En cette période de peur collective et de confinement qui stresse tout le monde, les actes de solidarité et de bravoure se multiplient. Celui du père Giuseppe Bardelli est à la fois grandiose et tragique. Prêtre en Lombardie, dans la commune de Casnigo, la région d’Italie la plus touchée par le coronavirus et qui ne compte plus ses morts, il n’a pas échappé à la contagion.

Agé de 72 ans, il était atteint d’une forme grave de cette maladie pulmonaire. Avant de perdre conscience et plutôt que prolonger inutilement sa vie, il a préféré se sacrifier en renonçant à son respirateur artificiel pour le céder à un patient plus jeune et donc susceptible de survivre.

Un don qui a ému toute l’Italie, un pays où la religion catholique est encore très présente et est plus que jamais devenue un refuge et un soutien.

Ce lundi, l’Italie a enregistré le chiffre macabre de 601 nouveaux décès en 24 heures. Un bilan qui reste dramatique mais en léger recul. Ce qui fait dire à certains que "l’Italie voit le bout du tunnel".