Le futur président des Etats-Unis Joe Biden s'est posé en rassembleur samedi lors d'un discours à Wilmington, dans le Delaware. "Je vous promets de ne pas être un président qui divise mais qui unit", a-t-il déclaré quelques heures après sa victoire contestée par Donald Trump. Il a également promis que l'Amérique sera "de nouveau respectée dans le monde" et a remercié les électeurs américains pour lui avoir offert une "victoire convaincante".

Le président élu a annoncé qu'il mettra en place dès lundi une cellule de crise sur le Covid-19, rassemblant des scientifiques et des experts, pour combattre le principal défi actuellement posé à l'exécutif américain. Ce plan doit entrer en vigueur dès le 20 janvier 2021, jour de son investiture, a-t-il ajouté. En cette semaine d'élection présidentielle, le pays a enregistré une nette recrudescence de l'épidémie, avec des nombres records de nouvelles contaminations depuis plusieurs jours.

Le démocrate a appelé les Américains à ne plus traiter leurs "opposants comme des ennemis". Il est "temps de guérir l'Amérique", a-t-il lancé devant des centaines de partisans réunis dans son fief de Wilmington, dans l'Etat du Delaware. "Voyons-nous, parlons-nous", "donnons nous une chance", a-t-il insisté dans ce discours de victoire aux accents enflammés.

"J'ai fait campagne pour restaurer l'âme de l'Amérique, reconstruire la colonne vertébrale de cette nation, la classe moyenne, et faire que l'Amérique soit de nouveau respectée dans le monde", a encore dit le président élu.

Sans un mot pour son adversaire, l'ancien vice-président de Barack Obama a dit comprendre la "déception" des électeurs de Donald Trump, qui refuse d'admettre sa défaite. "Moi-même, j'ai perdu des élections, mais (...) il est temps de laisser de côté les rhétoriques abrasives, de faire baisser la température", a-t-il déclaré. "Je travaillerai aussi dur pour ceux qui n'ont pas voté pour moi, que pour ceux qui m'ont choisi", a encore promis ce vieux routier de la politique, âgé de 77 ans.