"La chancelière a de nouveau condamné fermement la poursuite des tirs de roquettes depuis Gaza sur Israël et a assuré le Premier ministre de la solidarité du gouvernement allemand. Elle a réaffirmé le droit d'Israël à se défendre contre ces attaques", a déclaré sur Twitter Steffen Seibert, porte-parole de la chancelière allemande.

"Compte tenu des nombreux civils qui ont perdu la vie dans les deux camps, la chancelière a exprimé son espoir de voir les hostilités prendre fin le plus rapidement possible", a-t-il ajouté.

Depuis le 10 mai et le début du nouveau cycle de violences au Proche-Orient, 197 Palestiniens ont été tués, dont au moins 58 enfants, et plus de 1.200 blessés.

Côté israélien, dix personnes ont été tuées, dont un enfant, et 294 blessées après des tirs de roquettes depuis Gaza.

L'escalade de la violence entre Israéliens et Palestiniens a également provoqué plusieurs manifestations en Allemagne au cours des derniers jours.

Plusieurs d'entre elles ont été émaillées d'incidents lorsque des manifestants ont scandé des slogans antisémites. Des drapeaux israéliens ont également été brûlés et l'entrée d'une synagogue a été endommagée par des jets de pierres.

Face à ces excès, le gouvernement allemand continuera "à prendre des mesures décisives contre les manifestations en Allemagne qui propagent la haine et l'antisémitisme", a assuré Mme Merkel au Premier ministre israélien.

Plus tôt dans la journée, le porte-parole de Mme Merkel n'avait pas voulu condamner les bombardements du week-end par les forces israéliennes contre un bâtiment abritant plusieurs médias internationaux.

"Le travail journalistique sur le terrain dans une zone de conflit est important mais on sait aussi que le Hamas est actif dans des zones très peuplées et qu'il prend donc aussi la population civile en otage", a expliqué M. Seibert.

"Nous sommes confiants dans le fait qu'Israël agisse ici avec modération et dans les limites de la proportionnalité", avait-il ajouté.