experts internationaux, a-t-il précisé.

17h40: Le Premier ministre Elio Di Rupo demande aux séparatistes pro-russes qui contrôlent la zone où s'est écrasé le vol MH17 de Malaysia Airlines de donner un accès "immédiat, inconditionnel et sûr" aux experts et enquêteurs internationaux qui se sont rendus en Ukraine pour faire toute la lumière sur les raisons de la catastrophe. Il faut "garantir une enquête sérieuse et impartiale sur les faits", fait-il savoir dans un communiqué de presse diffusé dimanche.

16h07: L'Ukraine n'est pas en mesure de garantir la sécurité des experts sur le site du crash de l'avion malaisien contrôlé par les séparatistes prorusses, a déclaré dimanche le vice-Premier ministre ukrainien Volodymyr Groïsman.

15h25: Malaysia Airlines a annoncé dimanche le retrait du code MH17 pour ses vols quotidiens Amsterdam-Kuala Lumpur, après le crash dont a été victime son Boeing 777 dans l'est de l'Ukraine, une mesure qu'elle avait aussi prise pour le vol MH370 il y a quatre mois. La liaison Amsterdam-Kuala Lumpur s'appellera MH19 à partir du 25 juillet.

15h17: Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a déclaré dimanche qu'il était "clair" que le système de missile utilisé pour abattre l'avion malaisien dans l'est de l'Ukraine venait de Russie. "Il est assez clair qu'il s'est agi d'un système qui a été transféré de Russie et remis aux mains des séparatistes" prorusses en Ukraine, a déclaré M. Kerry dans un entretien à la chaîne de télévision CNN.

14h27: Les rebelles prorusses ont trouvé "certains matériels qui pourraient être les boîtes noires" de l'avion malaisien probablement abattu par un missile jeudi dans l'est de l'Ukraine, a annoncé dimanche un de leurs chefs, Alexandre Borodaï.

13h44: Le président russe Vladimir Poutine doit "obtenir" des séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine un accès "libre et total" à la zone du crash du vol MH17, ont "exigé" dimanche le président français François Hollande, la chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre britannique David Cameron.

13h28: Paris, Londres et Berlin sont convenus dimanche d'exiger du président russe Vladimir Poutine d'obtenir des séparatistes séparatistes pro-russes de l'est de l'Ukraine un accès "libre et total" à la zone du crash du Boeing 777 de la Malaysia Airlines, dont les 298 occupants ont péri jeudi, annonce l'Elysée.

11h30: Plus aucun corps n'est visible sur le site principal du crash de l'avion malaisien sous contrôle des séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine, a constaté un journaliste de l'AFP. Les rebelles ayant gardé le site semblent l'avoir quitté. Les secouristes locaux sur place se sont refusés à tout commentaire.

10h27: Le gouvernement ukrainien et les séparatistes prorusses sont arrivés dimanche à un accord provisoire pour déplacer les corps des victimes du crash de l'avion malaisien dans l'est de l'Ukraine.

8h44: Les séparatistes prorusses vont garantir la sécurité d'inspecteurs internationaux sur le site du crash de l'avion malaisien sous leur contrôle dans l'est de l'Ukraine si Kiev accepte une trêve, a indiqué l'un des dirigeants dans un communiqué.

6h59: Malaysia Airlines remboursera sans frais les clients souhaitant annuler un billet , après le crash du MH17 dans l'est de l'Ukraine, survenu quatre mois après la disparition d'un autre de ses appareils, dans l'océan Indien.



>>>Samedi 19 juillet<<<

19h55: Le président russe Vladimir Poutine doit faciliter l'accès au site de l'accident de l'avion malaisien dans l'est de l'Ukraine , un territoire contrôlé par les rebelles prorusses, afin que les corps des victimes puissent être évacués, a réclamé samedi le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte.

19h10: Les présidents français et ukrainien n'accepteront "aucune entrave au travail des enquêteurs" et soulignent "l'importance cruciale" de "preuves indiscutables" pour élucider l'accident de l'avion malaisien en Ukraine, a annoncé samedi la présidence française.

16h25: Le ministre britannique des Affaires étrangères, Philip Hammond, a regretté samedi "un soutien insuffisant de la part des Russes" dans l'enquête sur l'accident de l'avion de la Malaysia Airlines, probablement abattu par un missile dans l'est de l'Ukraine.

15h20: Le président français François Hollande a jugé samedi qu'il ne fallait "pas être simplement sur des hypothèses" mais "sur des certitudes" , disant attendre des "conclusions incontestables" d'une enquête internationale sur le crash de l'avion de la Maylasia Airlines en Ukraine.

13h50: La chancelière Angela Merkel et le président russe Vladimir Poutine sont tombés d'accord pour qu'une enquête internationale et indépendante sous la direction de l'Organisation de l'Aviation Civile Internationale ait lieu pour élucider le crash aérien en Ukraine, a indiqué samedi le gouvernement allemand.

13h00: La compagnie Malaysia Airlines publie samedi sur son site internet la liste complète des passagers du vol MH17 qui s'est écrasé en Ukraine , a indiqué lors d'une conférence de presse le ministre malaisien des Transports Liow Tiong Lai.

12h00: La Malaisie a déclaré samedi que des indices vitaux avaient été altérés dans la zone ukrainienne où s'est écrasé le vol MH17 , et dénoncé ce qu'elle considère comme une "trahison" à l'égard des vies anéanties dans la catastrophe.

09h02: Les membres du "groupe de contact" comprenant l'Ukraine, la Russie et l'OSCE sont parvenus à un accord avec les séparatistes prorusses sur la mise en place d'une zone de sécurité autour du site du crash de l'avion malaisien, a annoncé le chef des services de sécurité ukrainiens.

07h29: Six experts de la lutte contre le sida étaient à bord de l'avion de Malaysia Airlines qui s'est écrasé au-dessus de l'Ukraine, et non une centaine comme la presse l'avait indiqué, a dit à l'AFP la présidente de la Société internationale sur le sida (IAS).

07h00: Malaysia Airlines a fait savoir qu'elle remboursera ses clients qui annulent leur réservation à la suite de la catastrophe qui a touché la compagnie jeudi.



>>>Vendredi 18 juillet<<<

23h24: L'Agence européenne de sécurité aérienne (AESA) a "recommandé fortement" vendredi d'éviter le survol de l'est de l'Ukraine et celui de la Crimée, après le crash d'un avion de la Malaysia Airlines. Dans son bulletin d'information sur la sécurité, l'AESA indique "prendre en considération la perte" de l'avion dans l'est de l'Ukraine et par conséquent "recommande fortement aux utilisateurs de l'espace aérien" d'éviter le survol de la Crimée et de l'est de l'Ukraine.

21h54: Evoquant un drame "atroce", le président Barack Obama a souligné que l'avion qui assurait le vol Amsterdam-Kuala Lumpur avait été touché par un missile sol-air tiré "depuis un territoire contrôlé par les séparatistes prorusses". "Cette tragédie révoltante montre qu'il est temps que la paix et la sécurité soient rétablies en Ukraine", a-t-il lancé depuis la Maison Blanche, dénonçant une nouvelle fois l'attitude de Moscou et soulignant combien les enjeux étaient importants "pour l'Europe, et pas simplement pour les Ukrainiens".

20h54: François Hollande a assuré vendredi qu'il n'y avait pas de Français dans l'avion de la Malaysia Airlines abattu par un missile au-dessus de l'Ukraine. "Il n'y avait pas de Français dans l'avion", a dit le chef de l'Etat en marge d'un déplacement en Afrique après avoir donné quelques heures plus tôt cette information au conditionnel, évoquant alors un cas non élucidé dans le crash de cet avion qui a fait près de 300 morts.

20h44 - Une équipe du Bureau néerlandais pour la sécurité est partie pour l'Ukraine, en compagnie du ministre des Affaires étrangères Frans Timmermans, afin d'enquêter sur le crash du vol MH17 de Malaysia Airlines, qui a coûté la vie à 189 de leurs compatriotes.

20h15 - La France a mis deux experts à disposition et propose ses moyens techniques pour participer à l'enquête sur les circonstances de la chute de l'avion malaisien en Ukraine, probablement détruit en vol par un missile, a annoncé vendredi le gouvernement.

20h00 - Après avoir offert son aide vendredi matin, Interpol a annoncé dans la soirée qu'il s'apprêtait à envoyer d'ici 48 heures une cellule de crise pour aider à l'identification des victimes du crash de l'avion de Malaysia Airlines dans l'est de l'Ukraine.

17h34 - L'avion malaisien qui s'est écrasé dans l'est de l'Ukraine a été "probablement abattu par un missile sol-air" tiré d'une "zone tenue par les séparatistes" prorusses , a déclaré vendredi l'ambassadrice américaine à l'ONU.

16h53 - Une trentaine d'inspecteurs de l'OSCE sont arrivés vendredi sur le lieu de la chute de l'avion malaisien , dans la zone de l'est de l'Ukraine contrôlée par les séparatistes prorusses, a constaté un journaliste de l'AFP.

16h36 - Le Conseil de sécurité de l'ONU a demandé vendredi une "enquête internationale complète , minutieuse et indépendante" sur l'avion malaisien qui s'est écrasé

16h00 - La fédération royale néerlandaise de football , la KNVB, a demandé à tous les clubs aux Pays-Bas de mettre en berne leur drapeaux tout au long du week-end . La fédération a également demandé aux joueurs de porter un brassard noir et aux clubs d'observer une minute de silence avant leurs matchs respectifs.

15h50 - "Une équipe d'experts belge de la Disaster Victim Identification Team (DVI) se trouve à Schiphol (Pays-Bas)" , a indiqué vendredi midi le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders. Une réunion des ministres des Affaires étrangères européens se tiendra à Bruxelles mardi prochain, selon M. Reynders.

15h22 - Le pape François a une nouvelle fois lancé un appel vibrant à "la paix" en Ukraine , après la destruction d'un avion malaisien dans l'est de ce pays, ajoutant qu'il "priait" pour les "nombreuses victimes", a fait savoir le Vatican dans un communiqué.

15h05 - Le président russe Vladimir Poutine a déclaré vendredi être en contact avec son homologue ukrainien Petro Porochenko , qui, il l'espère, va réussir à régler de manière définitive la crise dans son pays, ont rapporté les agences de presse russes.

14h45 - L'avion qui s'est écrasé dans l'est de l'Ukraine jeudi, causant le décès de 298 personnes, avait "un carnet d'entretien en ordre" et "fonctionnait normalement" au moment où le contact a été perdu

13h55 - Le Premier ministre britannique David Cameron a souhaité vendredi que "les responsables" soient amenés à "rendre des comptes" rapidement s'il était avéré que l'accident de l'avion de la Malaysia Airlines en Ukraine a été causé par un missile.

13h51 - L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe discute avec les séparatistes prorusses en Ukraine de la création d'un "corridor" d'accès pour que les enquêteurs internationaux se rendent sur le lieu de l'accident d'avion

13h40 - Un chef séparatiste a exclu vendredi un cessez-le-feu dans l'est de l'Ukraine réclamé par Washington et les Européens après le crash de l'avion de ligne malaisien, mais a dit que les insurgés prorusses laisseraient les enquêteurs accéder au lieu du drame.

13h30 - Un peloton de 177 coureurs a pris le départ de la 13e étape vendredi à Saint-Etienne, à 10h08 GMT, après une minute de silence en hommage aux victimes du crash de l'avion de la Malaysia Airlines en Ukraine

13h12 - L'espace aérien de l'est de l'Ukraine a été fermé sous 22.000 pieds début juillet , ont indiqué vendredi à Bruxelles des experts européens. Une majorité de vols ont été maintenus au-dessus de cette altitude.

12h50 - Menaces de répliques russes aux tirs ukrainiens: La Russie répliquera en cas de tirs ukrainiens délibérés sur son territoire en "détruisant le point à l'origine du tir", a déclaré vendredi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

12h46 - Interpol a offert son aide dans l'enquête sur le crash de l'avion de Malaysia Airlines qui s'est écrasé jeudi dans l'est de l'Ukraine.

12h31 - le roi Philippe a appelé Willem-Alexander: Le roi Philippe a téléphoné vendredi au souverain néerlandais Willem-Alexander pour lui témoigner sa profonde sympathie, a indiqué Pierre-Emmanuel De Bauw, porte-parole du Palais. Le Roi a en outre tenu à exprimer ses sincères condoléances aux familles des victimes.

12h29 - Les drapeaux étaient en berne vendredi aux Pays-Bas alors que le pays tentait d'identifier les responsables du crash aérien dans l'est de l'Ukraine ayant coûté la vie à 298 personnes, dont au moins 154 de nationalité néerlandaise.

12h06 - La Malaisie envoie deux équipes en Europe, aux Pays-Bas et en Ukraine : La Malaisie envoie une équipe de 40 membres de la Malaysia Airlines aux Pays-Bas pour accompagner les familles des victimes du crash, a annoncé le ministre malaisien des Transports, Liow Tiong Lai, lors d'une conférence de presse vendredi à Kuala Lumpur. Ce dernier a également indiqué qu'une autre équipe de 62 personnes (secouristes, enquêteurs et agents de sécurité) serait envoyée sur le lieu de l'accident en Ukraine.

11h55 - Le système de missiles ukrainiens était actif
: C'est ce qu'a affirmé le service de presse du ministère de la Défense russe. "Les moyens de détection radio russes ont enregistré le 17 juillet une activité au niveau de la station radar Koupol, travaillant en liaison avec les systèmes de missiles Bouk-M1".

11h16 - Merkel veut un cessez-le-feu: la chancelière allemande Angela Merkel a appelé à un cessez-le-feu immédiat en Ukraine.

11h05 - "Ce sont les Kazakhs qui l'ont abattu": Les séparatistes prorusses auraient pu abattre l'avion malaisien après l'avoir pris pour un appareil militaire ukrainien, d'après plusieurs éléments parus sur les sites des insurgés et des interceptions des services de sécurité ukrainiens. Découvrez l'étrange vidéo qui les accuse.

10h32 - Réunion d'urgence à l'OSCE: l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a convoqué vendredi ses experts pour une réunion d'urgence à Vienne.

10h15 - Les vols Vueling vers Moscou et Saint-Pétersbourg ne survoleront momentanément plus l'Ukraine. Et les décisions sur les vols à destination de Kiev seront prises plus tard dans la journée de vendredi.

10h05 - Le premier ministre ukrainien , accusant les Russes d'être à la base de cette catastrophe aérienne, a déclaré que les coupables devaient être jugés devant le Tribunal pénal international de La Haye. "Les Russes sont allés trop loin. C'est un crime international dont les responsables doivent être jugés à La Haye" , a-t-il déclaré, selon l'agence Interfax-Ukraine.

10h02 - L'appareil avait été contrôlé récemment: L'avion de la Malaysia Airlines était parfaitement en ordre. Il n'y avait jamais eu de problèmes techniques avec l'appareil, qui avait encore été inspecté le 11 juillet. C'est ce qu'écrit la compagnie aérienne vendredi sur son site internet. "Le prochain contrôle aurait dû avoir lieu le 27 août. L'avion a été construit en 1997 et a donc volé pendant 17 ans" , annonce la Malaysia Airlines. L'avion a volé au total 75.322 heures depuis sa mise en service.

9h56 - Réunion de crise au 10 Downing Street: au moins neuf Britanniques étaient présents à bord de l'avion. David Cameron a donc réuni le comité Cobra, chargé de répondre à des situations d'urgence, au 10 Downing Street.

9h52 - "Un large soutien pour une enquête indépendante" - Les Pays-Bas ont reçu un large soutien pour la tenue d'une enquête internationale et indépendante sur le crash, a indiqué vendredi le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Frans Timmermans, sur sa page Facebook. M. Timmermans a reçu les appels de nombreux homologues du monde entier. "Des attentions réconfortantes, compte tenu des nombreuses victimes néerlandaises", écrit-il sur le réseau social. "Nous devons la vérité aux victimes et à leurs familles. Les marques de soutien sont importantes pour nous, car nous ne lâcherons rien tant que nous n'aurons pas découvert la cause de cette catastrophe."

9h17 - 121 corps récupérés: les services de secours ont récupéré à l'heure actuelle 121 corps de victimes du crash, a fait savoir vendredi matin la protection civile ukrainienne à l'agence russe Interfax.

9h12 - Poutine veut "un règlement urgent" de la crise: le président russe "a souligné le fait que cette tragédie a de nouveau montré la nécessité d'un règlement urgent et pacifique de la crise aiguë en Ukraine", lors d'une conversation téléphonique avec le Premier ministre néerlandais Mark Rutte, selon un communiqué du Kremlin.

8h59 - La deuxième boite noire retrouvée: une boite noire de l'avion a été retrouvée, ont indiqué vendredi à l'AFP des secouristes travaillant sur le site du crash. Ils n'étaient pas en mesure d'indiquer s'il s'agissait de l'appareil qui enregistre les conversations des membres d'équipage ou de celui qui stocke les données techniques du vol. Vraisemblablement ni l'un ni l'autre de ces enregistreurs de vol ne pourra toutefois aider à déterminer l'origine du tir de missile supposé, dont les autorités ukrainiennes et les séparatistes prorusses s'accusent mutuellement.

8h36 - Accès sécurisé pour les enquêteurs internationaux: les séparatistes prorusses sont d'accord pour permettre à des enquêteurs internationaux un accès sûr et sans entraves au site du crash aérien en Ukraine, a annoncé vendredi l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe).

8h - Une centaine de passagers allaient à une conférence sur le sida: une centaine des 283 passagers de l'avion étaient en route pour la conférence mondiale sur le sida qui démarre ce week-end à Melbourne, avançaient vendredi les médias australiens. Chercheurs, praticiens et militants, tous spécialisés dans le domaine du sida, représentaient un bon tiers des passagers du vol MH17. Le chercheur néerlandais Joep Lange, ancien président de la Société internationale sur le sida, faisait vraisemblablement partie des passagers.